Télécharger Flash Player pour voir la galerie de photos

Furieux et désespérés

Olivier Kemeid

une création du Théâtre d’Aujourd’hui et de Trois Tristes Tigres

Salle principale

du 19 février au 16 mars 2013

  1. O_kemeid_tn
    texte et mise en scène
  2. E_bibeau_tn
    interprétation
  3. Mt_fortin_tn
    interprétation
  4. M_gaudette_tn
    interprétation
  5. D_gravereaux_tn
    interprétation
  6. J_haberlin_tn
    interprétation
  7. P_montpetit_tn
    interprétation
  8. M_soleymanlou_tn
    interprétation

Création

  1. texte et mise en scène Olivier Kemeid
  2. assistance à la mise en scène et régie Stéphanie Capistran-Lalonde
  3. conception visuelle Romain Fabre
  4. éclairages Etienne Boucher
  5. musique originale Philippe Brault
  6. mouvement Line Nault
  7. accessoires Loïc Lacroix Hoy
  8. maquillages et coiffures Angelo Barsetti
  9. assistance aux costumes Chantal Bachand

Résumé

Mathieu, un jeune Québécois, se rend pour la première fois de sa vie au pays de ses ancêtres. Empli d’enthousiasme et de curiosité, il affronte les nombreux obstacles qui jonchent sa route afin de rejoindre le lieu de naissance de son père, au cœur d’une grande ville dont les splendeurs du passé ressemblent de nos jours à des vestiges… Alors qu’il est reçu comme un prince par Béatrice, la cousine de son père, la carte postale vole en éclats lorsque Nora, la fille de Béatrice, et Eryan, un homme d’une autre religion, font irruption dans l’appartement. Participant tous deux au mouvement de révolte qui est en train d’embraser tout le pays, liés par un amour impossible, ils feront plonger Mathieu tête première dans une saison en enfer, qu’on a appelé ailleurs « le printemps ».

Filetblanc

En savoir plus

Les deux printemps d’Olivier Kemeid
Christian Saint-Pierre, Le Devoir, 16 février 2013
Retour aux sources pour Olivier Kemeid
Jean Siag, La Presse, 16 février 2013
Philippe Brault : le plein de musique
André Ducharme, L’Actualité, 17 février 2013
La grande histoire jusqu’à soi
Elsa Pépin, Voir, 14 février 2013
Furieux et désespérés
Voir TV, 13 février 2013
Maxim Gaudette, le plus jeune des acteurs de 38 ans, préfère cultiver le mystère
Samuel Larochelle, Nightlife, 11 février 2013
Une fresque sociopolitique d’Olivier Kemeid
Avec Marie-Christine Trottier, Bouillant de culture, 9 février 2013
Entrevue avec la comédienne Pascale Montpetit
MCBG, V, 18 février 2013

Extraits de critiques

« Avec Furieux et désespérés, Olivier Kemeid confirme son statut de compositeur dramatique de première force, éminent représentant d’une certaine dramaturgie québécoise en phase avec le monde et ses tremblements. »
Alexandre Cadieux, Le Devoir

« Osant un face-à-face avec le pays de ses ancêtres, Olivier Kemeid signe avec Furieux et désespérés une pièce chargée d’émotions sur l’exil et la révolution.»
Elsa Pépin, Voir

« Comme à son habitude, Kemeid signe un très beau texte, traversé par des éclairs de poésie. À partir des souvenirs de sa famille, il nous raconte une histoire universelle, dont le sens dépasse sa prémisse.»
Luc Boulanger, La Presse

« Drôle, touchant et captivant. Ce sont là les forces de Furieux et désespérés, qui raconte l’histoire d’un jeune Québécois en visite dans le pays d’origine de son père, où il n’a jamais vécu. […] Plusieurs dialogues et monologues, qui traitent entre autres de souvenirs, d’identité, de rage de vivre et de deuil, émeuvent par leur beauté et leur universalité. »
Roxanne Léouzon, Journal Métro

« [Les acteurs] sont tous et toutes extraordinaires. […] C’est un texte qui est criant d’actualité, hyper captivant dès le départ.»
Claudia Larochelle, On aura tout vu, , 98,5 FM

« Avec son énergie nerveuse, Maxim Gaudette est impeccable dans son rôle d’un individu à la recherche de ses racines, et par le fait même de son identité. La brillante Marie-Thérèse Fortin apporte une dimension altière, fière et blessée à cette femme farouche qui refuse de plier l’échine devant les épreuves du destin. Johanne Harbelin et Denis Gravereaux excellent dans leurs passages plus dramatiques, bouleversants de chagrins et de vulnérabilité. »
Olivier Dumas, Montheatre.qc.ca

