Télécharger Flash Player pour voir la galerie de photos

La liste

Jennifer Tremblay

une création du Théâtre d’Aujourd’hui

Salle principale

du 12 janvier au 6 février 2010

en supplémentaires les 7, 9, 10, 11, 12 et 13 février 2010

Autres saisons

Saison 2010-2011

en tournée au Québec et en Ontario

Saison 2011-2012

en tournée

Prix du Gouverneur général 2008 en théâtre
Prix Michel-Tremblay 2010
Prix auteur dramatique Banque Laurentienne 2009-2010

  1. J_tremblay_tn
    texte
  2. Mt_fortin_tn
    mise en scène
  3. S_drapeau_tn
    interprétation

Création

  1. mise en scène Marie-Thérèse Fortin
  2. interprétation Sylvie Drapeau
  3. assistance à la mise en scène et régie Stéphanie Capistran-Lalonde
  4. dramaturgie Charlotte Farcet
  5. éclairages Claude Cournoyer
  6. environnement sonore Nancy Tobin
  7. accessoires Julie Measroch
  8. maquillages Angelo Barsetti
  9. régie de plateau Anthony Cantara

Durée

1 h 15 sans entracte

Résumé

Sur mon calepin.
Sur ma liste des tâches urgentes.
J’ai écrit en haut de la page.
Ressusciter Caroline.

Une femme nous accueille, seule, dans sa cuisine. Sa voisine est morte. Et peut-être par la faute même de celle qui, assise inconfortablement devant nous, nous racontera son histoire. « Je n’ai pas levé la main sur elle », nous dit la femme d’entrée de jeu. Mais a-t-elle seulement levé le doigt pour lui venir en aide ?

P_liste_13 P_liste_12
P_liste_1 P_liste_3

Extraits de critiques

« Sylvie Drapeau y est à son aise, prodigieuse, précise et touchante. »
Philippe Couture, Voir

« Texte admirable et poignant »
Nathalie Petrowski, La Presse

« Mise en scène sobre, intelligente et intemporelle. »
Claudia Larochelle, Rue Frontenac

« Sylvie Drapeau […] est absolument fulgurante de vérité, d’émotion, d’humour aussi. […] Je n’ai jamais vu une actrice, ici, donner une telle performance. »
Louise Forestier, Je l’ai vu à la radio, SRC (39:00)

« Jennifer Tremblay voulait qu’on soit non seulement touché mais terrassé. Et c’est exactement ça qui se passe. On est estomaqué. »
Rebecca Makonnen, C’est bien meilleur le matin, SRC

« Une interprétation tout en nuances et en finesse. »
Marie Labrecque, Le Devoir

« [La] direction d’actrice est d’une grande subtilité, à l’écoute de chaque nuance du texte, de chaque déclic dramatique. »
Alexandre Vigneault, La Presse

« La mise en scène de Marie-Thérèse Fortin est extraordinaire. Le jeu de Sylvie Drapeau, encore davantage. »
Nathalie Petrowski, Six dans la cité, SRC

« Une pièce formidable. »
Catherine Perrin, Six dans la cité, SRC

« C’est un grand moment de théâtre qui nous est offert. »
Sylvain Ménard, Puisqu’il faut se lever, 98,5 FM

« La puissance des mots est magnifiée par la mise en scène. […] Quel coup de poing! »
Mélanye Boissonnault, Desautels, SRC (34:50)

« Sylvie Drapeau […] joue cette partition à merveille. »
Julie Laferrière, Ouvert le samedi, SRC (30:15)

« À partir d’un procédé d’immersion réaliste sobre et efficace, La liste transporte dans un univers d’intériorité pesant de sens, actuel, et pose d’essentielles questions sur cette façon parfois absurde que nous avons, au troisième millénaire, de vivre. »
Yves Rousseau, Le Quatrième

« Les mots de Jennifer Tremblay son simples mais ô combien forts. […] La mise en scène, signée Marie-Thérèse Fortin, est remarquable. Sans aucun doute, La liste est une pièce mystérieuse, troublante et incroyablement sincère. »
Marie-Eve Jacques, Scène à scène

« Jennifer Tremblay atteint l’universel par son économie et sa lucidité.»
Jury des Prix littéraires du Gouverneur général 2008

