Télécharger Flash Player pour voir la galerie de photos

Tungstène de bile

J-F Nadeau, Stéfan Boucher

une création de La Tourbière

Salle Jean-Claude-Germain

du 17 mars au 4 avril 2015

  1. J-f_nadeau_tn
    texte, mise en scène et interprétation
  2. S_boucher_tn
    conception sonore, textes des chansons, mise en scène et interprétation musicale

Création

  1. texte, mise en scène et interprétation J-F Nadeau
  2. conception sonore, textes des chansons, mise en scène et interprétation musicale Stéfan Boucher
  3. scénographie et éclairages Etienne Boucher, Jonas Veroff Bouchard
  4. costumes Elen Ewing
  5. assistance costumes Odile Gamache
  6. régie éclairages et direction technique Jeanne Fortin-L.
  7. oeil extérieur Olivier Choinière
  8. direction de production Annie Lalande

Durée

1 h 40

Résumé

16 poèmes écrits pour être dits. Des contes, oui. Des petits films, si on veut. Un carnet de voyeur, si on pousse. 16 mondes frontaliers où habitent, entres autres personnages blessés, mais incandescents : Lise et Robert, Marie, Sabrina et sa mère crocodile, Drew Barrymore, Goyer, Maureen, le Clown, l’Efficace et le Fatigué, le Gars du 16e… Des minirécits qui révèlent des arias qui empêchent la Vie, ce qui se fracasse en un rien de temps, la vitesse de la lumière entre la surface et les ténèbres. Un intime cérémonial de détails qui tuent, de musique qui invite à la mue et d’éclairages qui jouent aux maîtres des lieux. Un spectacle où l’humour, le romantisme et la liberté essaient de faire de l’ombre entre deux aveuglants reflux de colère.

Extraits de critiques

« L’interprétation, les textures, la trame narrative sont justes, précises et forcément incarnées par celui qui a sans doute fait rouler les mots longtemps dans sa tête avant de les poser sur du papier. »
Fabien Deglise, Le Devoir, 19 mars 2015

« Un texte vraiment dense qu’il faut découvrir. […] Que de talent! »
Stéphane Leclair, C’est pas trop tôt, ICI Radio-Canada, 19 mars 2015

« Or, au-delà de l’esthétique, Tungstène de bile nous convie surtout à la rencontre de l’univers et de la parole de Nadeau. Ce dernier est un formidable acteur qui maîtrise parfaitement sa partition et rend son texte extrêmement vivant. […] Son corps parle autant que ses mots, tant Nadeau est habité par sa poésie. »
Luc Boulanger, La Presse, 21 mars 2015

« C’est intime et chaleureux, bien sûr, mais aussi acerbe, exigeant et éclatant de vérités. »
Julie Ledoux, Voir, 20 mars 2015

« Les récits peuvent donc se développer pleinement, servis par l’interprétation précise et festive de Jean-François Nadeau, par les musiques entraînantes de Stéfan Boucher et sa présence aussi ludique qu’autoritaire. »
Chloé Gagné Dion, Revue Jeu, 23 mars 2015

« La mise en scène permet à l’univers unique de l’auteur de prendre forme de façon ludique, mais solidement ficelée. Face aux applaudissements nourris à la fin de la représentation, le duo de performeurs a offert un rappel, autre preuve d’une présentation théâtrale hors-norme qui a su charmer son public. »
Geneviève Germain, MonTheatre

« Le texte et la dextérité linguistique de l’auteur sont remarquables et donnent envie de se procurer le recueil pour pouvoir se délecter des jeux langagiers dans toute leur splendeur. »
Hugo Prévost, Pieuvre.ca, 20 mars 2015

« Adaptation du recueil signé Jean-François Nadeau, Tungstène de bile réussit haut la main ce passage de l’expérience intime de la poésie vers l’évènement collectif et communicatif de la scène. »
Isabelle Léger, Bible Urbaine