« Ce qui est agréable dans cette histoire c’est le mélange d’émotions. On y retrouve de tout : du suspense, de la violence, de la tristesse et même des scènes poétiques. De surcroît, on y présente des moments amusants. »
Louise Bourbonnais, Journal de Montréal

« J’ai rarement eu l’occasion d’apprécier, au théâtre, une plume québécoise aussi virtuose, aussi incisive que celle d’Olivier Kemeid. Il me paraît nécessaire de souligner la poésie de ses textes et la profondeur avec laquelle ceux-ci abordent des thématiques réputées difficiles à traiter sur une scène.»
Thomas Dupont-Buist, Artichautmag.com

« On y retrouve tout du long l’humour, l’adresse et l’acuité avec laquelle l’auteur a l’habitude de traiter de sujets sensibles. Tragique comique, l’œuvre est singulière et pleine de finesse. »
Julie Cler, Info-Culture.biz

« Kemeid signe une œuvre bouleversante, un récit juste sur l’identité. En choisissant de ne jamais nommer de lieu ou de date, l’auteur parvient à rendre le récit intemporel. »
Katia Habra, Le Délit Français

« Émilie Bibeau et Marie-Thérèse Fortin sont sublimes dans leurs rôles, respectivement Nora (la fougueuse et têtue jeune fille) et Béatrice (au changement de caractère déconcertant), la cousine du père de Mathieu et l’hôtesse de son séjour. À voir ! »
Valery Drapeau, Boucle Magazine

A_furieux

Ceux qui restent...

En 2008, je suis allé en Égypte pour la première fois de ma vie. J’ai pu rencontrer les très rares membres de ma famille qui ne se sont pas exilés lors de la Révolution de 1952.

Chrétiens francophones du Moyen-Orient depuis des générations, les Kemeid qui sont restés ont vécu la transition d’un ancien monde aristocratique, dominé par les forces impériales européennes, à un nouvel ordre nationaliste, autonomiste, détaché de l’Europe.

Je suis allé chez Béatrice Badr, née Kemeid. Béatrice habite l’appartement où mon père est né. Un appartement que mon père a quitté avec sa famille quand il avait six ans, et qu’il n’a jamais revu. Pas plus qu’il n’a revu sa ville, son pays, sa famille qui est restée. On ne revient jamais au pays de son enfance.

Béatrice m’a parlé des difficultés de la vie quotidienne au Caire, des nombreuses fois où la guerre civile a failli éclater à nouveau, de la peur de revivre les événements tragiques du Grand incendie de 1952. Elle m’a dit qu’elle a pensé maintes et maintes fois tout abandonner pour nous rejoindre au Québec. Puis elle m’a pointé le soleil orangé qui tranquillement plongeait dans le Nil, où alors était-ce la terre baignée par la lumière crépusculaire, je ne sais plus, et a murmuré : « Mais je ne pouvais pas quitter ça. »

Trois ans plus tard, cette terre s’est embrasée à nouveau, à la suite d’un élan de fureur et de désespoir sans précédent. J’ai souvent parlé, dans mes pièces, de ceux qui partent. Furieux et désespérés parlera de ceux qui restent.

Olivier Kemeid

Trois Tristes Tigres

Trois Tristes Tigres est une compagnie de théâtre québécoise dont la direction artistique est assurée par Olivier Kemeid. Stéphanie Capistran-Lalonde (direction générale de la compagnie, assistance à la mise en scène et régie des productions) et Romain Fabre (communications de la compagnie, scénographie des productions) viennent compléter l’équipe. Le mandat de Trois Tristes Tigres est la création de textes originaux d’Olivier Kemeid ou l’adaptation d’œuvres présentant des échos à sa démarche. Une première veine se concentre autour d’une poétique fortement nourrie par les chocs de l’Histoire : L’Énéide (2007 et en tournée en 2010) raconte l’exil de réfugiés contemporains à partir de l’oeuvre antique de Virgile; Moi, dans les ruines rouges du siècle (2012) relate la vie d’un Ukrainien témoin de l’effondrement du bloc soviétique. Une seconde veine se base sur les questionnements anthropologiques suscités par notre attitude devant la mort (Tout ce qui est debout se couchera, 2004), les accommodements raisonnables et le choc des cultures (Les lettres arabes, 2011), l’animal en nous (Maldoror-Paysage, 2009, d’après l’œuvre de Lautréamont) et enfin divers thèmes sociopolitiques et philosophiques (Les Cabarets CLIM). Depuis quelques années, la compagnie s’est engagée dans des coproductions internationales : une première avec la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon (L’Europe et les barbares, 2008), une deuxième en cours avec le Centre dramatique de l’Océan Indien, à l’île de La Réunion (Bâtards, avril 2012). Trois Tristes Tigres est actuellement en résidence de création dans la grande salle du Théâtre d’Aujourd’hui pour les deux prochaines années.

