Télécharger Flash Player pour voir la galerie de photos

Descendance

Dany Boudreault et Maxime Carbonneau

une création de La Messe Basse,
en résidence à la salle Jean-Claude-Germain

Salle Jean-Claude-Germain

du 11 au 29 mars 2014

Supplémentaire le samedi 29 mars à 16h

  1. D_boudreault_tn
    texte
  2. M_carbonneau_tn
    texte et mise en scène
  3. M_faucher_tn
    interprétation
  4. A_garant_tn
    interprétation
  5. R_graton_tn
    interprétation
  6. R_lalande_tn
    interprétation
  7. J_lemire_tn
    interprétation
  8. L_turcot_tn
    interprétation

Création

  1. texte et mise en scène Maxime Carbonneau
  2. assistance à la mise en scène, directeur de production et régie Jérémie Boucher
  3. scénographie Cédric Lord
  4. éclairages Erwann Bernard
  5. conception sonore Éric Forget
  6. scénarisation vidéo Stéphane Lafleur
  7. réalisation vidéo Jérémie Battaglia
  8. conseil au mouvement Mélanie Demers
  9. direction technique Julie-Anne Parenteau-Comfort

Durée

1 h 35

Résumé

Jour de l’An. Chez les Therrien. Dans une région pas si creuse, une sorte de Shawinigan. Dehors sévit la plus grosse tempête de l’année. Nul autre choix que de cohabiter dans ce huis clos consanguin. Pour lutter contre l’ennui ambiant, tout le monde se voit obligé d’interagir les uns avec les autres. Jour de l’An classique. Seulement, cette année, Luc, l’hôte de la soirée, s’est procuré une caméra vidéo. Et Julie, sa nièce, fait une annonce qui forcera la famille à se redéfinir.

Extraits de critique

« Il faut imaginer tout ce beau monde en train d’enfiler les banalités, de ressasser inlassablement les mêmes souvenirs, de parler les uns par-dessus les autres. On dirait un croisement entre les univers de Claude Meunier et Serge Boucher. Et puis, sur le coup de minuit, tout bascule. Le film de famille, projeté en fond de scène, expose alors, à la manière d’une radiographie, les démons intérieurs des protagonistes. La pièce prend à ce moment-là une tournure plus singulière, où la langue peut enfin se déployer. »
Christian Saint-Pierre, Le Devoir

« Les comédiens sont dirigés avec une main de chef d’orchestre. Bravo à Maxime Carbonneau qui confirme son talent de metteur en scène. »
Céline de la Roche, Zone Culture

« Ce récit rempli de malaises, de faux-semblants et de traditions détestées est émouvant et pousse parfois des larmes au coin des yeux, tout particulièrement dans les monologues de la fin. Racontant différemment un thème si souvent exploité, le texte des deux jeunes dramaturges est troublant, mais juste. »
Amélie Lacroix Maccabée, Boucle Magazine

Crédits vidéo : Jérémie Battaglia

Descendance-coulisses-vid_o

La collision des astres

En 2010, nous nous sommes retrouvés dans un party de famille à Shawinigan. Après avoir fait des jeux, nous être parlé très sommairement de notre vie, nous être souhaité quelques meilleurs vœux convenus, nous avons commencé à nous raconter pour une énième fois, et dans un enthousiasme pareil aux années précédentes, les mêmes souvenirs qui nous lient. Malgré tout ce qui nous éloigne, nous nous sommes réfugiés dans le seul lien qui nous reste : le passé.

Nous avons eu le désir de parler de ces « survivants ». D’une famille qui tenterait à tout prix d’être ensemble sans pourtant savoir comment. Une famille qui éprouve davantage de plaisir à ressasser son passé qu’à inventer son présent. Enfin, nous avons eu envie de parler d’une famille qui décide, comme ultime geste de survie, de s’asseoir devant la vidéo de ce qu’elle vient à peine de vivre pour combler le vide de son présent.
Pour affirmer qu’elle partage les mêmes codes, les mêmes signifiants, la même Histoire, la famille de Descendance effeuille ainsi tous ses souvenirs jusqu’au néant.

Écrit avec nos quatre mains, Descendance est la rencontre de deux univers préoccupés par le rapport à la transmission et au temps. Sensibles aux mêmes accidents humains, nous avons fondé La Messe Basse afin de transcender nos obsessions communes.