« Voilà justement la force du texte de Nadeau, sa précision. La magnification de l’anodin dans la lumière crue des néons de la salle d’observation. Ce sont des petits éclats de quotidien qui sont livrés sur la lame froide et brillante du scalpel du poète moderne. »
Laurence Bich-Carrière, Le Délit, 24 mars 2015

Tungstene_affiche_web

Pour un instant seulement

Pour un instant seulement : au diable l’orgueil! C’est un titre qui nécessite un « googlage» pour plusieurs, j’en conviens. Bon. Tungstène : élément chimique au nom provenant du suédois « tung » (lourd) et « sten » pierre. Donc, pierre lourde, oui. Le tungstène est le métal qui a le plus haut point de fusion. Il est principalement utilisé pour la fabrication de filaments d’ampoule. La bile, elle, est le liquide biologique jaune-verdâtre très amer qui est sécrété par le foie pour favoriser la digestion. « Se faire de la bile » veut dire « se faire du souci ». « Une grosse montée de bile » veut dire « être en tabarnac ». « Tungstène de bile » peut vouloir dire, exemple : « amère promesse de lumière dans l’angoisse ». Les détracteurs du titre sont vraiment nombreux, mais je persiste à croire qu’il est parfait. OK? Retour à l’orgueil.

J-F Nadeau

La Tourbière

Fondée en 2010, La Tourbière est chargée de créer des spectacles intimes et révolutionnaires. Les relectures de contes, le théâtre de rue pour de petits groupes et les événements de poésie sont les principales activités de la compagnie. Défricher le terrain de pratiques hybrides, démystifier et populariser ce qui se fait un peu plus en marge, cela résume bien le naturel de nos volontés. Inspiré par cet écosystème humide, mystérieux, souvent d’une haute teneur acide, hyper fragile, mais plus que grouillant d’une flore et d’une faune uniques, le théâtre qui découle de La Tourbière souhaite la rencontre de plusieurs médiums, des cérémonials nouveaux et des discours tragicomiques sur des zones insolites de la vie terrestre. Avec son expertise en improvisation comme outil de recherche, ses propositions à la fois déjantées et sensibles, La Tourbière participe à la vitale et constante oxygénation que le théâtre réclame.

THÉÂTROGRAPHIE
2012, Le Chaperon est-il si rouge que ça?, Studio d’Espace Libre
2011, J-F Nadeau et Les Muggz, Francofolies de Montréal, Espace conte

Biographies

  1. J-f_nadeau_bio

    J-F Nadeau

    texte, mise en scène et interprétation

    Diplômé du Conservatoire d’art dramatique de Montréal (2002), Jean-François Nadeau a toujours accordé une importante place à l’écriture. Ses pièces P.R.O.U.N (La Petite Licorne et O Patro Vys, 2004-05), Sac à sacs (Petit Théâtre du Nord, 2009), Le chaperon est-il si rouge que ça? (Espace Libre, 2012) et AVALe (Aux Écuries, 2014) ont toutes exploré les déséquilibres de la psyché humaine en privilégiant le ton de la comédie dramatique et l’éclatement de la forme. Autrement, il a été scénariste pour la télévision (Tactik, Dieu merci, Les étoiles du dodo) et pour un jeu vidéo produit par l’Office national du film. Il travaille présentement sur deux projets de films et prépare les prochains spectacles des Zapartistes, un groupe de satire politique avec qui il milite joyeusement depuis 2011. Son premier recueil de poésie Tungstène de bile (L’Écrou, 2013) est le fruit de plusieurs soirées de « spoken word » partagées avec des musiciens tels Les Muggz ou Avec pas d’casque. (mise à jour: 2014-05-07)

  2. Stefan_boucher_bio

    Stéfan Boucher

    conception sonore, textes des chansons, mise en scène et interprétation musicale

    Musicien prolifique, Stéfan Boucher a composé pour le théâtre, le cinéma, la télévision et la danse. Il détient un baccalauréat en interprétation de l’Université McGill. Tout récemment, il a collaboré à la création de Cirkopolis, dernier spectacle du Cirque Éloize, en plus de signer la musique du nouveau spectacle de Dave St-Pierre présenté à l’été 2012 à Amsterdam. Il collabore au Grouped’ArtGravelArtGroup (GAG) depuis Gravel Works en 2008. (mise à jour: 2014-10-22)