Théâtrographie
2004, Tout ce qui est debout se couchera d’Olivier Kemeid et Patrick Drolet, en codiffusion avec Espace Libre
2005, Cabarets CLIM, cabaret collectif en codiffusion avec Espace Libre
2007, L’Énéide, d’après Virgile, d’Olivier Kemeid, en codiffusion avec Espace Libre
2008, L’Europe et les barbares, cabaret collectif en coproduction avec la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon (France)
2009, Maldoror-Paysage, d’après Lautréamont
2010, Cabaret CLIM-OFFTA, cabaret collectif en ouverture de l’OFFTA
2011, Les lettres arabes d’Olivier Kemeid et Geoffrey Gaquère, en codiffusion avec Espace Libre
2012, Moi, dans les ruines rouges du siècle d’Olivier Kemeid, en codiffusion avec le Théâtre d’Aujourd’hui
2013, Furieux et désespérés d’Olivier Kemeid, en coproduction avec le Théâtre d’Aujourd’hui

Biographies

  1. O_kemeid_bio

    Olivier Kemeid

    texte et mise en scène

    Olivier Kemeid est auteur, metteur en scène, directeur artistique de la compagnie Trois Tristes Tigres et ancien directeur artistique d’Espace Libre (2006-2010). Ses pièces ont été jouées dans de nombreux théâtres à Montréal, dont Moi, dans les ruines rouges du siècle au Théâtre d’Aujourd’hui la saison dernière, qui a remporté le Prix de l’Association Québécoise des critiques de théâtre (AQCT) dans la catégorie Production – Montréal. Sa pièce L’Énéide, d’après Virgile (2007), traduite en anglais, en allemand et en hongrois, a été lue ou jouée en France (Festival d’Avignon 2008), en Allemagne, en Hongrie, en Belgique et aux États-Unis. La saison 2012-2013 est particulièrement fructueuse pour l’auteur car cinq de ses pièces sont jouées ici et à l’étranger : The Aeneid à New York dans le off-Broadway (m.e.s. Kay Matchullat) ; Œdipe, une version toute personnelle de Œdipe Roi de Sophocle, au Théâtre du Parc à Bruxelles (m.e.s. José Besprosvany) ; Celles d’en haut, au Théâtre du Rêve à Atlanta (m.e.s. Olivier Coyette) ; Furieux et désespérés au Théâtre d’Aujourd’hui, dans une mise en scène de l’auteur et enfin Survivre, au Théâtre de Quat’Sous en avril, dans une mise en scène d’Eric Jean. Olivier Kemeid est également membre du comité de rédaction de la revue Liberté. (mise à jour: 2013-03-19)

