Télécharger Flash Player pour voir la galerie de photos

Queue cerise

Amélie Dallaire

une création d’Amélie Dallaire et Olivier Morin

Salle Jean-Claude-Germain

du 26 janvier au 13 février 2016

  1. A_dallaire_tn
    texte et interprétation
  2. O_morin_tn
    mise en scène et interprétation
  3. E_duranceau_tn
    interprétation
  4. K_gonthier_hyndman_tn
    interprétation
  5. J_storini_tn
    interprétation

Création

  1. texte et interprétation Amélie Dallaire
  2. mise en scène et interprétation Olivier Morin
  3. costumes Julie Breton
  4. éclairages et régie Vincent de Repentigny
  5. régie Nicola Dubois

Durée

1 h 20 sans entracte

Extrait

« Aujourd’hui, en observant ma collègue manger son lunch, j’ai remarqué qu’elle me dégoûtait. Elle fait des bruits de bouche et n’a aucune conscience que je l’observe. J’aime ressentir cette répulsion. J’aime la regarder être dégoûtante.»

P_queuecerise_mosaique

Résumé

Queue DE cerise?
Non, Queue cerise. Ce n’est pas une coquille.
C’est bel et bien Queue cerise et non «Queue de cerise». Queue. Cerise. Deux mots que l’inconscient peut choisir d’associer à sa guise.

Queue cerise raconte l’étrange histoire de Michelle, une jeune femme qui commence un nouvel emploi auquel elle ne comprend rien du tout. D’ailleurs, personne parmi ses nouveaux collègues ne semble disposé à intervenir pour lui venir en aide. Michelle développe une relation secrète avec le sous-sol du bureau, un espace envoutant duquel on lui avait pourtant dit de se méfier. Ce sous-sol déclenche une métamorphose de son corps mais aussi celle du monde qui l’entoure.

Queue cerise ouvre la porte des sensations refoulées qui circulent entre les cuisses et entre les mots. C’est une mosaïque de petits cauchemars insolites en perpétuel aller-retour entre le conscient et l’inconscient, le rêve et le réel, le banal et le surnaturel. Quelque part entre l’absurde de Les voisins et l’étrangeté de David Lynch. C’est souvent très drôle et parfois inquiétant, à la fois absurde et étrangement familier.

Extraits de critique

« Cette première longue pièce d’Amélie Dallaire possède la fraîcheur et l’audace de la nouvelle génération théâtrale. […] Bienvenue dans la cinquième dimension! »
Mario Cloutier, La Presse, 30 janvier 2016

« J’ai ri comme je n’avais pas ri depuis longtemps! Je pense que j’ai encore un fond de fou rire pris dans la gorge. J’ai vraiment ri à gorge déployée. »
Catherine Pogonat, Dessine-moi un dimanche, 31 janvier 2016

« Queue Cerise est quelque chose de furtif, d’une trompeuse douceur et, vraiment, quelque chose de plutôt irrésistible. »
Marie-Claire Girard, Le Huffington Post Québec, 1er février 2016

« Exploration ludique du surgissement de l’inconscient et de désirs refoulés, Queue cerise, d’Amélie Dallaire, pose aussi un regard décalé sur des situations banales. Un mélange d’ordinaire et d’inusité, dans un spectacle sympathique au possible. »
Philippe Couture, Voir, 8 février 2016

« Les personnages sont admirablement construits et interprétés. »
Marie-Luc Gervais, MonThéâtre, 31 janvier 2016

« La mise en scène audacieuse, structurelle et affirmée, signée Olivier Morin, regroupe plusieurs tableaux régis par la logique du rêve. Les contours sont flous et les scènes se superposent sans que l’on ne le réalise nécessairement. »
Myriam Gendron, Nightlife, 27 janvier 2016

« Une distribution d’acteurs formidables, ajoutée à un texte très inventif et imaginatif d’Amélie Dallaire et une mise en scène originale d’Olivier Morin, font du spectacle une réussite sur toute la ligne. »
Alexandre Michaud, Le Contemporaliste, 30 janvier 2016