  3. E_boucher_bio

    Etienne Boucher

    scénographie et éclairages

    Très sollicité pour ses conceptions d’éclairage, tant pour le théâtre que pour la danse, les comédies musicales et l’opéra, Etienne Boucher réinvente constamment sa syntaxe lumineuse et crée, dès le début, des propositions remarquées. Ainsi, l’unicité de son travail n’échappe pas à la vigilance de ses pairs et de la critique. Oeuvrant à plusieurs reprises entre autres avec les metteurs en scène René Richard Cyr, Dominic Champagne, Serge Denoncourt, Brigitte Heantjens, Martin Faucher et Robert Lepage. Parmi ses dernières collaborations, nommons les spectacles Rouge (Théâtre du Rideau Vert 2014), Les liaisons dangereuses (Théâtre Jean-Duceppe 2014), Cyrano de Bergerac (Théâtre du Nouveau Monde 2014) tous mis en scène par Serge Denoncourt, La ville de Martin Crimp mis en scène de Stéphanie Jasmin et Denis Marleau (Théâtre Espace GO 2014), Le chant de Sainte Carmen de la main de Michel Tremblay (Théâtre du Nouveau Monde, 2013) mise en scène de René Richard Cyr, Yukonstyle de Sarah Berthiaume mis en scène par Martin Faucher (Centre du Théâtre d’Aujourd’hui 2012), HA ha!… de Réjean Ducharme, dans une mise en scène de Dominic Champagne (Théâtre du Nouveau Monde, 2011) et Der ring des nibelungen, la tétralogie de Richard Wagner montée par Robert Lepage (Metropolitan Opera, 2010 à 2012). Le travail d’Etienne Boucher lui vaut plusieurs prix et nominations, dont le Masque de la meilleure conception des éclairages de la saison 2006-2007 pour les spectacles La dame aux camélias de René de Ceccaty, dans une mise en scène de Robert Bellefeuille (Théâtre du Nouveau Monde, 2006) et Du ventre entre les dents d’Emmanuelle Jimenez, dans une mise en scène de Martin Faucher (Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, 2007) de même que le LDI2011 Redden Awards for Excellence in Lighting Design (Orlando) pour Totem (Cirque du Soleil) et Der ring des nibelungen (Metropolitan Opera). (mise à jour: 2014-05-06)

  4. J_veroff_bouchard_bio

    Jonas Veroff Bouchard

    scénographie et éclairages

    Depuis sa sortie de l’École nationale de théâtre en 2000, Jonas Veroff Bouchard travaille tant au théâtre, qu’en variétés et à la télévision. Notons au théâtre ses collaborations auprès de Martin Faucher (%(piece)Britannicus%, Autobahn, Vigile, Milles feuilles, Femme de rêve), Serge Postigo (%(piece)Sunderland%, Geronimo Stilton), Daniel Brière (%(piece)Oreille, tigre et bruit&, La Marche de Rama, Nicht retour mademoiselle), Geoffrey Gaquère (%(piece)Enquête sur le pire%, Hôtel Pacifique), et Marc Béland (%(piece)Le fou de Dieu%). Jonas a eu le plaisir de faire les décors de tournée de plusieurs humoristes dont : François Bellefeuille, André Sauvé, Jean-Michel Anctil, Laurent Paquin. À la télévision, Jonas a créé les décors pour des émissions SNL-Qc, L’horrorarium, Vrak la Vie, Pilote(s), Un Été avec Joël et Les Moquettes coquettes. (mise à jour: 2014-10-22)