  2. E_bibeau_bio

    Émilie Bibeau

    interprétation

    Diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 2002. Émilie Bibeau s’est vu confier très rapidement plusieurs rôles au théâtre : elle a été de la pièce Aphrodite en 2004 d’Évelyne de la Chenelière au Nouveau Théâtre Expérimental. Arrive ensuite Gertrude, le cri à Espace Go en 2004 ainsi que la pièce à grand succès Coin St-Laurent reprise en 2007. Elle interprète Constance dans Scaramouche au Théâtre Denise-Pelletier en 2006. Elle enchaîne avec les pièces Du vent entre les dents au Théâtre d’Aujourd’hui et de Serge Boucher à la Compagnie Jean-Duceppe. Elle connaît un vif succès dans Toc Toc, production de Juste pour Rire, qui a été reprise à l’été 2009 et dans Le vrai monde? à la Compagnie Jean-Duceppe qui fut encensée par la critique. Par la suite, elle est au Théâtre du Rideau Vert dans L’effet des rayons Gamma sur les vieux garçons, dans une mise en scène de René Richard Cyr. Elle a aussi eu le grand bonheur d’incarner le rôle de Guylaine dans la reprise de la pièce à succès, Matroni et moi d’Alexis Martin. Avec le Théâtre de l‘Opsis Émilie participe à la production Le bruit et la fureur sous la direction de Luce Pelletier et par la suite, dirigée par Martin Faucher, elle est de la distribution de Une maison propre. Dernièrement, Émilie s’est glissé dans la peau de Polly Peachum de L’opéra de Quat’Sous au Théâtre du Nouveau Monde et elle a joué le rôle d’Ophélie dans Hamlet toujours au Théâtre du Nouveau Monde. Nous pouvons également pu la voir sur scène dans L’invention du chauffage central en Nouvelle-France. À la télévision, nous avons eu le bonheur de voir Émilie Bibeau jouer “Émilie Bibeau” dans Tout sur moi I-II-III-IV de Stéphane Bourguignon, ainsi que dans Nos étés II et elle a surtout fait sa marque avec un rôle qu’elle chérit beaucoup, Rosalie dans Annie et ses hommes, rôle qu’elle a interprété de 2005 à 2009. Nous avons aussi pu voir Émilie dans, Tranches de vies, émission diffusée sur le réseau TVA. (mise à jour: 2012-04-16)

  3. Mt_fortin_bio

    Marie-Thérèse Fortin

    interprétation

    Marie-Thérèse Fortin est présente dans plusieurs sphères du monde du théâtre. Auparavant directrice artistique du Théâtre du Trident à Québec, de 1997 à 2003, elle a dirigé le Théâtre d’Aujourd’hui de 2004 à 2012. Au théâtre, on l’a vue ces dernières années dans Elizabeth, roi d’Angleterre au TNM, dans le rôle-titre qui lui a valu le prix Gaston-Roux de l’interprétation féminine. Elle est aussi de la distribution de Belles-Sœurs, une adaptation musicale de la pièce de Michel Tremblay par René Richard Cyr et Daniel Bélanger qui a connu un énorme succès au Québec et à Paris. À Québec, elle a tenu des rôles principaux dans une cinquantaine de pièces dont Les troyennes, Andromaque, Agnès de Dieu, Méphisto, Songe d’une nuit d’été, Les bonnes, Bousille et les justes, Les belles-soeurs, Les muses orphelines, Inventaire, Le jeu de l’amour et du hasard, Le malade imaginaire, Lucky Lady. Elle a fait les mises en scène des pièces Des yeux de verre de Michel Marc Bouchard, L’aigle à deux têtes de Cocteau, Moulins à paroles d’Alan Bennett, Anciennes odeurs de Michel Tremblay, ainsi que La liste, dont la tournée au Québec et au Canada a atteint près de 100 représentations. Marie-Thérèse est aussi très présente au petit écran. Elle a été la Françoise du Monde de Charlotte et d’Un monde à part. Elle a été de Casino I et II, de Temps dur, de Jack Carter, de Cover Girl, de 4 et demi, de L’officier de la garde, de Blanche et elle est Madame Barbara, la fidèle assistante de Sophie Paquin dans Les hauts et les bas de Sophie Paquin. Nous l’avons vue au grand écran dans Sans elle et dans Les grandes chaleurs de Sophie Lorain. Elle a remporté le prix Gémeaux, en 2001, 2002 et 2006, pour son interprétation de Françoise Langevin dans Le monde de Charlotte et Un monde à part. Toujours en 2001, elle a été décorée Chevalier de l’Ordre des arts et des lettres (décoration remise par le gouvernement de la République Française). En 2002, lors d’un gala-bénéfice organisé par le YWCA de Québec, elle est nommée Femme de mérite, catégorie Arts et culture. Marie-Thérèse présente depuis quelques années un spectacle de chanson de Barbara. On pourra la revoir au petit écran à l’hiver 2012, où elle tiendra le premier rôle de la série Mémoire vive à Radio-Canada. (mise à jour: 2012-08-31)