« L’engagement envers les autres et notre présence entière auprès de nos proches et amis sont traités de façon bouleversante. La voix de l’auteure est d’une force incroyable. Mélange de théâtre, de poésie et de roman, ce texte où chaque mot est judicieusement choisi, est empreint d’émotion pure.»
Manon Trépanier, La librairie Francophone, SRC

« La narratrice traque la fatalité à l’œuvre, ressasse l’erreur irrémédiable. Cinquante-six pages coup de poing.»
Annick Duchatel, Entre les lignes

Les Curiosités de Jennifer Tremblay

Les Curiosités ont eu lieu à l’issue de la représentation du mardi 26 janvier 2010. Elles ont réuni autour de Stéphane Lépine, animateur de l’événement : Simon Boulerice, auteur, metteur en scène et comédien, Marie-Pierre Duval, réalisatrice, scénariste et recherchiste et Francine Pelletier, journaliste, scénariste et documentariste.

Créer La liste - épisodes 1 et 2

lalister

Mon fils Miro, six ans, me demande : «Maman, comment ça s’écrit La liste?»
Je lui réponds : «C’est facile, je suis sûre que t’es capable. Essaie pour voir?» Miro essaie : «l-a-l-i-s-t-e».
Laliste : quel joli mot inventé. Ce pourrait être un nom commun, issu du verbe lalister, qui voudrait dire «tenter de se rappeler l’ordre des événements advenus.» Laliste signifierait donc «discours interminable issu de cet effort de mémoire.»
Merci Miro. On va mettre un post-it dans le Robert pour intégrer officiellement ce nouveau mot à la langue française. Il est à peine 7 h. Je cherche où il va… Lalister se glisse juste avant lallation, qui signifie : «Émission de sons plus ou moins articulés par l’enfant, avant l’acquisition du langage»…
… et juste après les préfixe et suffixe lallo et lallie, du grec, et qui signifient «parler».
Wow.

La liste met en scène un seul personnage, une femme, perfectionniste à l’extrême, totalement avalée par un quotidien qui lui pèse. Elle laliste, et cette laliste raconte, au fur et à mesure qu’elle s’élabore, comment Caroline, la voisine, mère de cinq petits enfants, est morte bêtement. Quel geste a manqué, quel geste manque, dans notre interminable chorégraphie du quotidien, pour que Caroline meure?

Jennifer Tremblay
Auteure

P_liste_6 P_liste_5

On fait des listes pour ne pas oublier… ou ne pas avoir à se souvenir.

À quoi est-ce qu’on obéit?
Voilà une des questions qui a jailli lors des discussions que nous avons eues autour de La liste de Jennifer Tremblay.
Une question qui s’est retrouvée jour après jour sur ma liste de questions et autres détails à régler.
Je ne suis jamais parvenue à la cocher.
Je n’ai pas réussi à répondre à cette question.
Je ne sais pas si je vais y parvenir un jour.
Mais je sais que cette question, à elle seule, aura guidé notre travail tout au long des répétitions.
À quoi est-ce qu’on obéit?
Pour en arriver à ne pas voir ce qui ne va pas.
Ou ce qui ne va plus.
Pour arriver à ne pas entendre une demande empressée.
Pour arriver à ne pas entendre le désarroi d’une jeune mère.
À quoi est-ce qu’on obéit pour arriver à ne plus voir qu’une liste de tâches à exécuter.
Qu’un ordre des priorités.
Qu’un ordre d’exécution… des priorités.
À quoi est-ce qu’on obéit pour en arriver à ne plus savoir être avec les autres
Pour en arriver à ne plus savoir être soi-même ni avec soi, ni avec les autres.
À quoi est-ce qu’on a obéi pour laisser un cauchemar devenir réalité et comprendre trop tard qu’il aurait pu être évité?
À quoi est-ce qu’on obéit?

Marie-Thérèse Fortin
Metteure en scène

P_liste_4 P_liste_9

Véronique Grondine, étudiante en stage d’observation pendant toute la création de La liste nous a fourni le fruit de ses réflexions. Voici ce qu’elle a vu lors des répétitions de La liste.