Ici, nous nous interrogeons sur cette fameuse nostalgie qui règne dans nos familles, sur ce présent qui nous échappe à tout coup et sur cet incertain futur. À défaut d’avoir des enfants, que sommes-nous en mesure de léguer?

Dany Boudreault, Maxime Carbonneau

La Messe Basse



Fondée en février 2012 par Jérémie Boucher, Dany Boudreault et Maxime Carbonneau, La Messe Basse est dédiée expressément à la création de textes inédits et à l’exploration de formes nouvelles. Elle s’intéresse spécialement aux distorsions du langage, c’est-à-dire aux décalages, aux écarts.

À chaque production, La Messe Basse propose des projets qui sortent de l’ordinaire en joignant à ses équipes de production des artistes issus d’autres disciplines artistiques. En ce qui concerne Descendance, elle fait appel au réalisateur Stéphane Lafleur (Continental, un film sans fusilTu dors Nicole). Pour Descendance, les distorsions du langage se manifestaient en partie par la relation et la friction entre les différents médiums, soit le théâtre et le cinéma, engendrant une distorsion opérée par le temps sur la famille. Sur , un genre d’épopée, c’était le musicien Philippe Brault qui participait intrinsèquement au processus. Maintenant, dans Siri, cet intervenant est Siri elle-même, directement sortie des laboratoires d’Apple.

Par l’intimité qu’impose sa définition, La Messe Basse implique une lente incubation entre tous les membres du projet. Chaque membre participe à l’inconscient du spectacle et est essentiel à son idéation qui se mesure dans le temps. Dans un monde axé sur la productivité, La Messe Basse revendique la patience de l’art.

THÉÂTROGRAPHIE
2014, Descendance (Publié chez Instant scène, présenté au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui / Gagnant aux prix littéraires du Salon du Livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean)
2013, e, un genre d’épopée (Publié aux Herbes Rouges, présenté au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui en 2013 / Prix meilleur acteur Cartes Prem1eres )

>> pour en savoir plus

Biographies

  1. D_boudreault_bio

    Dany Boudreault

    texte

    Comédien et auteur originaire de Métabetchouan au Lac-Saint-Jean, Dany Boudreault complète sa formation en interprétation à l’École nationale de théâtre en 2008. Depuis sa sortie il y a cinq ans, Dany Boudreault a eu le privilège de collaborer avec plusieurs metteurs en scène chevronnés : Claude Poissant, René Richard Cyr, Alice Ronfard, Martin Faucher, Catherine Vidal, Frédéric Blanchette. Il a déjà participé à plusieurs spectacles sur la scène montréalaise dont Jusqu’où te mènera ta langue, tu suite! en tournée avec le Jamais Lu, La liberté au théâtre La Rubrique, Hamlet est mort Aux Écuries, Faire des enfants au Théâtre de Quat’Sous, Chante avec moi à l’Espace Libre, The Dragonfly of Chicoutimi à l’Espace Go et au Centre national des Arts, L’espérance de vie des éoliennes présenté chez Jean Duceppe, et finalement, Beaucoup de bruit pour rien au Théâtre du Nouveau Monde. Parallèlement, il a écrit et interprété Je suis Cobain (peu importe) à la Petite Licorne et présente son plus récent texte e) au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. À titre d’auteur, il prend aussi part à la mouture 2011 des Zurbains au Théâtre Le Clou avec son texte Trembler comme les vieilles personnes. Sur le plan littéraire, Dany Boudreault a publié deux recueils de poésie aux éditions Les Herbes rouges, Et j’ai entendu les vieux dragons battre sous la peau, porté à la scène au Quat’Sous en 2005 par Marcel Pomerlo et sélectionné au Prix des Terrasses St-Sulpice, ainsi que Voilà, récipiendaire du prix du Salon du Livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean en 2007. Au cinéma, Dany Boudreault prend part à plusieurs distributions en 2011 et 2012 : Le météore de François Delisle, Vic et Flo ont vu un ours de Denis Côté et Chasse au Godard d’Abbittibbi de Éric Morin. Il a également participé au Projet Épopée initié par le réalisateur Rodrigue Jean. Sur les ondes de TVA, nous pouvons le suivre dans Destinées depuis cinq ans avec le personnage de Félix Tanguay. Nous avons également pu le voir dans Toute la vérité, 30 vies et Il était une fois dans le trouble. (mise à jour: 2014-05-05)

