Télécharger Flash Player pour voir la galerie de photos

Gars

Marie-Ève Perron

une création de Fille/de/Personne,
en coproduction avec l’Espace Malraux scène nationale de Chambéry et de la Savoie,
la Comédie de Clermont-Ferrand scène nationale
et le soutien de la ville de Saint-Hyacinthe et Vic-Le-Comte

Salle Jean-Claude-Germain

du 19 mars au 6 avril 2013

  1. Me_perron_tn
    texte, mise en scène et interprétation

Création

  1. texte, mise en scène et interprétation Marie-Ève Perron
  2. regard extérieur Valérie Puech
  3. dramaturgie Charlotte Farcet
  4. décors et costumes Geneviève Lizotte
  5. éclairages Eric Champoux
  6. chorégraphie Sophie Mayer
  7. direction technique et régie Éric Le Brec'h

Résumé

un couple.
une phrase
toi, pas toi, je sais plus
une porte qui claque.
un GARS qui part.
une FILLE plantée là.

le fantasmagorique amoureux
qui se prend une claque.

Filetblanc
P_gars_p_2 P_gars_p_1

En savoir plus

Un peu de tendresse…
Mélissa Proulx, Voir, 21 mars 2013
Gars : l’amour est là, l’amour s’en va
Jean Siag, La Presse, 19 mars 2013
Marie-Ève Perron joue entre la France et le Québec
Médium Large, Radio-Canada, 18 mars 2013
Attention, talent : Marie-Ève Perron joue Gars, un monologue qu’elle a écrit et mis en scène
André Ducharme, L’Actualité, 18 mars 2013
Le fantasmagorique amoureux de Marie-Ève Perron
Christian Saint-Pierre, Voir, 16 mars 2013

Extraits de critiques

« Marie-Ève Perron joue magnifiquement de son corps, réceptacle de toutes les émotions, véritable instrument de musique détraqué qui reçoit toutes les secousses émotionnelles. »
Elsa Pépin, Voir

« Sur cette anecdote fort banale, Marie-Ève Perron a construit une performance solo d’une vertigineuse densité verbale, un « delirium d’angoissée » (ses mots) qui explose dans la salle Jean-Claude Germain…»
Alexandre Cadieux, Le Devoir

« Passant d’un fou rire noire, à la larme, à la crise, à la déception, puis au sourire… Marie-Ève enchaîne l’effet tragi-comique d’une façon bouleversante, avec précision et facilité. Et elle n’en délaisse pas moins le corps, qui est très impliqué, cabré dans des positions acrobatiques, révélant à son apogée la faiblesse et la force introspective du personnage… »
Valery Drapeau, Boucle Magazine

« Pour traverser cette rupture, le personnage flamboyant qu’interprète fort bien la créatrice du spectacle nous fait traverser plusieurs comportements classiques. Ce qui ne manquera pas d’ailleurs de nous faire rire.»
Pascale St-Onge, Montheatre.qc.ca

« Une pièce complètement ancrée dans notre époque moderne. Des points d’interrogation partout, ô combien justes et éloquents de notre «génération de perdus», créant un mélange de rires aux lèvres et de mottons à la gorge. […] Phrases coups de poing, cris de révolte, chaque mot est un petit monde qui fait surgir le plus profond de l’être.»
Valérie Lachaîne, Bible urbaine

A_gars

Cette fois-là

Avant Gars / il y a eu des histoires d’amour / oui / oui / je sais / rien de neuf / non / des histoires d’amour en forme de chansons tristes / le coeur à sang / la chair-flesh vivante à vif / amoureuse vaillante / mon carnet à dessins dans les mains / une phrase à te donner / «regarde cette maison qui pourrait être la nôtre» / mais rien / non / te chercher dans un froid de Sibérie / toi / lui / l’autre / en tout cas / l’élu-fait-pour-soi-serti-de-la-couronne-bonheur-garanti-et-durable / celui-là / dont ils parlent / eux / quand ils disent / « c’était lui » / « c’était elle » / et / petit à petit / s’écoeurer / oui / de la marche-marathon pas de ligne d’arrivée / des corps-modernes-encodés à qui ça dit rien une discussion autour d’un thé / s’écoeurer / du vide / du non-engagement / des prises de tête / des phrases toutes faites / des idées préconçues / de toi, de lui, de l’autre-je-m’y-perds / s’arracher le corps, les cheveux, les yeux / vouloir poser des cadenas pas de clé / mais / parce qu’un jour le docteur-sorcier a dit « de l’insatisfaction on crée » / ouvrir son ordi / ou / c’était un crayon / et / te faire exister / toi, lui, l’autre / n’importe / t’appeler / GARS / écrire / – je t’aime – / et / voir jusqu’où ça peut aller / quand on dit ça / fenêtres grandes ouvertes / ça / – je t’aime – / le dire pour vrai / pour de vrai comme / cette fois-là.