Biographies

  1. J_tremblay_bio

    Jennifer Tremblay

    texte

    Jennifer Tremblay est née en 1973. Elle publie, en 1990, un recueil de poésie intitulé Histoires de foudre (Éditions Machin Chouette). En 2004, elle cofonde les Éditions de la Bagnole, publie son premier roman, Tout ce qui brille, et plusieurs albums pour la jeunesse. En 2007, elle publie La liste et reçoit pour ce texte le prix du Gouverneur général et une bourse du Centre National de Théâtre en France. La pièce est créée au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui (2010). La production remporte le Prix Michel-Tremblay et le Prix Auteur dramatique Banque Laurentienne. Traduite en six langues, publiée en anglais, en portugais et en espagnol, mise en scène dans quelques grandes villes du monde, La liste poursuit sa route. En 2011, Jennifer Tremblay publie un second récit théâtral, Le carrousel. En janvier 2014, elle fait paraître La délivrance, dernier texte de la trilogie. Le carrousel est créé en français au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui (Montréal) en janvier 2014, et en anglais par la compagnie Knightwood Theatre (Toronto) en mars 2014. La compagnie Stellar Quines (Écosse) produit la trilogie en août 2015 au Fringe Festival d’Édimbourg et remporte le grand prix du Festival. En janvier 2015, l’écrivaine publie son deuxième roman, Blues nègre dans une chambre rose (VLB Éditeur). Elle produit une lecture musicale du texte et monte sur scène avec le musicien Vincent Gagnon. En mars 2015, Jennifer Tremblay se voit décerner le prix de l’artiste montérégienne de l’année par le Conseil des Arts et des Lettre du Québec. À titre d’éditrice, elle a dirigé la publication d’une centaine d’albums pour la jeunesse et d’ouvrages de tout genre.
    (mise à jour: 2016-03-04)

  2. Mt_fortin_bio

    Marie-Thérèse Fortin

    mise en scène

    Marie-Thérèse Fortin est présente dans plusieurs sphères du monde du théâtre. Auparavant directrice artistique du Théâtre du Trident à Québec, de 1997 à 2003, elle a dirigé le Théâtre d’Aujourd’hui de 2004 à 2012. Au théâtre, on l’a vue ces dernières années dans Elizabeth, roi d’Angleterre au TNM, dans le rôle-titre qui lui a valu le prix Gaston-Roux de l’interprétation féminine. Elle est aussi de la distribution de Belles-Sœurs, une adaptation musicale de la pièce de Michel Tremblay par René Richard Cyr et Daniel Bélanger qui a connu un énorme succès au Québec et à Paris. À Québec, elle a tenu des rôles principaux dans une cinquantaine de pièces dont Les troyennes, Andromaque, Agnès de Dieu, Méphisto, Songe d’une nuit d’été, Les bonnes, Bousille et les justes, Les belles-soeurs, Les muses orphelines, Inventaire, Le jeu de l’amour et du hasard, Le malade imaginaire, Lucky Lady. Elle a fait les mises en scène des pièces Des yeux de verre de Michel Marc Bouchard, L’aigle à deux têtes de Cocteau, Moulins à paroles d’Alan Bennett, Anciennes odeurs de Michel Tremblay, ainsi que La liste, dont la tournée au Québec et au Canada a atteint près de 100 représentations. Marie-Thérèse est aussi très présente au petit écran. Elle a été la Françoise du Monde de Charlotte et d’Un monde à part. Elle a été de Casino I et II, de Temps dur, de Jack Carter, de Cover Girl, de 4 et demi, de L’officier de la garde, de Blanche et elle est Madame Barbara, la fidèle assistante de Sophie Paquin dans Les hauts et les bas de Sophie Paquin. Nous l’avons vue au grand écran dans Sans elle et dans Les grandes chaleurs de Sophie Lorain. Elle a remporté le prix Gémeaux, en 2001, 2002 et 2006, pour son interprétation de Françoise Langevin dans Le monde de Charlotte et Un monde à part. Toujours en 2001, elle a été décorée Chevalier de l’Ordre des arts et des lettres (décoration remise par le gouvernement de la République Française). En 2002, lors d’un gala-bénéfice organisé par le YWCA de Québec, elle est nommée Femme de mérite, catégorie Arts et culture. Marie-Thérèse présente depuis quelques années un spectacle de chanson de Barbara. On pourra la revoir au petit écran à l’hiver 2012, où elle tiendra le premier rôle de la série Mémoire vive à Radio-Canada. (mise à jour: 2012-08-31)