  2. M_carbonneau_bio

    Maxime Carbonneau

    texte et mise en scène

    Diplômé du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 2009, Maxime est metteur en scène, auteur et comédien. Il a joué au théâtre dans Musique pour Rainer Maria Rilke, m.e.s. Martin Faucher, au cinéma dans Boris sans Béatrice de Denis Côté. À titre d’auteur, Maxime a écrit Winnebago qui a remporté un prix du CEAD dans le cadre de Zone Homa, et Le Repeuplement des Ressources Familiales présenté au festival du Jamais Lu 2015, à Montréal. Maxime a également coécrit Descendance, pièce qu’il a mise en scène en mars 2014 à la salle Jean-Claude-Germain du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui dans le cadre de la résidence de La Messe Basse, compagnie dont il est co-directeur artistique. Descendance a remporté le prix littéraire du Salon du livre du Saguenay-Lac-St-Jean 2014. Maxime est également co-metteur en scène de la création collective Le ishow, présentée dans plusieurs villes au Canada et en tournée française. En juin 2015, il met en scène et coécrit Siri, en version laboratoire, dans le cadre du OFFTA. (mise à jour: 2016-02-18)

  3. M_faucher_bio

    Martin Faucher

    interprétation

    Ayant complété en 1982 sa formation de comédien au Cégep de St-Hyacinthe, Martin Faucher signe sa première mise en scène en 1988 avec son collage de l’œuvre de Réjean Ducharme, À quelle heure on meurt?. Il signe depuis plus de quarante mises en scène d’œuvres issues tant du répertoire classique que du répertoire contemporain. C’est ainsi qu’il a signé les mises en scène de : L’asile de la pureté de Claude Gauvreau, Du vent entre les dents de Emmanuelle Jimenez, Les quatre morts de Marie, Les sept jours de Simon Labrosse et Le collier d’Hélène de Carole Fréchette, Musique pour Rainer Maria Rilke de Sébastien Harrisson, Les mains bleues de Larry Tremblay, L’affaire Dumouchon de Lise Vaillancourt, Pierrette Pan, ministre de l’enfance et des produits dérivés et La bonne femme de Jasmine Dubé, Mille-feuilles de Pierre-Michel Tremblay, La terre est trop courte Violette Leduc de Jovette Marchessault. Il a également, mis en scène des textes de Jon Marans, Sarah Ruhl, Elfriede Jelinek, Frédéric Sonntag, Morris Panych, Charles Ludlam, Martin McDonaugh, Edward Thomas, Edward Albee, Paul Claudel, Corneille, Molière et Racine. S’intéressant au langage du corps et à la danse contemporaine, Martin Faucher a dansé pour les chorégraphes Daniel Léveillé, Harold Réhaume et Catherine Tardif. Fortement impliqué dans sa communauté, Martin Faucher a siégé au conseil d’administration de la Fondation du Centre des auteurs dramatiques de 1994 à 2008 et a présidé le Conseil québécois du théâtre de 2005 à 2009. Martin Faucher est depuis 2006 conseiller artistique au Festival TransAmériques de Montréal. (mise à jour: 2013-03-15)

  4. A_garant_bio

    Annette Garant

    interprétation

    Diplômée de l’École nationale de théâtre du Canada, Annette Garant cumule les apparitions sur scène. Dès le début de sa carrière, elle a su charmer le public par son grand talent. Au théâtre, elle a participé à plusieurs pièces entre autres : Rien à voir avec les rossignols, Tout pour le fric, C’est ma vie, La chance au coureur, Rouge gueule et Retour d’ascenseur. Elle a aussi été des pièces populaires Le malade imaginaire et Chlore. À la télévision, elle a joué dans Urgence II, Le volcan tranquille, Chartrand et Simonne, Les Machos, Quadra, Diva, Caserne 24, Mon meilleur ennemi, Cauchemar d’amour, The last chapter, Le bleu du ciel et Toute la vérité. Présentement, on peut la voir dans la série O diffusée sur les ondes de TVA. Au cinéma elle a été des films populaires Cruising bar, Matusalem, Louis 19, La mystérieuse Mlle C., Sur le seuil, Aurore et Steak. (mise à jour: 2013-03-19)