  4. M_gaudette_bio

    Maxim Gaudette

    interprétation

    Depuis sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 1997, Maxim Gaudette est très actif au cinéma, à la télévision et au théâtre. Sur les planches, nous l’avons vu interpréter avec brio D’Artagnan dans Les trois mousquetaires de Fernand Rainville, rôle qui lui a valu une nomination pour le Masque de la meilleure interprétation masculine en 2002. Maxim a travaillé avec plusieurs metteurs en scène de renoms, tels que Claude Poissant, Denise Filiatrault, Yves Desgagnés, Martin Faucher, Serge Denoncourt, Alice Ronfard, Normand Chouinard et René-Richard Cyr. Dernièrement, il était de la distribution de L’opéra de Quat’Sous, mis en scène par Brigitte Haentjens, à l’Usine C. Au petit écran, il a joué dans L’ombre de l’épervier, Fortier, Virginie, Grande Ourse, Lance et compte et dans L’Auberge du chien noir, dans lequel il tient toujours son rôle d’Olivier Marcoux. Depuis 2009, Maxim fait partie de la distribution de la série Les Rescapés, réalisée par Claude Desrosiers. Au cinéma, Maxim s’est démarqué dans plusieurs productions, dont Cheech de Patrick Sauvé, Les 3 p’tits cochons de Patrick Huard, Lance et compte de Frédérik D’Amours et Incendies de Denis Villeneuve. Son interprétation troublante et mémorable du tueur dans le film Polytechnique, réalisé aussi par Denis Villeneuve, lui a valu le Jutra et le Génie du meilleur rôle de soutien en 2009. (mise à jour: 2012-04-16)

  5. D_gravereaux_bio

    Denis Gravereaux

    interprétation

    Denis Gravereaux, français d’origine, a travaillé dans son pays sous la direction de Jacques Lassalle, Daniel Mesguisch, Bernard Sobel, Robert Gironès, P.E Heymann, Jean-Pierre Sarrazac. En 1997, il effectue son entrée théâtrale en sol québécois dans la pièce Le procès dans une mise en scène de Elisabeth Albahaca. Depuis, il cumule les rôles dans plus de vingt productions théâtrales. Il a travaillé notamment avec Claude Poissant dans la pièce Lorenzaccio d’Alfred Musset. Il collabore à deux reprises avec Wajdi Mouawad pour Willy Protagoras enfermé dans les toilettes et Littoral, qui le mène en tournée en France et au Liban. Il participe à plusieurs productions de Brigitte Haentjens dont Électre, Malina et Éden cinéma. Avec Pascal Contamine, il est de la distribution de Five wolf deavtov circus et Oportet. Il a eu la chance d’être dirigé par Jean-Pierre Ronfard dans Oedipe à Colonne. Puis, il joue dans Au bout du fil, un texte d’Evelyne de La Chenelière, mis en scène par Daniel Brière. Deux fois, il sera dirigé par Jean-Marie Papapietro dans Abel et Béla puis dans un spectacle solo Quelques conseils utiles aux huissiers de Lydie Salvayre. Durant trois années consécutives qui l’a mené aux quatre coins du pays, il a interprété avec brio le très touchant Bashir Lazhar dans ce texte solo écrit par Évelyne de la Chenelière, Bashir Lazhar, mise en scène de Daniel Brière. Pour le Théâtre de la Veillé, il a été de la distribution de Cœur de chien, et plus récemment La noce, deux pièces mises en scène par Gregory Hlady et finalement, nous avons pu le voir à Espace libre, dans un texte et une mise en scène de Philippe Ducros, L’affiche. Il a aussi interprété le Duc d’Albany dans L’histoire du roi Lear, mise en scène par Denis Marleau, sur les planches du TNM. Au petit et au grand écran, on a pu le voir dans plusieurs productions dont C.A., Tout sur moi, C’est pas moi, je le jure de Philippe Falardeau, Le piège américain de Charles Binamé et Les Rescapés à Radio-Canada. (mise à jour: 2012-04-16)