  3. S_drapeau_bio

    Sylvie Drapeau

    interprétation

    Sylvie Drapeau, grande comédienne, a interprété près de cinquante grands rôles de théâtre en vingt-cinq ans. Mentionnons notamment ses prestations dans La voix humaine, Le temps d’une vie, Elvire Jouvet 40, de même que Marie Curie et Lady Macbeth (prix Gascon-Roux de la meilleure interprétation féminine 2001). Lors de la saison 2011-2012, elle a joué dans Les trachiniennes et Électre de Sophocle sous la direction de Wajdi Mouawad et La liste de Jennifer Tremblay mise en scène par Marie-Thérèse Fortin. Depuis 2010 on l’a vue dans Et Vian! dans la gueule de Boris Vian sous la direction de Carl Béchard, Piaf de Pam Gems sous la direction de Jacques Rossi, Vassa de Maxim Gorki sous la direction d’Alexandre Marine. Au cours de la saison 2013-2014, Sylvie Drapeau joue dans La cerisaie d’Anton Tchekhov mis en scène par Alexandre Marine, Le carrousel de Jennifer Tremblay mis en scène par Patrice Dubois, qui fait l’objet d’une tournée au Québec et Les innocentes de Lillian Hellman mis en scène par René Richard Cyr. On la retrouve en septembre 2014 à l’affiche de Opening night d’après le film de John Cassavetes, traduit et adapté par Fanny Britt et mis en scène par Éric Jean au Théâtre de Quat’Sous. Nous avons également pu la voir dans Médée matériau, L’aigle à deux têtes, Reste avec moi ce soir, L’imprésario de Smyrne, Marie Stuart, Dr. Jekyll and Mr. Hyde, Les mains bleues, Albertine en cinq temps, Traces d’étoiles, La locandiera, Oh les beaux jours, L’effet des rayons gamma sur les vieux garçons, Un tramway nommé désir et Chambre(s). En 2015, nous avons pu la voir, entre autres, dans Ce que nous avons fait de Michel-Maxime Legault dans la salle Jean-Claude-Germain du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. Elle était également la Reine Élizabeth dans le Richard III de Brigitte Haentjens au Théâtre du Nouveau Monde. En 2013 elle publie un essai sur la pratique théâtrale avec Martine Beaulne : Voir de l’intérieur chez Dramaturge Éditeur. C’est ensuite un roman, Le fleuve, qu’elle publie en 2015 aux Éditions Leméac. Au cinéma, nous la retrouvons avec bonheur dans 15 février 1839 (Pierre Falardeau – prix Jutra de la meilleure actrice de soutien en 2002), Le piège d’Issoudun (Micheline Lanctôt – nomination pour le prix Jutra de la meilleure actrice en 2004), Les fantômes des trois Madeleine (Guylaine Dionne) et dans Borderline (Lyne Charlebois). (mise à jour: 2016-02-18)

  4. S_capistran_lalonde_bio

    Stéphanie Capistran-Lalonde

    assistance à la mise en scène et régie

    Stéphanie Capistran-Lalonde est principalement reconnue pour son travail d’assistance à la mise en scène. Depuis sa sortie de l’École nationale de théâtre, elle a assuré l’assistance et la régie de plusieurs créations, avec les metteurs en scène Martine Beaulne, Daniel Brière, Olivier Choinière, Frédéric Dubois, Geoffrey Gaquère, Gervais Gaudreault, Marie Gignac, Martin Faucher, Marie-Thérèse Fortin, Olivier Kemeid, Jean-Frédérique Messier, Claude Poissant et Catherine Vidal. Elle codirige la compagnie de création Trois Tristes Tigres et y a assuré la conception et la régie de plusieurs spectacles, dont les récents Five Kings, l’histoire de notre chute et Moi, dans les ruines rouges du siècle. Elle a travaillé les textes d’auteurs contemporains comme Fanny Britt, Michel-Marc Bouchard, Olivier Choinière, Carole Fréchette, François Godin, Suzanne Lebeau, Emmanuelle Jimenez, Olivier Kemeid, Alexis Martin, Jean-Frédérique Messier, Jennifer Tremblay, Larry Tremblay et Lise Vaillancourt. Régulièrement, elle travaille en tant qu’assistante et régisseure sur les créations du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, comme Ennemi Public et Furieux et désespérés. (mise à jour: 2016-03-21)