« En somme, Queue cerise est une pièce empreinte de modernité, écrite sans tabous, sans pudeur. On y explore les fines limites entre réalité et rêve, entre conscient et inconscient, on rit tout fort et on en ressort en se demandant un peu ce que faisait vraiment Gandalf au même moment ou l’on regardait la pièce. #petiteinsidejoke »
Marjorie Rhéaume, Le fil rouge, 3 février 2016

Queue-cerise2

Les spectres


Un jour, j’ai demandé à Olivier Morin d’être mon interlocuteur dans ma démarche d’écriture. Notre complicité a toujours reposé sur une complémentarité artistique dépassant largement le cadre théâtral et celle-ci a énormément stimulé la création de Queue cerise. La collaboration d’Olivier à la mise en scène est donc une suite logique et heureuse de cette complicité artistique.

« Étrangement, parfois, j’aime laisser mes poils sous mes aisselles être un peu longs. Ces poils me relient à mon « moi » enfoui, à une sexualité ancienne, sauvage, au désir d’être prise contre les pierres froides et dégoulinantes d’un tunnel fuligineux. »

L’écriture de Queue cerise est née d’un désir de sonder l’inconscient en glanant dans mes propres rêves et fantasmes, un matériel impudique qui traduirait la part secrète que chacun porte en lui. Peut-être qu’en ouvrant subtilement des brèches dans mon propre subconscient, le public reconnaitra l’émergence de ses propres élans intérieurs ?

Quand on ouvre la porte sombre de nos sensations refoulées, on y découvre que les spectres de notre sexualité sociale monstrueusement domestiquée circulaient déjà entre nos jambes et entre les mots, à notre insu.

J’ai voulu que Queue cerise soit imprégnée de l’impression que me laisse souvent la vie, hasardeuse et improbable, mais à la fois organisée dans un mystérieux chaos…

Amélie Dallaire

Biographies

  1. A_dallaire_bio

    Amélie Dallaire

    texte et interprétation

    Amélie Dallaire a terminé le Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 2006. Peu de temps après sa sortie elle joue dans la pièce Toc toc, une comédie mise en scène par Carl Béchard. Elle fait partie de la distribution du film 3 saisons réalisé par Jim Donovan, sorti en 2008, et de Laurentie, une œuvre écrite et réalisée par Mathieu Denis et Simon Lavoie, sortie en 2011. Très rapidement, elle ressent une urgence d’écrire. À l’école de théâtre, elle créait sa première courte pièce, un solo intitulé Simone, dans lequel une femme énigmatique et égarée, semblant revenir d’un long voyage, désire changer de vie. Ce personnage portait déjà en lui l’âme de toutes les héroïnes qui peuplent ses créations. À la sortie du Conservatoire, elle a écrit en duo et en trio, et participé en tant qu’auteure et comédienne à plusieurs reprises au Théâtre tout court, cabaret déjanté qui présente au public du théâtre La Petite Licorne de courtes pièces de théâtre. Si la courte pièce est au théâtre ce que le court-métrage est au cinéma, ce fut pour elle une manière de faire ses premières armes. C’est en écrivant des courts textes qu’elle a trouvé sa voix, découvert son style et construit son univers. L’écriture de Queue cerise lui a permis d’entreprendre un voyage plus ambitieux, de développer un souffle plus long. (mise à jour: 2015-05-06)

