Le brasier

de David Paquet

une production de l'Homme allumette

Salle Jean-Claude-Germain

du 23 janvier au 3 février 2018
 


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Claudette, Claudie, Claudine, Carole, Clément et Caroline ont tous un point commun, mais ils semblent l’ignorer : ils doivent surmonter l’enfance traumatique. À grands coups de marteau s’il le faut. Dans cette ronde de trois, chacun s’aménage des refuges pour survivre au poids de l’histoire familiale qui les hante.

Hautement absurde, terriblement drôle et magnifiquement construit, Le brasier est à la fois une féroce comédie noire et un drame héréditaire. David Paquet mélange humanité et franchise avec le superbe sens de la formule qu’on lui connait et, soutenu par une éblouissante distribution, nous y arrache le rire comme on nous arracherait une dent. Après avoir connu un succès remarquable en 16/17, la pièce s’offre une reprise bien méritée.

texte David Paquet mise en scène Philippe Cyr interprétation Paul Ahmarani, Kathleen Fortin, Dominique Quesnel assistance à la mise en scène et régie Émilie Gauvin scénographie et costumes Odile Gamache conception lumière Cédric Delorme-Bouchard environnement sonore Mykalle Bielinski direction technique Charles-Antoine Bertrand-Fontaine

texte

David Paquet

mise en scène

Philippe Cyr

interprétation

Paul Ahmarani

interprétation

Kathleen Fortin

interprétation

Dominique Quesnel

assistance à la mise en scène et régie

Émilie Gauvin

scénographie et costumes

Odile Gamache

conception lumière

Cédric Delorme-Bouchard

environnement sonore

Mykalle Bielinski

direction technique

Charles-Antoine Bertrand-Fontaine

De L'étincelle aux flammes

La toute première version du Brasier date de 2009. À l’époque, je voulais créer une comédie noire qui empruntait aux codes de la tragédie grecque. J’étais interpelé par la notion de fatum et de malédiction : que faire lorsque l’hérédité se présente à nous comme une condamnation ? Toutefois, plutôt que de donner la parole à des héros, j’avais envie de mettre en scène des personnages plus petits que nature. Des destins immenses pour des êtres tout simples. Ma façon, j’imagine, de dire que chaque vie est colossale.

Sept ans plus tard, je réalise – comme c’est souvent le cas – qu’un autre projet s’est inséré à travers mes intentions de création. La malédiction qui plane sur Le brasier, ce n’est pas la volonté assassine d’un poupon, ni même les fantasmes tordus d’une femme seule. La réelle tragédie de la pièce, c’est de donner à voir des existences qui, incapables de se lier les unes aux autres, sont destinées à demeurer orphelines.

Partout, le sentiment d’appartenir à la famille humaine s’effrite. Se croire coupé des autres – qu’importe l’autre – c’est devenir myope. Et lorsqu’on ne voit plus, on titube, on tâtonne et l’immobilisme s’installe. Le brasier, c’est mon désir de craquer une allumette au milieu de cet obscurantisme grandissant. Quitte à y mettre le feu.

David Paquet

IL N’Y A PAS DE PETIT DESTIN

Ça fait déjà un moment que je n’ai pas monté un texte, c’est-à-dire que le travail d’un auteur dramatique soit le point de départ d’une création. Depuis quelques années, mes matériaux de prédilections se trouvent ailleurs. Avec L’Homme allumette, je fais de la transgression une ligne de conduite et Le brasier est le moyen que j’ai trouvé pour m’imposer ma propre médecine. Je souhaitais confronter l’expérience acquise aux exigences d’un texte dramatique.

David n’est pas un doux. Il est séduisant certes, humain aussi, mais il est violemment lucide. Et le théâtre devrait servir à ça non ? Il devrait obliger le regard, il devrait nous trainer dans les coins sombres de nos existences, mettre en lumière ce que nous ne voulons pas voir. Ici, David questionne notre habileté à s’affranchir.

J’ai envers ce texte une attirance instinctive, presque juvénile. Peut-être parce que j’étais ce garçon de 17 ans, fraîchement exilé de la Gaspésie, récent homosexuel avoué (puisqu’il fallait nommer la chose) et que je voulais savoir pourquoi je n’étais pas comme les autres. Comme un réflexe, j’ai maladroitement accusé mes parents. À tort.

À cette époque j’aurais voulu me soustraire au regard des autres pour ne pas subir les définitions, les identités, les catégories. C’était avant de réaliser que je faisais totalement fausse route et que j’avais tout entre les mains. Je prenais conscience que mes différences deviendraient le filtre particulier à travers duquel je pose un regard sur ce qui m’entoure. Aujourd’hui, je me retrouve face au Brasier avec le sentiment qu’il n’y a pas de petit destin, que nos existences sont tragiques et qu’à l’échelle humaine toutes les victoires sont de grandes victoires.