  5. C_farcet_bio

    Charlotte Farcet

    dramaturgie

    Issue d’une formation littéraire et théâtrale, Charlotte Farcet a accompagné de nombreux artistes à titre de dramaturge : Jacques Nichet (Faut pas payer, Le suicidé), Adrien Mondot et Claire Bardainne (Cinématique, Un point c’est tout, Hakanaï), Marie-Thérèse Fortin (La liste), Yannick Jaulin (Le dodo), Marie-Ève Perron (Gars). Depuis 2008, elle participe aux créations de Wajdi Mouawad : Seuls, Ciels, Temps et Des héros – qui fait suite au cycle Des femmes de Sophocle dans lequel elle a joué. À la demande de Léméac/Actes Sud, elle a écrit les postfaces des ouvrages Le sang des promesses, réédité chez Babel, Littoral, Incendies, Forêts et Ciels. (mise à jour: 2014-05-05)

  6. J_catudal_bio

    Jasmine Catudal

    décor

    Jasmine Catudal a suivi le programme de Scénographie de l’École nationale de théâtre du Canada après avoir fait des études en histoire de l’art. Elle a ensuite travaillé comme scénographe dans le milieu du théâtre, de la danse, de l’opéra et du cirque. Elle a travaillé auprès de nombreux metteurs en scène tels que Robert Lepage, Claude Poissant, Marie-Thérère Fortin, Brigitte Poupart, Olivier Kemeid, Benoit Vermeulen, Alexandre Marine, David Shiner. Ses scénographies auront été vues dans plusieurs théâtres, dont le Théâtre d’Aujourd’hui, l’Espace Go, l’Espace Libre, l’Espace Tangeante, le Théâtre du Rideau Vert, le Théâtre La Chapelle. Elle a signé la scénographie de l’opéra The Tempest de Thomas Ades, mis en scène par Robert Lepage, dans une co-production de Ex Machina et du Metropolitan Opera. Elle cofonde en 2007 le OFFTA, qu’elle dirige depuis sa création. Elle est aussi co-directrice artistique de l’Usine C depuis août 2012. (mise à jour: 2013-03-27)

  7. John_doe_bio

    Isabelle Larivière

    costumes

    Isabelle Larivière est costumière et scénographe. Elle collabore également depuis plusieurs années avec Wajdi Mouawad et signe les costumes de plusieurs de ses mises en scène : Six personnages en quête d’auteur de Pirandello (2001), Les Troyennes d’Euripide (Le Trident, 1999), Les trois sœurs de Tchekhov (2002), Ma mère chien de Louise Bombardier (2005), Incendies (2003) et plus récemment Forêts (2006). (mise à jour: 2010-05-04)