Marie-Ève Perron

Biographies

  1. Me_perron_bio

    Marie-Ève Perron

    texte, mise en scène et interprétation

    Après l’obtention d’un Baccalauréat en communication en 2001, elle entre au Conservatoire d’art dramatique de Montréal qu’elle termine en 2004. Depuis, elle a notamment travaillé comme comédienne sous la direction de Stanislas Nordey (Forces) et Wajdi Mouawad (Littoral, Forêts). En 2008, elle signe le texte de son premier spectacle solo, Marion fait maison, d’abord présenté avec le titre La soirée de la dinde, dans le cadre des Contes urbains, au Théâtre La Licorne à Montréal. Le spectacle est ensuite joué sur Paris, au Ciné13, dans le cadre du Festival des mises en capsules, et dans Esprits de famille, au Théâtre 71 de Malakoff. Elle signe également la mise en scène du spectacle Le baiser de-et-avec Valérie Puech. À la télé, elle incarne le personnage de Cathy-casses-couilles (alias Lyne-la-pas-fine) dans l’adaptation française de la série québécoise Les invincibles, diffusée sur Arte, rôle pour lequel elle obtient une nomination au Festival de télévision de Monte-Carlo. Récemment, on a pu la voir dans les pièces Les Trachiniennes et Électre du projet Des femmes, mis en scène par Wajdi Mouawad et, à Paris, au Théâtre du Rond-Point, dans la pièce Le torticolis de la girafe, mis en scène par Justine Heynemann. Directrice artistique de la compagnie Fille/de/Personne, Gars est son second spectacle solo. (mise à jour: 2012-04-26)

  2. V_puech_bio

    Valérie Puech

    regard extérieur

    Après des études d’Histoire et de Sciences politiques, elle suit une formation de comédienne à Montréal puis à l’Atelier-École du Théâtre du Rond-Point des Champs-Élysées. Elle a joué notamment sous la direction de Jean-Louis Jacopin, Jean-Claude Amyl, Daniel Berlioux, Fabienne Rocaboy. Elle travaille également comme assistante à la mise en scène (tenue du texte) avec Wajdi Mouawad (Forêts) et Cécile Backès (Fin du travail). Depuis 2006, elle collabore régulièrement avec Yannick Jaulin en tant qu’assistante à l’écriture et à la mise en scène (Terrien, Le dodo). Elle crée son premier spectacle en 2008, Petites formes autour d’une table, création collective de-et-avec Estelle Savasta, Mylène Bonnet autour des textes de Wajdi Mouawad pour le théâtre 71 de Malakoff. En 2009, elle met en scène Chemin de la belle étoile, de Sébastien Bertrand et Yannick Jaulin. Elle créée sa compagnie, Les Gens/Cie, la même année et présente son premier solo, Le baiser, actuellement en tournée. Elle travaille aujourd’hui à l’écriture d’un second solo et à la mise en scène d’un spectacle musical, Grande Danse connection Club pour la compagnie CAHPA. (mise à jour: 2012-04-26)

  3. C_farcet_bio

    Charlotte Farcet

    dramaturgie

    Issue d’une formation littéraire et théâtrale, Charlotte Farcet a accompagné de nombreux artistes à titre de dramaturge : Jacques Nichet (Faut pas payer, Le suicidé), Adrien Mondot et Claire Bardainne (Cinématique, Un point c’est tout, Hakanaï), Marie-Thérèse Fortin (La liste), Yannick Jaulin (Le dodo), Marie-Ève Perron (Gars). Depuis 2008, elle participe aux créations de Wajdi Mouawad : Seuls, Ciels, Temps et Des héros – qui fait suite au cycle Des femmes de Sophocle dans lequel elle a joué. À la demande de Léméac/Actes Sud, elle a écrit les postfaces des ouvrages Le sang des promesses, réédité chez Babel, Littoral, Incendies, Forêts et Ciels. (mise à jour: 2014-05-05)