  6. J_haberlin_bio

    Johanne Haberlin

    interprétation

    Johanne Haberlin mène activement une carrière de comédienne depuis sa sortie de l’École nationale en 2002. Avec plus de vingt-cinq productions théâtrales à son actif, elle se démarque par des rôles de premier plan que ce soit au Théâtre d’Aujourd’hui, à La Licorne, à Espace Libre ou au Théâtre Denise-Pelletier. Elle a travaillé entre autres avec Claude Poissant, Robert Bellefeuille, Martin Faucher, Jean-Frédéric Messier, Geoffrey Gaquère, Frédéric Dubois, Olivier Kemeid, Olivier Choinière et Philippe Lambert. Affectionnant particulièrement la création québécoise, c’est par des rencontres déterminantes avec certains auteurs qu’elle trouve ses plus beaux rôles, que ce soit sous la plume de Fanny Britt dans Honey Pie, Hôtel Pacifique, Enquête sur le pire (prix d’interprétation Gala cochon d’or 2010), ou d’Olivier Kemeid dans Bacchanale et L’Énéide; sans oublier Olivier Choinière, avec Venise-en-Québec et son acclamé et gargantuesque Chante avec moi repris au CNA et au FTA en 2012. Cofondatrice du Festival OFFTA où elle siège sur le comité artistique, elle mène de front les destinées de sa compagnie Le Théâtre Debout qui vient de compléter deux ans de résidence au Théâtre d’Aujourd’hui et qui présentera Amour/Argent de Dennis Kelly à La Petite Licorne en 2013. Ce printemps, elle sera de la distribution de La fureur de ce que je pense à Espace Go. Au cinéma, elle collabore régulièrement avec le réalisateur Denis Côté. On a pu la voir entre autres dans son film Curling. Elle est également de la distribution de son prochain film Vic et Flo ont vu un ours. Enfin, elle prête sa voix à la publicité, la postsynchro et la narration. (mise à jour: 2012-10-24)

  7. M_soleymanlou_bio

    Mani Soleymanlou

    interprétation

    Depuis sa sortie de l’École nationale de théâtre du Canada en 2008, Mani Soleymanlou est très actif sur la scène montréalaise et a participé à plusieurs productions théâtrales remarquées. En 2008, au Théâtre Denis-Pelletier, il était de la distribution de La fausse malade, de Carlos Goldoni, dans une mise en scène de Frédéric Bélanger. En 2009, à Espace Go, il a joué dans Les pieds des anges, d’Évelyne de la Chenelière, mis en scène par Alice Ronfard, puis a gravi les planches du Théâtre La Chapelle pour Chroniques d’Emmanuel Schwartz, sous la houlette d’Emmanuel Schwartz, Alice Ronfard et Jérémie Niel. De retour à Espace Go, il a enchaîné avec Rouge gueule (2009) d’Étienne Lepage, où il a été dirigé par Claude Poissant. C’est sous la direction de ce dernier qu’il a incarné Gaston Talbot dans The dragonfly of Chicoutimi, une œuvre incontournable de Larry Tremblay, recréée dans le cadre la cuvée 2010 du Festival TransAmérique, et qui a été rejouée en 2011 au Théâtre Espace Go. La même année, toujours à Espace Go, il joue dans Projet Andromaque, de Racine, mis en scène par Serge Denoncourt. Il monte ensuite sur la scène d’Espace Libre pour se produire dans la pièce L’affiche (2011), écrite et mise en scène par Philippe Ducros. Début 2012, Brigitte Haentjens le dirige dans l’Opéra de Quat’sous à l’Usine C. En février 2013, au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, il joue dans Furieux et désespérés, un texte signé Olivier Kemeid. En 2011, Mani a fondé Orange Noyée, une compagnie de création théâtrale, avec laquelle il a écrit, mis en scène et interprété Un, un solo qui lui a valu le prix de la critique « interprétation masculine » pour la saison 2012-2013. Au courant des deux dernières saisons théâtrales, le solo a était présenté plus de 100 fois, notamment à 2 reprises à Paris, au prestigieux Palais de Chaillot et au Tarmac, à Avignon, en Angleterre ainsi à travers le Canada, et ce en anglais et en français. À l’automne 2013, il crée Deux. Ce duo interprété par Emmanuel Schwartz et lui-même fait partie des tops 5 spectacles de la saison selon le Voir. Trois vient conclure cette trilogie sur l’Identité. (mise à jour: 2014-05-06)

  8. S_capistran_lalonde_bio

    Stéphanie Capistran-Lalonde

    assistance à la mise en scène et régie

    Depuis sa sortie de l’École nationale de théâtre, Stéphanie Capistran-Lalonde a fait l’assistance à la mise en scène et la régie de plusieurs spectacles, principalement des créations, avec les metteurs en scène Martine Beaulne, Daniel Brière, Geoffrey Gaquère, Gervais Gaudreault, Marie Gignac, Denise Guilbault, Martin Faucher, Marie-Thérèse Fortin, Éric Jean, Olivier Kemeid, Louise Marleau, Jean-Frédérique Messier et Claude Poissant. Elle est codirectrice générale de la compagnie Trois Tristes Tigres et y a assuré la coconception et la régie de plusieurs spectacles, dont le récent Moi, dans les ruines rouges du siècle, ainsi que Les lettres arabes et L’Énéide. Elle a travaillé les textes d’auteurs contemporains comme Fanny Britt, Michel-Marc Bouchard, Olivier Choinière, Carole Fréchette, François Godin, Suzanne Lebeau, Emmanuelle Jimenez, Olivier Kemeid, Alexis Martin, Jean-Frédérique Messier, Jennifer Tremblay, Larry Tremblay et Lise Vaillancourt. Elle fait également de la direction de production. Régulièrement, elle travaille à la régie et à la mise en scène en tant qu’assistante sur les créations du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, comme Je pense à Yu et Je suis d’un would be pays. (mise à jour: 2014-05-08)