  2. O_morin_bio

    Olivier Morin

    mise en scène et interprétation

    Olivier Morin est comédien, auteur et metteur en scène. Il a joué dans plus d’une trentaine de productions théâtrales depuis sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 2002. Au sein de sa compagnie, Le Théâtre du Futur, qu’il codirige avec Guillaume Tremblay et le multi-instrumentiste Navet Confit, il a coécrit et dirigé Épopée Nord (2015), L’assassinat du président (2013) et Clotaire Rapaille : l’opéra rock (2011). Il a aussi signé la mise en scène du spectacle de Liste de lecture dans le cadre du Festival international de la littérature en 2014 et de La mort de Kubrick de David-Alexandre Després au Théâtre la Chapelle (2012). Son rôle de Klaus dans Le grand cahier, d’Agota Kristof, mise en scène de Catherine Vidal, lui a valu un prix d’interprétation au Gala des Cochons d’Or en 2009. Il a joué souvent sous la direction de Luce Pelletier (Le vertige, La resistenza, La coopérative du cochon) et de Serge Denoncourt dans Projet Andromaque, Il campiello, Fragments de mensonges inutiles, La leçon d’histoire, Gertrude (le cri), Le peintre des madones, Oreste, the reality show et Les feluettes. Il a aussi participé à Du vent entre les dents, mise en scène de Martin Faucher, à Élizabeth, roi d’Angleterre, mise en scène de René Richard Cyr, Louisiane Nord, mise en scène de Claude Poissant et dans la comédie Toc toc, mise en scène par Carl Béchard. À la télé, il a joué dans Série noire, October 1970, Tranches de vie, Smash et Tout sur moi. Au cinéma, il a joué dans Tom à la ferme et Les amours imaginaires, de Xavier Dolan. Sur le web, il a joué dans Dakodak, La boite à malle, Offre d’emploi et Capsule mobile. Ses groupes de musique Otarie et les Frœurs se produisent régulièrement dans les bars de Montréal. Il est aussi artiste-peintre depuis près d’une quinzaine d’années. (mise à jour: 2015-05-06)

  3. E_duranceau_bio

    Ève Duranceau

    interprétation

    Dès sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 2000, Eve Duranceau entame sa carrière télévisuelle dans la populaire série Fortier. Elle fera ensuite des apparitions dans des émissions telles Grande ourse, Les Bougons, Les sœurs Elliot, Tactik, Providence, Toute la vérité et plus récemment dans Trauma et 30 vies. Elle s’est particulièrement démarquée pour le rôle de Lili qu’elle a tenu durant trois ans dans la série Le négociateur, réalisée par Sylvain Archambault. Au théâtre, elle a joué au Québec et en France pendant plusieurs années, grâce à la pièce Éclats et autres libertés, une production du Théâtre Le Clou, mise en scène de Benoît Vermeulen. Au cinéma, Eve travaille avec plusieurs réalisateurs tels André Turpin dans Time Warp, Denis Villeneuve dans Polytechnique, Catherine Martin pour Dans les villes et elle joue aussi dans plusieurs œuvres d’Olivier Godin. C’est en 2008 que son premier grand rôle lui est offert par Denis Côté dans le long métrage Elle veut le chaos. Eve est également de la distribution de Y’en aura pas de facile de Marc-André Lavoie et Le bonheur des autres de Jean-Philippe Pearson. En 2012, elle interprète le rôle de Clara dans Chef de meute de Chloé Robichaud, court métrage retenu en compétition officielle au festival de Cannes. Eve est aussi de la distribution de Sarah préfère la course ainsi que dans la série web Féminin/Féminin de cette même auteure. Nous la verrons prochainement interpréter le rôle de Tania, dans la série Marche à l’ombre, réalisée par Francis Leclerc. (mise à jour: 2015-05-06)

  4. K_gonthier_hyndman_bio

    Karine Gonthier-Hyndman

    interprétation

    Dès 2008, Karine Gonthier-Hyndman se démarque très rapidement au théâtre, notamment sous la direction de Luce Pelletier dans Le cercle de craie caucasien (Théâtre Prospero). Viendra ensuite une pléiade de projets qui souligne autant sa versatilité que sa passion pour la création comme Cabaret biodégradable (tournée), Cabarets dinde et farces (Espace Libre) et De rage (Théâtre Lachapelle). En 2014, elle fait partie de l’aventure Trois de Mani Soleymanlou, présentée en première mondiale au FTA puis au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. Karine participe également à la pièce Tranche cul de Jean-Philippe Baril Guérard (Espace libre) et Pig de Gaétan Paré (Théâtre Prospero). Récemment, on l’a vu dans Queue cerise (Théâtre d’aujourd’hui) sous la direction d’Olivier Morin et dans Fendre les lacs, une création de Steve Gagnon présentée au Théâtre aux Écuries et au Théâtre Périscope. Au petit écran, elle cumule les rôles dans différentes productions comme Toi & Moi II (Martin Cadotte), Le berceau des anges (Ricardo Trogi), Comment survivre aux weekends (Olivier Aghaby), Trauma II (François Gingras), 30 vies (Guillaume Lemay-Thivierge) et Les beaux malaises (Francis Leclerc). À l’automne dernier, elle a incarné le personnage d’Evelyne dans Nouvelle adresse (Raphaël Ouellet) et on peut maintenant la voir dans la populaire émission créée par Marc Brunet, Like-moi, diffusée à Télé-Québec. (mise à jour: 2016-04-01)