  4. G_lizotte_bio

    Geneviève Lizotte

    décors et costumes

    Geneviève Lizotte est scénographe, conceptrice de costumes, directrice artistique et styliste. Au théâtre, elle a assuré la conception de plus de 50 productions, dont King Dave (texte Alexandre Goyette, m.e.s. Christian Fortin/ Prospéro et Licorne); Le malade imaginaire et L’impressario de Smyrne (m.e.s. Carl Béchard / Théâtre du Nouveau Monde), Oscar et Retour d’ascenseur (m.e.s. Alain Zouvi / Théâtre du Vieux-Terrebone), Toc-Toc (m.e.s. Carl Béchard / Monument-National) et de Ô les beaux jours (m.e.s. André Brassard/ Espace Go). Récemment, elle conçoit les décors des pièces Et Vian dans la gueule (m.e.s. Carl Béchard / Théâtre du Nouveau Monde), Norway Today (m.e.s. Philippe Cyr/Théâtre Prospéro), Transmissions (m.e.s. de Justin Laramé, Théâtre aux Écuries), Jocaste (m.e.s. de Philippe Dagenais et de Julie Vincent/Espace Libre) et Médée (m.e.s. de Caroline Binet/Théâtre Denise-Pelletier). Geneviève Lizotte assure aussi la conception visuelle et le stylisme de plusieurs vidéoclips et spectacles de Pierre Lapointe, notamment La forêt des mal-aimés, Pépiphonique et le spectacle de clôture des Francofolies 2007 en collaboration avec l’Orchestre Métropolitain de Montréal. Elle a également conçu la scénographie du dernier spectacle de Pierre Lapointe Mutantès (m.e.s. Claude Poissant/ Wilfrid-Pelletier). Au cinéma, Geneviève a réalisé la direction artistique du film Deux fois une femme (réal. François Delisle). (mise à jour: 2012-04-26)

  5. E_champoux_bio

    Eric Champoux

    éclairages

    En 1997, à l’École nationale de théâtre du Canada, Eric Champoux rencontre Wajdi Mouawad pour qui il créera les éclairages d’un grand nombre de ses spectacles (Willy Protagoras, Incendies, Forêts, Seuls, Temps ainsi que Ma mère chien, Les trois sœurs et le cycle des Sophocle Des femmes et Des Héros). Il conçoit également les lumières pour Alice Ronfard (L’imposture, Désordre public, L’avare), Yves Desgagnés (Le songe d’une nuit d’été, Les joyeuses commères de Windsor), Claude Poissant (Le traitement, Tristesse animal noir). Il collabore récemment avec l’Opéra de Montréal pour Dead man walking et Falstaff. Il signe aussi une première collaboration avec le Cirque du Soleil, en créant les lumières du spectacle sous chapiteau, OVO. La saison dernière, il livre les lumières d’Instructions dans une mise en scène de Marc Beaupré au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. Il est également artiste-peintre; dans son travail, les médiums se rencontrent et se mélangent. (mise à jour: 2014-05-06)

  6. O_renet_bio

    Olivier Renet

    son

    Formé à l’ENS Louis Lumière entre 1994 et 1997, il explore ensuite et simultanément les diverses facettes du son à travers le cinéma, le documentaire, la sonorisation musique et le studio. Le son pour le théâtre trouve d’abord sa place à Chartres, puis de manière récurrente au Festival d’Avignon de 2000 à 2007. Durant ces années, il réalise de nombreuses créations son pour des metteurs en scène tels que Thomas Gaubiac, à partir de textes majoritairement contemporains (Minyana, Rebotier…), ou pour la Compagnie du Théâtre Buissonnier (Eure-et-Loir). Ces dernières années ont été celles de la collaboration avec Wajdi Mouawad (Seuls, Ciels, Le sang des promesses, Des femmes), mais la musique est toujours présente, notamment par le biais de la structure de production discographique qu’il a montée en2006, Legba Prod. Il est également intervenant au CFPTS et à l’ENSATT. (mise à jour: 2013-02-14)

