Ennemi public

d'Olivier Choinière

une création du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui et de L’ACTIVITÉ

Salle principale

du 24 février au 21 mars 2015


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Thriller familial traversé d’humour noir, Ennemi public est résolument ancré dans l’actualité du Québec d’aujourd’hui. Plongeant le public tête première au milieu d'une voire deux ou trois conversations mélangeant actualité politique et médiatique, histoire et anecdotes de la journée, elle met en scène une famille réunie autour d'un repas. France et ses enfants discutent de tout et de rien sans véritablement s’écouter. Les discussions s’entrecoupent, les sujets s’entremêlent. Chacun tente d’identifier un responsable aux maux qui rongent la société québécoise. Mais jamais une seule personne ne peut être tenue responsable de toutes nos misères. Il faut donc constamment renouveler l’ennemi public, figure qui a le pouvoir de nous rassembler dans la mesure où elle répond à un besoin collectif de nous en prendre à quelqu’un, quitte à faire d’un proche le coupable à condamner.

texte et mise en scène Olivier Choinière interprétation Frédéric Blanchette, Muriel Dutil, Amélie Grenier, Brigitte Lafleur, Steve Laplante, Alexane Jamieson, Alexis Plante assistance à la mise en scène et régie Stéphanie Capistran-Lalonde conseil dramaturgique Jean Marc Dalpé scénographie Jean Bard costumes Elen Ewing éclairages Mathieu Marcil son Éric Forget accessoires Angela Rassenti coach marionnettes Olivier Ducas vidéo Michel-Antoine Castonguay maquillages et coiffures Sylvie Rolland-Provost codirection technique Jean-Philippe Charbonneau, Francis Laporte machiniste de plateau Eric-William Quinn

texte et mise en scène

Olivier Choinière

interprétation

Frédéric Blanchette

interprétation

Muriel Dutil

interprétation

Amélie Grenier

interprétation

Brigitte Lafleur

interprétation

Steve Laplante

interprétation

Alexane Jamieson

interprétation

Alexis Plante

assistance à la mise en scène et régie

Stéphanie Capistran-Lalonde

conseil dramaturgique

Jean Marc Dalpé

scénographie

Jean Bard

costumes

Elen Ewing

éclairages

Mathieu Marcil

son

Éric Forget

accessoires

Angela Rassenti

coach marionnettes

Olivier Ducas

vidéo

Michel-Antoine Castonguay

maquillages et coiffures

Sylvie Rolland-Provost

codirection technique

Jean-Philippe Charbonneau

codirection technique

Francis Laporte

machiniste de plateau

Eric-William Quinn

Détestations

Gens de mon pays, je vous entends parler de détestation. Moteur politique, fil conducteur des médias, dénominateur commun de nos conversations, la haine est un catalyseur puissant. Omniprésente, interchangeable, mais aussi nécessaire que l'air que l'on respire, l'inimitié est un service essentiel au même titre que la santé ou la voirie. Ainsi, nous construisons des ennemis publics en série qui changent chaque jour de visage, et le héros d'hier peut bien devenir le méchant de demain. Il y a quelque chose de momentanément libérateur à avoir un ennemi : le mal diffus qui nous ronge et que nous n'arrivons pas à saisir a soudainement un visage et un nom.

On dit souvent qu'il n'y a pas de débat au Québec. Si ce débat n'a pas lieu, ce n’est pas parce que nous sommes incapables de discuter. Plus que jamais, nous émettons des opinions et prenons position. Paradoxalement, plus nous discutons, plus nous nous enfermons dans nos certitudes et plus nous sommes incapables de réfléchir en dehors de la notion du « pour ou contre » avec, à l’horizon, un ennemi clairement identifiable.

Face à la complexité de questions politiques et sociales qui demandent une profonde réflexion, nous préférons personnaliser les enjeux, nous camper dans une position tranchée et, tel un épouvantail, faire apparaître l’ennemi public, figure qui a l’avantage d’être à la fois rassembleuse, libératrice et pacificatrice (tant il constitue un formidable défouloir et exutoire de passions), mais qui a le désavantage de ne pas être total : jamais un seul groupe, voire une seule personne, tel un super vilain, ne saurait contenir toutes nos détestations. Il faut donc en trouver un autre, dans l'espoir que ce sera le bon.