  9. R_fabre_bio

    Romain Fabre

    conception visuelle

    Depuis sa sortie de l’École nationale de théâtre du Canada en 2003, Romain se consacre aussi bien à la conception de décors que de costumes. Dernièrement on a peu voir son travail en tant que scénographe dans Je voudrai crever, de Marc-Antoine Cyr, mise en scène de Reynald Robinson, Aux Écuries ; ainsi que dans Amuleto, adapté et mis en scène par Catherine Vidal au Théâtre de Quat’Sous. Quant à son travail de concepteur de costume c’est dans Terrorisme, des frères Presnyacov, mise en scène d’Olivier Coyette, Aux Écuries, qu’il s’est illustré récemment. Cette saison on a eu l’occasion de le voir collaborer avec Claude Poissant pour la scénographie de Tom à la ferme de Michel-Marc Bouchard au Théâtre d’Aujourd’hui. Il a fait aussi partie de l’équipe des Lettres arabes d’Olivier Kemeid et Geoffrey Gaquère à l’Espace Libre. (mise à jour: 2011-04-06)

  10. E_boucher_bio

    Etienne Boucher

    éclairages

    Très sollicité pour ses conceptions d’éclairage, tant pour le théâtre que pour la danse, les comédies musicales et l’opéra, Etienne Boucher réinvente constamment sa syntaxe lumineuse et crée, dès le début, des propositions remarquées. Ainsi, l’unicité de son travail n’échappe pas à la vigilance de ses pairs et de la critique. Oeuvrant à plusieurs reprises entre autres avec les metteurs en scène René Richard Cyr, Dominic Champagne, Serge Denoncourt, Brigitte Heantjens, Martin Faucher et Robert Lepage. Parmi ses dernières collaborations, nommons les spectacles Rouge (Théâtre du Rideau Vert 2014), Les liaisons dangereuses (Théâtre Jean-Duceppe 2014), Cyrano de Bergerac (Théâtre du Nouveau Monde 2014) tous mis en scène par Serge Denoncourt, La ville de Martin Crimp mis en scène de Stéphanie Jasmin et Denis Marleau (Théâtre Espace GO 2014), Le chant de Sainte Carmen de la main de Michel Tremblay (Théâtre du Nouveau Monde, 2013) mise en scène de René Richard Cyr, Yukonstyle de Sarah Berthiaume mis en scène par Martin Faucher (Centre du Théâtre d’Aujourd’hui 2012), HA ha!… de Réjean Ducharme, dans une mise en scène de Dominic Champagne (Théâtre du Nouveau Monde, 2011) et Der ring des nibelungen, la tétralogie de Richard Wagner montée par Robert Lepage (Metropolitan Opera, 2010 à 2012). Le travail d’Etienne Boucher lui vaut plusieurs prix et nominations, dont le Masque de la meilleure conception des éclairages de la saison 2006-2007 pour les spectacles La dame aux camélias de René de Ceccaty, dans une mise en scène de Robert Bellefeuille (Théâtre du Nouveau Monde, 2006) et Du ventre entre les dents d’Emmanuelle Jimenez, dans une mise en scène de Martin Faucher (Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, 2007) de même que le LDI2011 Redden Awards for Excellence in Lighting Design (Orlando) pour Totem (Cirque du Soleil) et Der ring des nibelungen (Metropolitan Opera). (mise à jour: 2014-05-06)

