Descendance

de Dany Boudreault et Maxime Carbonneau

une création de La Messe Basse, en résidence à la salle Jean-Claude-Germain

Salle Jean-Claude-Germain

du 11 au 29 mars 2014


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Jour de l’An. Chez les Therrien. Dans une région pas si creuse, une sorte de Shawinigan. Dehors sévit la plus grosse tempête de l’année. Nul autre choix que de cohabiter dans ce huis clos consanguin. Pour lutter contre l’ennui ambiant, tout le monde se voit obligé d’interagir les uns avec les autres. Jour de l’An classique. Seulement, cette année, Luc, l’hôte de la soirée, s’est procuré une caméra vidéo. Et Julie, sa nièce, fait une annonce qui forcera la famille à se redéfinir.

texte Dany Boudreault texte et mise en scène Maxime Carbonneau interprétation Martin Faucher, Annette Garant, Rachel Graton, Raphaëlle Lalande, Julien Lemire, Louise Turcot assistance à la mise en scène, directeur de production et régie Jérémie Boucher scénographie Cédric Lord éclairages Erwann Bernard conception sonore Éric Forget scénarisation vidéo Stéphane Lafleur réalisation vidéo Jérémie Battaglia conseil au mouvement Mélanie Demers direction technique Julie-Anne Parenteau-Comfort

texte

Dany Boudreault

texte et mise en scène

Maxime Carbonneau

interprétation

Martin Faucher

interprétation

Annette Garant

interprétation

Rachel Graton

interprétation

Raphaëlle Lalande

interprétation

Julien Lemire

interprétation

Louise Turcot

La collision des astres

En 2010, nous nous sommes retrouvés dans un party de famille à Shawinigan. Après avoir fait des jeux, nous être parlé très sommairement de notre vie, nous être souhaité quelques meilleurs vœux convenus, nous avons commencé à nous raconter pour une énième fois, et dans un enthousiasme pareil aux années précédentes, les mêmes souvenirs qui nous lient. Malgré tout ce qui nous éloigne, nous nous sommes réfugiés dans le seul lien qui nous reste : le passé.

Nous avons eu le désir de parler de ces « survivants ». D’une famille qui tenterait à tout prix d’être ensemble sans pourtant savoir comment. Une famille qui éprouve davantage de plaisir à ressasser son passé qu’à inventer son présent. Enfin, nous avons eu envie de parler d’une famille qui décide, comme ultime geste de survie, de s’asseoir devant la vidéo de ce qu’elle vient à peine de vivre pour combler le vide de son présent.
Pour affirmer qu’elle partage les mêmes codes, les mêmes signifiants, la même Histoire, la famille de Descendance effeuille ainsi tous ses souvenirs jusqu’au néant.

Écrit avec nos quatre mains, Descendance est la rencontre de deux univers préoccupés par le rapport à la transmission et au temps. Sensibles aux mêmes accidents humains, nous avons fondé La Messe Basse afin de transcender nos obsessions communes.

Ici, nous nous interrogeons sur cette fameuse nostalgie qui règne dans nos familles, sur ce présent qui nous échappe à tout coup et sur cet incertain futur. À défaut d’avoir des enfants, que sommes-nous en mesure de léguer?

Dany Boudreault et Maxime Carbonneau

« Il faut imaginer tout ce beau monde en train d’enfiler les banalités, de ressasser inlassablement les mêmes souvenirs, de parler les uns par-dessus les autres. On dirait un croisement entre les univers de Claude Meunier et Serge Boucher. Et puis, sur le coup de minuit, tout bascule. Le film de famille, projeté en fond de scène, expose alors, à la manière d’une radiographie, les démons intérieurs des protagonistes. La pièce prend à ce moment-là une tournure plus singulière, où la langue peut enfin se déployer. »
Christian Saint-Pierre, Le Devoir

« Les comédiens sont dirigés avec une main de chef d’orchestre. Bravo à Maxime Carbonneau qui confirme son talent de metteur en scène. »
Céline de la Roche, Zone Culture

« Ce récit rempli de malaises, de faux-semblants et de traditions détestées est émouvant et pousse parfois des larmes au coin des yeux, tout particulièrement dans les monologues de la fin. Racontant différemment un thème si souvent exploité, le texte des deux jeunes dramaturges est troublant, mais juste. »
Amélie Lacroix Maccabée, Boucle Magazine

Fondée en février 2012 par Jérémie Boucher, Dany Boudreault et Maxime Carbonneau, La Messe Basse est dédiée expressément à la création de textes inédits et à l’exploration de formes nouvelles. Elle s’intéresse spécialement aux distorsions du langage, c’est-à-dire aux décalages, aux écarts.

À chaque production, La Messe Basse propose des projets qui sortent de l’ordinaire en joignant à ses équipes de production des artistes issus d’autres disciplines artistiques. En ce qui concerne Descendance, elle fait appel au réalisateur Stéphane Lafleur (Continental, un film sans fusil - Tu dors Nicole). Pour Descendance, les distorsions du langage se manifestaient en partie par la relation et la friction entre les différents médiums, soit le théâtre et le cinéma, engendrant une distorsion opérée par le temps sur la famille. Sur (e), un genre d’épopée, c’était le musicien Philippe Brault qui participait intrinsèquement au processus. Maintenant, dans Siri, cet intervenant est Siri elle-même, directement sortie des laboratoires d’Apple.

Par l’intimité qu’impose sa définition, La Messe Basse implique une lente incubation entre tous les membres du projet. Chaque membre participe à l’inconscient du spectacle et est essentiel à son idéation qui se mesure dans le temps. Dans un monde axé sur la productivité, La Messe Basse revendique la patience de l’art.
 

THÉÂTROGRAPHIE

  •  Descendance (publié chez Instant scène, présenté au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui / Gagnant aux prix littéraires du Salon du Livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean), (2014)
  • e, un genre d’épopée (publié aux Herbes Rouges, présenté au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui en 2013 / Prix meilleur acteur Cartes Prem1eres), (2013)

Vidéo

Bande-annonce pour Descendance

DURÉE

1 h 35

PUBLICATION

Descendance
Dany Boudreault et Maxime Carbonneau L'instant Scène
19,00$
Disponible à la bouquinerie

Production

une création de La Messe Basse, en résidence à la salle Jean-Claude-Germain