  8. C_cournoyer_bio

    Claude Cournoyer

    éclairages

    Diplômé de l’École nationale de théâtre du Canada, Claude Cournoyer se distingue dans plusieurs arts de la scène. Pour le théâtre, il a travaillé avec Brigitte Haentjens pour Sibyllines : Woyzek de Georg Büchner, Vivre de Brigitte Haentjens d’après Virginia Woolf, Tout comme elle de Louise Dupré, Médée-Matériaux de Heiner Müller et La cloche de verre de Sylvia Plath présenté au Théâtre de Quat’sous. Pour ce dernier, il a aussi créé la lumière pour Les morb(y)des de Sébastien David et Faire des enfants d’Éric Noel mise en scène par Gaétan Paré, Mort de peine d’Yvan Bienvenue mise en scène par Louis Bélanger, La hache écrit et mis en scène par Larry Tremblay ainsi que Comme en Alaska de Harold Pinter mise en scène par Estelle Clareton. Chez Duceppe, il a conçu la lumière pour Les muses orphelines de Michel-Marc Bouchard, mise en scène par Martine Beaulne ainsi que La leçon d’histoire d’Alan Bennett mise en scène par Serge Denoncourt. Au TNM, il signa la conception pour Le dieu du carnage de Yasmina Reza, Huis-clos de Jean-Paul Sartre, La petite pièce en haut de l’escalier de Carole Fréchette et Antigone de Sophocle tous mise en scène par Lorraine Pintal avec qui il réalisera aussi la lumière de Madame Louis XIV au Théâtre du Rideau-Vert. On retrouve ses lumières dans l’opéra Wozzeck d’Alban Berg dirigé par Yannick Nézet-Séguin. Au Théâtre d’Aujourd’hui, il a créé la lumière pour Cantate de guerre de Larry Tremblay mise en scène de Martine Beaulne ainsi que La Liste de Jennifer Tremblay mise en scène de Marie-Thérèse Fortin. Pour la variété, il a conçu les éclairages des spectacles d’humour de Valérie Blais, Pierre Hébert, Dorice Simon, André Sauvé, Denis Drolet, Jean-François Mercier, Jean-Thomas Jobin, Louis-José Houde, Patrick Groulx, Sylvain Larocque, Alex Perron, Marie-Lise Pilote, Daniel Lemire ainsi que ceux de l’opéra folk Un éternel hiver de la chanteuse Lynda Lemay. (mise à jour: 2016-04-01)

  9. J_measroch_bio

    Julie Measroch

    accessoires

    Depuis sa formation en scénographie à l’Option Théâtre du Collège Lionel-Groulx (2005), Julie Measroch collabore à titre de scénographe avec diverses compagnies théâtrales comme Simoniaques Théâtre, Advienne que pourra , Abé Carré Cé Carré et Le Trunk Collectif. Elle a de plus participé à titre d’accessoiriste à de nombreuses productions, notamment pour Le blues de la métropole, Le dieu du carnage, La liste, L’école des femmes et L’opéra de Quat’sous et travaille aussi à l’occasion pour le cinéma ou la télévision. (mise à jour: 2012-04-26)

  10. John_doe_bio

    Angelo Barsetti

    maquillages

    Issu des arts plastiques, il se fait connaître dans les milieux de la danse et du théâtre comme maquilleur. Depuis plus de vingt ans, il collabore auprès de metteurs en scène tels André Brassard, René Richard Cyr, Eric Jean, Claude Poissant et développe une grande fidélité avec Denis Marleau, Brigitte Haentjens ou avec les chorégraphes Catherine Tardif, Sylvain Emard et Louise Bédard. Angelo Barsetti se consacre de plus en plus à la photographie. Pour Wajdi Mouawad, il crée les maquillages de Willy Protagoras enfermé dans les toilettes, Rêves, Le sang des promesses, Temps, Des femmes et des héros. (mise à jour: 2014-05-05)

  11. T_cantara_bio

    Anthony Cantara

    régie de plateau

    Anthony Cantara a gradué en 2001 au Collège John Abbott en production. Depuis sa sortie de l’école, il a été technicien de scène au Théâtre d’Aujourd’hui, machiniste de plateau sur plusieurs spectacles dont Cornemuse, Les fraises en janvier, Jean et Béatrice, Titanica, La robe des grands combats…et La liste. (mise à jour: 2011-01-19)

La liste est une création du Théâtre d’Aujourd’hui.

  1. Ctda_logo_web-01

Remerciements : Le Théâtre d'Aujourd'hui remercie Hugues Fortin, le TNM, Claude La Haye, Auvitec, La Compagnie Jean-Duceppe et Les éditions La Bagnole.

Crédits photos : Photo(s) de production : Valérie Remise / Claude Cournoyer : Normand Terrault / Anthony Cantara : Ani Harroch / Marie-Thérèse Fortin, Sylvie Drapeau : Martine Doucet / Jennifer Tremblay : Mathieu Rivard / Charlotte Farcet : Jean-Louis Fernandez

Sb2011
Théâtre d'Aujourd'hui sur Facebook
  1. Magazine-3900v8filet
  2. Bouquinerie_violet
  3. Bouton_restau_violet
  4. Partenaires_saison_bmo
  5. Logo-hydro
  6. Logo_devoir_2_
  7. Logo-calq
  8. Logo-canada-council
  9. Logo_cam_filetbleu
  10. Sans-titre-1
  11. Boutondliche_fournisseurs
  12. Fauchois_filetbleu