  11. John_doe_bio

    Philippe Brault

    musique originale

    Musicien, arrangeur, réalisateur et concepteur sonore, Philippe Brault se partage entre la scène musicale, le studio d’enregistrement et la conception musicale pour la télévision et le théâtre. Depuis 2004, il est le directeur musical, arrangeur et bassiste de Pierre Lapointe. Il a participé à la création des spectacles Pépiphonique, La forêt des mals-aimés et plusieurs événements spéciaux tels Pierre Lapointe et l’Orchestre Métropolitain du Grand Montréal (FrancoFolies 2007) et le spectacle concept Mutantès, en plus de signer les arrangements de l’album La forêt des mal-aimés (Félix des meilleurs arrangements en 2006) et de réaliser son plus récent opus, Sentiments humains. Entretemps, il multiplie les collaborations à titre d’arrangeur, de réalisateur et de musicien auprès de nombreux artistes dont Philémon, Random Recipe, Ivy et Sylvie Paquette. Comme compositeur, on a entendu sa musique dans quelques séries documentaires au Canal Vie et à TV5, et régulièrement dans les théâtres montréalais lors de ses collaborations avec des metteurs en scène tels que Olivier Kemeid, Geoffrey Gaquère, Marie-Josée Bastien ou Claude Poissant. Récemment, il a aussi participé à la reprise de Gravel Works de Frédérick Gravel, ce qui marquait se première collaboration dans le monde de la danse. (mise à jour: 2012-04-26)

  12. L_lacroix_hoy_bio

    Loïc Lacroix Hoy

    accessoires

    Loïc Lacroix Hoy est diplômé en scénographie de l’École nationale de théâtre du Canada (2009) et aime toucher à tous les types de spectacles, que ce soit le théâtre, l’opéra, le cirque ou la marionnette. Dès sa sortie de l’école, Loïc conçoit les décors pour Les aventures de Lagardère (Théâtre La Roulotte, 2009, et Salle Fred-Barry, 2011). En tant que concepteur de décors, il participe également à la production En plein corps (École nationale de cirque, 2009) et à Abyme (Théâtre du Vaisseau d’or, 2010). De plus, il a confectionné des marionnettes pour la nouvelle création du Théâtre de l’Oeil, intitulée Sur trois pattes. En 2011, il est engagé par le QuestTheatre de Calgary pour concevoir les décors, les costumes et les marionnettes de Shoes of Sand. En tant qu’assistant-scénographe, il a travaillé aux côtés de Jean Bard sur Il n’y a plus rien (Théâtre du Rideau Vert, 2009) et sur L’Opéra de quat’sous (Théâtre du Nouveau Monde, 2010). Toujours à ce titre, il travaille également avec André Barbe, entre autres, sur Rusalka (Vienna Volksoper) et Cenerentola (Hamburg Staatspoper). En 2011, ils collaboreront à nouveau, cette fois sur la nouvelle création du Big Apple Circus, à New York. (mise à jour: 2011-03-24)

  13. John_doe_bio

    Angelo Barsetti

    maquillages et coiffures

    Issu des arts plastiques, il se fait connaître dans les milieux de la danse et du théâtre comme maquilleur. Depuis plus de vingt ans, il collabore auprès de metteurs en scène tels André Brassard, René Richard Cyr, Eric Jean, Claude Poissant et développe une grande fidélité avec Denis Marleau, Brigitte Haentjens ou avec les chorégraphes Catherine Tardif, Sylvain Emard et Louise Bédard. Angelo Barsetti se consacre de plus en plus à la photographie. Pour Wajdi Mouawad, il crée les maquillages de Willy Protagoras enfermé dans les toilettes, Rêves, Le sang des promesses, Temps, Des femmes et des héros. (mise à jour: 2014-05-05)

Furieux et désespérés est une création du Théâtre d’Aujourd’hui et de Trois Tristes Tigres.

  1. Ctda_logo_web-01
  2. Logo_trois_tristes_tigres

Crédits photos : Visuel(s) du spectacle : Neil Mota et Deux Huit Huit / Denis Gravereaux : Sylvain Guiguère / Marie-Thérèse Fortin : Martine Doucet / Olivier Kemeid : Neil Mota / Etienne Boucher : Luc Doyon / Émilie Bibeau, Pascale Montpetit : Monic Richard / Maxim Gaudette : Maude Chauvin / Johanne Haberlin, Mani Soleymanlou, Loïc Lacroix Hoy : Maxime Côté

Sb2011
Théâtre d'Aujourd'hui sur Facebook
  1. Facebook
  2. Twitter
  3. Bouquinerie
  4. Bouton_restau_08-09
  5. Fauchois
  6. Logo-bmo
  7. Logo-hydro
  8. Logo_devoir_2_
  9. Logo-calq
  10. Logo-canada-council
  11. Logo-conseil-arts-mtl-_1_
  12. Dliche