  5. R_graton_bio

    Rachel Graton

    interprétation

    Rachel Graton est diplômée de l’École nationale de théâtre du Canada et depuis elle n’a pas cessé de nous éblouir. Jeune actrice aux multiples talents, on a pu la voir au petit écran dans Toute la vérité, Nouvelle adresse, dans la populaire série Trauma, ainsi que dans Au secours de Béatrice. En 2015, elle tourne la série télévisée Karl-Max ainsi que la deuxième saison de la série Boomerang réalisée par Charles-Olivier Michaud. Sur les planches, nous avons pu la voir jouer à l’Espace Go, en 2011, sous la direction de Marie Charlebois dans la pièce Attends-moi du Théâtre de la manufacture. La même année, elle a joué dans Cabaret au bazar de Marie-Ève Huot et elle fut de la distribution de Sepsis, mis en scène par Christian Lapointe et présentée au Théâtre La Chapelle. Elle a récemment fait partie de la distribution de Marie Tudor, mise en scène de Claude Poissant et Les contes urbains présentée à La Licorne. En 2015 elle interprète Marry dans la pièce d’Alice Ronfard Une vie pour deux, présentée à l’Espace Go, ainsi que le rôle de Rosette dans On ne badine pas avec l’amour présentée au Théatre Denise Pelletier. En 2016, nous aurons l’occasion de la voir à l’oeuvre dans la pièce Le prince des Jouisseurs au Théatre du Rideau Vert ainsi que dans Les Simone, la nouvelle série de Ricardo Trogi. (mise à jour: 2016-03-24)

  6. R_lalande_bio

    Raphaëlle Lalande

    interprétation

    Diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 2011, Raphaëlle a déjà été dirigée par des metteurs en scène de renom, dont Frédéric Blanchette dans Appartement B, Claude Lemieux dans Kroum et Igor Ovadis dans une adaptation de La cerisaie. Elle était en 2012, de la distribution de La mère, le père, le petit et le grand, une pièce pour enfant d’Éric Noël, mise en scène par Camille Gascon. En 2011, Raphaëlle et sa compagnie de théâtre, Le Projet Bocal, ont présenté Épisode 1, leur toute première création qui a connu un vif succès et a été reprise à la Licorne au cours du mois de mars 2013, au Zoofest en juillet 2013 puis au Petit Outremont en septembre 2013. À la télévision, elle a joué dans les émissions Il était une fois dans le trouble, Les bobos, Toute la vérité et Les pêcheurs. (mise à jour: 2013-09-30)

  7. J_lemire_bio

    Julien Lemire

    interprétation

    Julien Lemire est récemment diplômé de l’option théâtre du Collège Lionel-Groulx (2010). Comédien, danseur et chanteur, il commence, dès sa sortie, à multiplier les collaborations. À l’été 2011, il explore le chant dans la comédie musicale Le Prince et le Pauvre (Julien Salvia). Sinon, nous avons pu le voir au théâtre dans Les Zurbains 2010 (Monique Gosselin), dans Disparu(e)(s) (Martin Faucher) et dans 2H14 (Claude Poissant). À l’été 2013, il prend part à la distribution de Détruire, nous allons (Philippe Boutin) dans le cadre du OFFTA. Julien fait aussi partie de la troupe de danse de Dave St-Pierre avec qui il sillonne l’Europe depuis 4 ans avec la trilogie Sociologie et autres utopies contemporaines ( La pornographie des âmes, Un peu de tendresse bordel de merde et Foudre). À la télévision, Julien a été présent dans 30 vies, Providence et Un tueur si proche. Au cinéma, il fait partie de la distribution de Marécages (Guy Édoin). (mise à jour: 2013-12-02)