  5. E_ewing_bio

    Elen Ewing

    costumes

    Elen est diplômée de l’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe et bachelière de l’UQAM en histoire de l’art. Depuis quelques années, elle s’est taillé une place de premier plan dans le milieu théâtral montréalais, en tant que conceptrice de décors, de costumes et d’accessoires. Parmi ses récentes réalisations on compte les conceptions de costumes du Carrousel (Centre du Théâtre d’Aujourd’hui), de COCK (LiF:T), d’Ainsi parlait (Fred Gravel/Étienne Lepage) et de Bienveillance (Théâtre PàP), ainsi que les conceptions de décors, costumes et accessoires des Contes urbains 2013 (La Licorne), Jour 1 (Petit Théâtre de Sherbrooke), Comment je suis devenue touriste (Petite Licorne), Le projet bocal (Petite Licorne) et Mommy (Théâtre Aux Écuries) qui lui a valu cette fois le prix Cochon chiffon (costumes) en 2013. Elle est également de l’équipe du Théâtre de la Marée Haute, avec qui elle a réalisé Rhapsodie-Béton, Top dogs, Kick et travaille actuellement à la création de Parfois la nuit, je ris, tout seul. (mise à jour: 2014-05-05)

  6. O_gamache_bio

    Odile Gamache

    assistance costumes

    Diplômée en scénographie à l’École nationale de théâtre du Canada, Odile Gamache travaille aujourd’hui autant comme conceptrice de décors que de costumes. À sa sortie de l’école, elle s’associe au metteur en scène Félix-Antoine Boutin et s’implique comme conceptrice à la compagnie de théâtre Création dans la Chambre (Le Sacre du printemps, Orphie Karaoké, Koalas, Un animal (mort)). Parallèlement à sa compagnie, elle conçoit plusieurs scénographies, notamment celle de l’opéra Hänsel und Gretel (m.e.s Hugo Bélanger, Wilfrid-Pelletier, mars 2014) de Je te vois me regarder (m.e.s Alice Ronfard, LaChapelle, mai 2015) et signe les costumes de Unknown Body (m.e.s. Jocelyne Montpetit, Quat’Sous, janvier 2014) et d’Un Dîner d’Adieu (m.e.s Marie Charlebois, Théâtre Juste Pour Rire de Bromont, juin 2015). Elle collabore également aux côtés de la chorégraphe Caroline Laurin-Beaucage (Matière blanche, Agora de la Danse, octobre 2015). Présentement, elle travaille sur les décors de trois créations : Les savants (m.e.s Gabrielle Lessard), présenté aux Écuries fin mars, Simone and the Whole Shebang (m.e.s Jean-Simon Traversy), monté à Fred-Barry en avril, ainsi que J’aime Hydro (m.e.s Philippe Cyr), la nouvelle pièce de Porte Parole, présenté au FTA en juin prochain. (mise à jour: 2016-03-21)

  7. John_doe_bio

    Jeanne Fortin-L.

    régie éclairages et direction technique

    Lire un plan d’éclairage. Programmer une console. Comprendre les problèmes et les idées. Respirer le spectacle. Changer les gélatines cramées, les humeurs à pic et les ampoules finies. Désangoisser. Ne pas accrocher sur les imperfections de son travail, et de ses collègues. Chercher à améliorer, garder le spectacle vivant. Régie des éclairages. Pour ce qui est de la direction technique, c’est autre chose. Je vous raconterai une autre fois. (mise à jour: 2014-05-08)