  7. S_mayer_bio

    Sophie Mayer

    chorégraphie

    Elle découvre Paris et le monde professionnel de la danse à 17 ans, engagée par Joseph Russillo, chorégraphe américain. Elle a ensuite dansé pendant 20 ans dans diverses compagnies explorant plusieurs styles (Philippe Tressera, Christiane de Rougemont, François Guilbard, Serge Keuten, Michèle Berg, Jean Moussy, Arthur Plascheart, Jérôme Savary, Michèle Dhallu…) pour s’épanouir au sein de la compagnie de Caroline Marcadé et partager avec celle-ci ses recherches danse-théâtre jusqu’en 1999 pour La nuit de l’enfant caillou au Théâtre de La Colline. Sous sa direction, elle travaille également pour des productions théâtrales, mises en scène de Charles Tordjman, Daniel Martin, Jean-Luc Boutté et Alain Françon. L’enseignement a toujours accompagné son travail, suivant l’évolution de son parcours artistique. De fait, elle commence à enseigner la danse dès 1983 puis fait évoluer son travail de pédagogue, au fil de ans, en direction des non-danseurs, acteurs, chanteurs ou circassiens. Chorégraphe sans compagnie permanente, elle développe son travail lors d’événements urbains et exceptionnels et enchaine les collaborations au théâtre, à l’opéra et dans l’audiovisuel. (mise à jour: 2013-01-08)

  8. E_lebrech_bio

    Éric Le Brec'h

    direction technique et régie

    Diplômé de l’ETPA de Rennes (École Technique de Photographie et de l’audiovisuel) c’est d’abord en France, son pays d’origine, qu’Éric Le Brec’h débute sa carrière. Il fait ses premiers pas à Nantes, au Théâtre ONYX, pour ensuite collaborer avec plusieurs compagnies de danse contemporaine (Centre Chorégraphique National de Nantes, Brumachon-Lamarche, Cie NGC 25, Cie Esther Aumatell) ainsi que des compagnies de théâtre jeune public (Cie Garin Trousseboeuf, Théâtre Zou) où il assure, tour à tour, les postes de concepteur/régisseur lumières-son, ou de directeur technique. En 2001, il s’installe à Montréal. Toujours à titre de concepteur/régisseur lumières-son ou de directeur technique, il travaille notamment au Théâtre de la Ville de Longueuil, au Théâtre d’Aujourd’hui, au Festival Divers/Cité ainsi qu’au Théâtre du Quat’sous. Il collabore également aux créations des compagnies de théâtre, Mathieu, François et les autres, Le Carrousel et Advienne Que Pourra. En 2008, il a rejoint l’équipe de la compagnie Abé Carré Cé Carré, de Wajdi Mouawad, pour laquelle il accompagnera en tournée les spectacles Incendies, Les trois sœurs puis le projet Des femmes. (mise à jour: 2012-04-26)

Gars est une création de Fille/de/Personne,
en coproduction avec l’Espace Malraux scène nationale de Chambéry et de la Savoie,
la Comédie de Clermont-Ferrand scène nationale
et le soutien de la ville de Saint-Hyacinthe et Vic-Le-Comte.

Remerciements : Cette production a reçu le soutien du Conseil des arts du Canada.

Crédits photos : Visuel(s) du spectacle : Neil Mota et Deux Huit Huit / Photo(s) de production : Justin Laramé / Geneviève Lizotte : Élisabeth Delage / Éric Le Brec'h : Marie-Ève Perron / Charlotte Farcet : Jean-Louis Fernandez / Marie-Ève Perron : Maude Chauvin

Sb2011
Théâtre d'Aujourd'hui sur Facebook
  1. Facebook
  2. Twitter
  3. Bouquinerie
  4. Fauchois
  5. Logo-bmo
  6. Logo-hydro
  7. Logo_devoir_2_
  8. Logo-calq
  9. Logo-canada-council
  10. Logo-conseil-arts-mtl-_1_
  11. Dliche