  8. L_turcot_bio

    Louise Turcot

    interprétation

    Louise Turcot assure une présence remarquable à la télévision, avec plus d’une trentaine de séries et téléromans dans lesquels elle a joué, notamment La Promesse, C.A., Grande Ourse, Les machos et elle était de la distribution de Sam Chicotte, émission pour laquelle elle s’est méritée un Gémeaux. Au grand écran, on la retrouve dans Liverpool (M. Briand) et Lost Song (R. Jean). Au théâtre, elle a foulé les planches avec Les bonnes (Théâtre du Rideau-Vert), Le mariage de Figaro (TNM), La petite pièce en haut de l’escalier (TNM), W;T (Théâtre de Quat ’sous) pièce où elle s’est méritée le Masque de l’interprétation féminine, La petite scrap (Espace GO), Les femmes savantes (Théâtre Denise Pelletier), Les manuscrits du déluge (TNM), La nostalgie du paradis (TDA), Rêves, L’oiseau vert (TNM), La maison Amérique (La Licorne) et Un tramway nommé désir (TPQ). Femme aux multiples talents, Louise Turcot est également l’auteure de trois romans racontant l’entrée dans l’adolescence d’une jeune fille dans les années 50, Un grand fleuve tranquille, Nous n’irons plus jouer dans l’Île, Le retour à l’Île aux cerises (Boréal), d’un roman pour adulte Mademoiselle J.J., (Stanké). Elle a également été dialoguiste pendant quatre ans pour la télésérie La Promesse. Son dernier roman jeunesse, Adieu mon beau chalet (Boréal) vient de paraître en librairie. Présentement, nous la retrouvons dans un rôle marquant de la série 19-2 où elle incarne la mère de Nick Berrof et dans Les Parent dans le rôle de Madeleine. (mise à jour: 2013-04-12)

  9. J_boucher_bio

    Jérémie Boucher

    assistance à la mise en scène, directeur de production et régie

    Diplômé de l’École nationale de théâtre du Canada, Jérémie Boucher s’implique auprès de la création en arts vivants à titre d’assistant à la mise en scène, régisseur et directeur de production. Avec ses acolytes Dany Boudreault et Maxime Carbonneau, il fonde La Messe Basse en 2012, où chaque oeuvre naît de l’urgence de repenser la pratique théâtrale pour s’accorder au monde contemporain. Après avoir occupé le rôle de directeur de production du Festival OFFTA durant trois ans, Jérémie joint la Compagnie Marie Chouinard en 2016 à titre de régisseur de tournée. (mise à jour: 2016-04-05)

  10. C_lord_bio

    Cédric Lord

    scénographie

    Cédric Lord est scénographe, concepteur d’accessoires et directeur artistique. Au théâtre, il a signé la conception des décors de plusieurs spectacles tels que Lettre aux acteurs (m.e.s. Marc Béland/CADM), Isabelle (m.e.s Marc Béland/Jean Claude Germain), Gaétan (m.e.s. Marcel Pomerleau/Théâtre Momentum), Le Radeau (texte Rebecca Déraspe, m.e.s Francis Richard/Théâtre de la Petite Marée), C’est ainsi mon amour que j’appris ma blessure (m.e.s. Denis Lavalou/Théâtre Complice), Exposition Le Coz (commissaire Normand Chouinard/TNM). Avec le Théâtre il va sans dire, il a conçu les accessoires de Tout ça m’assassine et Le Boss est mort (m.e.s. Dominic Champagne) ainsi que les accessoires de décor de Paradis Perdu (m.e.s. et texte Dominic Champagne). Il a également conçu les accessoires de Beaucoup de bruit pour rien (m.e.s. René Richard Cyr/TNM) et de Nelligan (m.e.s. Normand Chouinard/Monument-National). Avec Dave St-Pierre, il a collaboré à la conception du décor de Over my Dead Body au Théâtre La Tangente. (mise à jour: 2013-03-20)

  11. E_bernard_bio

    Erwann Bernard

    éclairages

    Depuis ses débuts en 2006, Erwann Bernard compte près d’une centaine de conceptions d’éclairage à son actif, et ce, dans différents domaines : théâtre, exposition muséale, festivals, danse et événements corporatifs. Il collabore à titre de concepteur avec plusieurs artistes et groupes réputés, dont Robert Lepage, Loraine Pintal, Sid Lee, Serge Denoncourt, René-Richard Cyr, Claude Poissant, Lightemotion, la Compagnie Marie Chouinard, Les Grands Ballets Canadiens de Montréal, le Festival de Jazz de Montréal. Récipiendaire du prestigieux Prix de la relève Olivier Reichenbach du Théâtre du Nouveau Monde en 2011, il a également été primé par les abonnés de Cartes prem1ère en 2009 et par le Montreal English Theatre Awards (METAS) en 2012. (mise à jour: 2016-02-08)