  5. J_storini_bio

    Julien Storini

    interprétation

    Né dans le sud de la France, Julien Storini se forme sur les scènes de café-théâtre et dans les tournois d’improvisation. Il crée en 2004 le monologue Novecento, pianiste d’Alessandro Baricco, mis en scène par Karim Zennit. Après un passage par le Conservatoire de Nice, il poursuit sa formation à l’École régionale d’acteurs de Cannes. Il y rencontre Cédric Gourmelon avec qui il travaille dès sa sortie dans Edouard II de Christopher Marlowe (2008) ainsi que Ludovic Lagarde avec qui il entame une longue complicité : Un nid pour quoi faire d’Olivier Cadiot (2009), Wozzeck, La mort de Danton, Léonce & Léna de Georg Büchner (2012), L’avare de Molière (2014) et La baraque d’Aïat Fayez (2015). Il intègre pour la saison 2009-2010, le collectif artistique de la Comédie de Reims dirigé par Lagarde, où il joue dans des mises en scène d’Émilie Rousset, Guillaume Vincent et Simon Deletang. Plus tard, il interprète Anatole F. d’Hervé Blutch (2010) dans une mise en scène de Pierre Blain. Il vit depuis 2012 à Montréal. Au Québec, on a pu le découvrir notamment dans le NoShow mis en scène par Alexandre Fecteau (2014) ainsi que dans plusieurs projets initiés par l’auteure et comédienne Amélie Dallaire. (mise à jour: 2015-05-06)

  6. V_derepentigny_bio

    Vincent de Repentigny

    éclairages et régie

    Récemment diplômé du programme de production de l’École nationale de théâtre du Canada (2011), Vincent de Repentigny se consacre principalement à la mise en scène. Depuis février 2011, il est codirecteur artistique de la compagnie suisse et québécoise insanë et assure la mise en scène du spectacle Dieu est un DJ de l’auteur berlinois Falk Richter qui sera présenté à la Société des arts technologiques [SAT] en mai 2012. Pour la saison 2013, il travaille à l’élaboration d’un autre projet avec insanë. Il collabore également avec Mellissa Larivière et Rébecca Déraspe à l’intérieur du collectif endoscope pour la création du spectacle Série B. Parallèlement, pour continuer à enrichir ses connaissances, Vincent travaille à titre d’assistant à la mise en scène, de concepteur lumière et de concepteur vidéo. (mise à jour: 2012-04-24)

Queue cerise est une création d’Amélie Dallaire et Olivier Morin.

Crédits photos : Ève Duranceau : Marili Levac / Olivier Morin : Hugo B. Lefort / Amélie Dallaire : Maxime Tremblay / Julien Storini : Jean-Pierre Riverin / Karine Gonthier-Hyndman : Maude Chauvin / Vincent de Repentigny : Maxime Côté

Sb2011
Théâtre d'Aujourd'hui sur Facebook
  1. Magazine-3900v8filet
  2. Bouquinerie_violet
  3. Bouton_restau_violet
  4. Partenaires_saison_bmo
  5. Logo-hydro
  6. Logo_devoir_2_
  7. Logo-calq
  8. Logo-canada-council
  9. Logo_cam_filetbleu
  10. Sans-titre-1
  11. Boutondliche_fournisseurs
  12. Fauchois_filetbleu