  8. O_choiniere_bio

    Olivier Choinière

    oeil extérieur

    Diplômé en écriture dramatique de l’École nationale de théâtre du Canada en 1996, Olivier Choinière a participé à plus d’une trentaine de productions théâtrales principalement comme auteur et metteur en scène, mais également comme traducteur. Il se fait connaître avec Le bain des raines (1998), mis en nomination pour le Prix du Gouverneur général du Canada, puis par Autodafé (1999), mis en scène par André Brassard. Ses pièces Venise-en-Québec (2006) et Nom de domaine (2013) ont aussi été finalistes des Prix du Gouverneur général du Canada. Félicité, créée au Théâtre La Licorne à l’automne 2007, a été présentée en 2008 au Royal Court Theatre de Londres, dans une traduction de Caryl Churchill. Bliss a depuis été jouée en Écosse, en Australie et en Suisse allemande. Mommy (2013) s’est valu quatre prix au gala des Cochons d’or, en plus d’être finaliste au prix Michel-Tremblay pour le meilleur texte. En 2000, il fonde L’Activité Répétitive Grandement Grandement Libératrice pour présenter, durant la saison estivale, du théâtre d’été urbain de série B sur la terrasse du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, à Montréal. En 2002, il y met en scène une tragédie météorologique intitulée Jocelyne est en dépression. En 2003, L’Activité descend de son toit pour investir la rue avec Beauté intérieure, une déambulation audioguidée pour un spectateur à la fois. Ascension (2006) conduisait les marcheurs solitaires au sommet du mont Royal. Une autre déambulation avec baladeur, Bienvenue à – (une ville dont vous êtes le touriste), a, depuis 2004, été présentée à Chicoutimi, Shawinigan, Montréal, Ottawa et à Mulhouse, France, en collaboration avec La Filtature. Projet Blanc, une autre déambulation sonore, conduisait les spectateurs au deuxième balcon du Théâtre du Nouveau Monde lors d’une représentation unique le 3 novembre 2011. ParadiXXX (2009) mettait en scène un doublage de film pornographique devant public. À l’automne 2010, il dirigeait pas moins de 50 acteurs dans Chante avec moi. En plus de se voir décerné le prix de l’AQCT pour la meilleure production dans la catégorie Montréal, la pièce fut présentée au Centre national des arts en 2011 et au Festival TransAmériques en 2012. En 2009, il réalise un court métrage intitulé Ça va (mine de rien), présenté dans une dizaine de festivals à travers le monde. Olivier Choinière est codirecteur artistique du Théâtre Aux Écuries et cofondateur du 231, bureau d’écriture. (mise à jour: 2014-05-08)

  9. Jane_doe_grosse

    Annie Lalande

    direction de production

    À son entrée à l’École nationale de théâtre section Production, en 2004, Annie Lalande détient un DEC en cinéma, du Cégep François-Xavier Garneau, un DEP en charpenterie-menuiserie de l’École des métiers de la construction et un cours en communication de l’Université Concordia. Cette formation, elle la poursuivra au-delà de son expérience immédiate du terrain (théâtral), puisqu’elle termine présentement à l’École des Hautes Études Commerciales un DESS en Gestion d’organismes culturels. Dès sa sortie de l’École nationale de théâtre, elle s’implique dans la direction de production, que ce soit auprès des Francofolies, du Théâtre de Ste-Adèle (La chance au coureur) ou dans plusieurs spectacles de compagnies émergentes, avec Picouille Théâtre (Zorro), L’Activité (ParadiXXX), le Festival du Jamais Lu, le OFF.T.A. ou, plus globalement, les activités des Écuries qui se tiennent aux Deux Mondes. À titre d’assistante à la mise en scène, elle participe à la création d’Hôtel Pacifique (Théâtre Debout), Maldoror-Paysage (Trois tristes tigres) et Les aventures de Lagardère (la Roulotte). Tout est encore possible constitue l’occasion d’une première collaboration à un spectacle des Deux Mondes. (mise à jour: 2010-05-07)

Tungstène de bile est une création de La Tourbière.

  1. Logo_tourbiere

Crédits photos : Visuel(s) du spectacle : Patrice Lamoureux et Shany Bélanger / Elen Ewing : Denise Marcotte / Etienne Boucher : Luc Doyon / Olivier Choinière : Eugene Holtz / Odile Gamache : Maxime Côté / J-F Nadeau : Lyne Godin / Jonas Veroff Bouchard : Geneviève Alarie

Sb2011
Théâtre d'Aujourd'hui sur Facebook
  1. Magazine-3900v8filet
  2. Bouquinerie_violet
  3. Bouton_restau_violet
  4. Partenaires_saison_bmo
  5. Logo-hydro
  6. Logo_devoir_2_
  7. Logo-calq
  8. Logo-canada-council
  9. Logo_cam_filetbleu
  10. Sans-titre-1
  11. Boutondliche_fournisseurs
  12. Fauchois_filetbleu