  12. E_forget_bio

    Éric Forget

    conception sonore

    Eric Forget est un artiste multidisciplinaire, évoluant comme acteur, compositeur musical et concepteur sonore. Comme concepteur sonore, il y a participé entre autres à Orphelins du Théâtre de la Manufacture, Gaëtan de Momentum, Dragonfly of Chicoutimi du Théâtre PàP, FURIES 1-24 / ALPHA de Montréal Danse, TITUS d’Omnibus, Vacuum de Danse-Cité et plus d’une quarantaine de spectacle. Il œuvre dans ces domaines depuis une vingtaine d’années. Principalement impliqué au niveau du théâtre de création, il a aussi développé des affinités avec le milieu de la danse, du cirque et du multi-média. Comme comédien, nous avons pu le voir dans plus d’une trentaine de spectacles. Entre autres dans Chante avec moi de L’Activité, L’Odyssée du Théâtre Il Va Sans Dire, Provintown Playhouse du Théâtre Pont Bridge, Contes urbains du Théâtre Urbi-Orbi, Discötek de Momentum et Variations sur un temps du Théâtre de Quat’Sous. (mise à jour: 2013-03-20)

  13. John_doe_bio

    Stéphane Lafleur

    scénarisation vidéo

    Réalisateur parmi les plus prolifiques de la jeune génération, Stéphane Lafleur a déjà signé plus d’une trentaine de courts métrages indépendants. Membre fondateur du mouvement Kino, Stéphane est à la fois cinéaste, monteur et musicien. En 2007, son premier long métrage, Continental, un film sans fusil, est présenté en première mondiale au prestigieux Festival de Venise dans la section «Venice Days» et se démarque au Festival international du film de Toronto où il remporte le prix Citytv remis au meilleur premier film canadien, ainsi qu’au Festival international du film francophone de Namur où il se mérite le Bayard d’Or du Meilleur Film. Il remporte par la suite plusieurs prix en tant que meilleur film, entre autres au Festival du film de Whistler, aux Rendez-vous du cinéma québécois et au Festival International du Film d’Aubagne. Aux Jutra 2008, Continental remporte les honneurs de la soirée avec les prix du meilleur film, meilleure réalisation, meilleur scénario et meilleur acteur de soutien pour Réal Bossé. En terrains connus, son deuxième long métrage, connaît également un succès sur les circuits internationaux. En février 2011, il se mérite le Prix du jury œcuménique lors de sa première mondiale au Festival international du film de Berlin et est présenté comme film d’ouverture des Rendez-vous du cinéma québécois de Montréal. En plus de voyager dans une quinzaine de festivals internationaux, le film remporte le Prix du Meilleur film au Festival de Los Angeles ainsi que le Grand Prix du jury, dans la section New Talent Competition, au Festival de Taipei à Taïwan. En terrains connus poursuit actuellement sa tournée dans les différents festivals à travers le monde. Stéphane Lafleur est aussi la voix et l’auteur des textes du groupe folk/country Avec pas d’casque, dont les albums Trois chaudières de sang (Dare To Care, 2006) et Dans la nature jusqu’au cou (Grosse Boîte, 2008) ont connu un succès critique dès leur sortie, récoltant notamment une nomination à titre de d’auteur/compositeur de l’année au Gala de l’ADISQ en 2009. Le groupe vient tout juste de terminer l’enregistrement de leur dernier album, Astronomie, dont la sortie est prévue pour l’hiver 2012.
    (mise à jour: 2013-03-20)