Philippe Cyr

« À univers hors normes, interprètes à la personnalité forte. Chacun dans de doubles prestations très différentes, Paul Ahmarani, Kathleen Fortin et Dominique Quesnel embrasent la scène par leur présence singulière. »
Marie Labrecque, Le Devoir

« Voir trois grands interprètes jouer un excellent texte dans une salle intime relève du pur bonheur d’amateur de théâtre. »
Mario Cloutier, La Presse

« À la fois tragique et tordant, le férocement original Brasier de David Paquet est meublé de réflexions surprenantes et brillantes qui traduisent la vision super sensible qu’a le jeune dramaturge québécois du monde »
7e ciel, Journal Métro

« Ça vaut le déplacement » 
Francine Grimaldi, Samedi et rien d’autre, Ici Radio-Canada

« Une distribution hallucinante, 3 comédiens fabuleux » 
Karyne Lefebvre, Dessine-moi un dimanche, Ici Radio-Canada

« Le metteur en scène Philippe Cyr … a su, avec la complicité de ses trois interprètes de talent, rendre avec justesse la complexité d’une œuvre dont l’aspect humoristique, mâtiné d’étrangeté, n’occulte pas la profondeur du propos. »
Raymond Bertin, Revue Jeu

« David Paquet affirme l’humanité dans toute sa franchise » 
Sébastien Boutillier, Mat.tv

« C’est réussi, M. Paquet! Merci pour cette pièce incendiairement lucide » 
Luce Langis, atuvu.ca

L’Homme allumette est dédié à la création contemporaine. La compagnie explore principalement le thème de la transgression afin d’engager des artistes et le public dans un dialogue autours d’enjeux actuels. Nous puisons notre matière première dans toutes sortes de matériaux textuels, qu’ils soient théâtraux ou non. Nous privilégions une parole libre et contemporaine. Nos choix doivent nourrir nos questionnements formels et poser un regard sur les faits marquants de notre condition d’artistes, de citoyens et d’humains.

En créant la friction, nous cherchons la lumière. Nous croyons essentiel que notre regard se pose sur l’inattendu afin de renouveler sans cesse ce qui se trouve entre la scène et la salle : l’espace des possibles. 

Nouvelle

Publié le 21/09/17

David Paquet lauréat du Prix auteur dramatique 16/17!

Nous sommes très heureux d'annoncer que le public a choisi Le brasier de David Paquet comme lauréat du Prix auteur dramatique 16/17! Bravo à lui et à toute l'équipe de création!!! Et n'oubliez pas, Le brasier est en reprise en janvier à la salle Jean-Claude-Germain!

Extrait

Publié le 04/08/17 Le brasier de David Paquet

« Oui, je sais, je devrais pas me présenter chez toi, comme ça, sans avoir prévenu ou appeler ou signaler ma présence. Oui, je sais, c’est pas gentil et même un peu criminel d’avoir trouvé ton adresse sur le Net en piratant des sites à sécurité maximale. Oui, je sais, j’aurais dû rien faire de tout ça et je suis con, mais je devais absolument te dire : t’es ma pomme verte dans un monde de rouge. »

Citation

Publié le 11/05/17 Kathleen Fortin à propos du Brasier de David Paquet

« Je suis tombée amoureuse de ce texte il y a très longtemps. J’ai même écrit à l’auteur à ce sujet. Sept ans plus tard, Philippe [Cyr] m’a appelée pour me proposer de le jouer. Ça se présente comme trois courtes pièces : dans la première, nous jouons des triplets; dans la deuxième, Paul [Ahmarani] et Dominique [Quesnel] sont en duo; et dans la troisième, je reviens en solo avec un monologue. Je ne chante pas, mais pour moi le théâtre est une passion, comme ma double maison, et je me laisse bercer par la vie. »

Propos extraits d'un article de Gilles G. Lamontagne pour Sors-tu.ca.

Nouvelle

Publié le 05/05/17

Une reprise bien méritée pour Le brasier de David Paquet en 17/18!

Fort de son succès lors de la saison 16/17, Le brasier s'offre une reprise en 17/18 pour votre plus grand plaisir! Profitez-en pour voir ou revoir ce spectacle remarquable porté par une équipe éblouissante!

Album

Publié le 05/05/17

Pour la saison 17/18, c'est la comédienne Kathleen Fortin qui s'est prêtée au jeu de la séance photo! Voyez ou revoyez la en compagnie de Paul Ahamranni et Dominique Quesnel dans ce texte de David Paquet mis en scène par Philippe Cyr!

Album

Publié le 14/10/16

La photographe Julie Artacho a croqué des moments du Brasier.

HORAIRE

Rencontre avec l'équipe
30 janvier

DURÉE

1 h 10 sans entracte

TARIFS

30 ans et - 23 $
60 ans et + 25 $
Régulier 27 $

RELATIONS DE PRESSE

RuGicomm
514 759-0494

PUBLICATION

Le brasier
David Paquet Leméac
12$
Disponible à la bouquinerie

ARCHIVES

Le brasier
saison 16/17
création

Production

une production de l'Homme allumette