  14. J_battaglia_bio

    Jérémie Battaglia

    réalisation vidéo

    Jérémie Battaglia, réalisateur et photographe, débute sa carrière en France comme cameraman sur des documentaires et longs métrages. En 2009, il s’installe à Montréal et se concentre sur sa pratique documentaire. Son travail s’articule en particulier autour des questions sociales et politiques, et c’est par le mouvement étudiant du printemps 2012 que son travail se fera connaître, en particulier grâce à la vidéo Casseroles et ses nombreuses photos. Il se spécialise depuis dans le documentaire interactif, ayant déjà réalisé trois projets, dont deux en partenariat avec l’ONF et Le Devoir : Le poids d’une voix, sur les élections au Québec de l’été 2012, et Le printemps d’après, qui revenait un an après sur le mouvement étudiant. Il prépare actuellement un nouveau projet en collaboration avec l’ONF et le magasine URBANIA. De plus il œuvre depuis 2009 comme photographe et réalisateur dans le milieu théâtral, notamment pour la création d’affiches et de visuels pour la promotion des pièces de théâtre de la relève montréalaise. Il a collaboré à de nombreuses pièces comme e), En attendant Gaudreault précédé de Ta Yeule Kathleen, Les Morb(y)desDescendance est sa seconde collaboration avec Dany Boudreault et Maxime Carbonneau. (mise à jour: 2013-10-07)

  15. M_demers_bio

    Mélanie Demers

    conseil au mouvement

    Artiste multiplateforme, Mélanie Demers étudie la littérature, le théâtre et la danse à Québec avant de terminer en 1996 sa formation à l’École de Danse Contemporaine de Montréal. Elle entreprend sa carrière d’interprète avec O Vertigo, avec qui elle tourne pendant près de 10 ans, tout en multipliant les collaborations avec des chorégraphes émergents. En parallèle, elle mène déjà une carrière de chorégraphe amorcée dès sa sortie de l’école. D’emblée, elle explore les zones sombres de la condition humaine. Elle fonde sa compagnie Mayday en 2007 pour approfondir le lien puissant liant le poétique et le politique. Socialement engagée, Mélanie Demers voyage pour enseigner la danse au Kenya, au Niger, au Brésil et en Haïti. La réalité des pays en voie de développement la mène vers un art qui n’a de sens que dans sa portée politique et sa capacité à susciter l’action et la réflexion. C’est dans cette perspective qu’elle crée Les angles morts (2006), Sauver sa peau (2008), Junkyard/Paradis (2010) et Goodbye (2012). Mélanie Demers est membre de Circuit-Est centre chorégraphique et sa compagnie est en résidence à l’Usine C. On a pu voir son travail au théâtre dans le coaching du mouvement pour acteurs et elle collabore à plusieurs revues et publications. À ce jour, Mélanie Demers compte une quinzaine de créations à son actif. Elle a présenté ses œuvres dans une trentaine de villes en Europe, en Amérique, en Afrique et en Asie. (mise à jour: 2013-10-08)

  16. Jane_doe_grosse

    Julie-Anne Parenteau-Comfort

    direction technique

    Diplômée de l’École supérieure de théâtre de l’UQÀM, profil scénographie, Julie-Anne a conçu les éclairages et fait la régie de Trains fantômes (Triangle Vital) et Lucidité passagère (Théâtre de la Zone grise). Elle a également conçu les éclairages de plusieurs productions dont L’écume des jours du Collectif Ikaria au théâtre Prospero et d’Enlèvement, séquestration et mise à mort d’un humoriste du théâtre Orbite gauche. Cette créatrice touche-à-tout a aussi créé les bandes sonores de quelques spectacles tels L’ombre incongrue de F. au théâtre La Chapelle et travaille à titre de technicienne dans plusieurs théâtres. (mise à jour: 2010-05-07)

Descendance est une création de La Messe Basse,
en résidence à la salle Jean-Claude-Germain
.

Crédits photos : Mélanie Demers : Sabrina Reeves / Maxime Carbonneau, Rachel Graton : Julie Artacho / Erwann Bernard : Daniel Parent / Dany Boudreault : Maxime Côté / Martin Faucher : Robert Etcheverry / Louise Turcot : Monic Richard

Sb2011
Théâtre d'Aujourd'hui sur Facebook
  1. Magazine-3900v8filet
  2. Bouquinerie_violet
  3. Bouton_restau_violet
  4. Partenaires_saison_bmo
  5. Logo-hydro
  6. Logo_devoir_2_
  7. Logo-calq
  8. Logo-canada-council
  9. Logo_cam_filetbleu
  10. Sans-titre-1
  11. Boutondliche_fournisseurs
  12. Fauchois_filetbleu