J'ai tenté de saisir avec Ennemi public cette recherche désespérée d'un ennemi à travers nos discussions les plus banales. Le diable est dans les détails et ce sont dans les petits riens de tous les jours que le ressentiment se nourrit et se transmet. Ainsi, ceux que nous aimons et que nous chérissons le plus au monde deviennent sans le vouloir ni savoir comment notre ennemi du moment. Si nous faisons porter la source du mal à d'autres, c'est qu'il y a sans doute quelque chose d'insupportable à la reconnaître en chacun de nous.

Merci aux acteurs et à toute l'équipe pour leur générosité et leur engagement.

Olivier Choinière

« La distribution est sans faille, incluant les deux enfants. Muriel Dutil trouve ici un grand personnage dans le rôle de France; cette grand-mère représente un condensé du matriarcat québécois. On ne le dit pas assez : Muriel Dutil est l'une des plus grandes actrices de sa génération! À ses côtés, Brigitte Lafleur, Steve Laplante et Frédéric Blanchette exécutent avec brio leur partition. »
Luc Boulanger, La Presse

« Pour servir son propos, Choinière a trouvé, une fois de plus, la forme idéale. ... Pour déclencher de fertiles discussions sur l'état de la société québécoise, mais aussi sur l'état de notre théâtre, on ne saurait imaginer mieux que cet impitoyable miroir. »
Christian Saint-Pierre, Le Devoir

« Cette pièce ne vous laissera pas indifférent. ... Des comédiens fabuleux! »
Stéphane Leclair, C'est pas trop tôt, ICI Radio-Canada

« Un événement, quelque chose d'unique, à voir absolument. »
Marie-Claire Girard, Huffington Post Québec

« Ennemi public : brillant Choinière. Il faut l’avouer, Choinière a le don pour mettre le doigt sur les travers de notre société de manière à la fois percutante et subtile. »
Aurélie Olivier, Revue Jeu

« Ennemi public is a state-of-the-nation play that may be very slick and very funny, but it ultimately feels overly cynical in its vision of the present, and even more so in its view of the future. ... 3,5/4 »
J. Kelly Nestruck, The Globe and mail

« La cacophonie des conversations, savamment orchestrée par Choinière et exécutée avec brio par toute la distribution, transforme un débat d’idées en tempête de mots, par lesquels on tente de ventiler toutes ses frustrations, dans une vaine tentative de désigner collectivement un coupable à tous les maux. »
Daphné Bathalon, MonTheatre

« Je ne saurais que recommander cette œuvre positivement pernicieuse, agressive et jubilatoire. »
William Durbau, artichautmag

« Car de l’humour, Ennemi public en est truffé, et beaucoup de gags déclenchent des rires généralisés. Les comédiens sont tout à fait brillants et absolument parfaits chacun dans leur casting, et leur sens du rythme fait partie de la réussite de cette pièce. Mais ce qui est le plus brillant dans ce spectacle est sans doute la mise en scène et la scénographie ... »
Alice Côté-Dupuis, La Bible urbaine

« Cette pièce illustre admirablement bien cette manie de répondre et réfuter en laissant d’abord parler les sentiments au détriment de la pensée critique. »
Édith Malo, Les Méconnus

« Le jeu des acteurs est ciselé au couteau et incroyablement juste. Criant de vérité. »
Geneviève Plante, Yulorama

L'ACTIVITÉ Répétitive Grandement Grandement Libératrice, appelée ARGGL par les initiés, est une technique de jeu qui consiste à répéter inlassablement la même action avec vivacité et énergie jusqu'à l'épuisement, dans le but d'atteindre le râle libérateur.

L’ACTIVITÉ est une plate-forme de création. Elle est la tribune et le porte-voix de l'auteur et metteur en scène Olivier Choinière. Fondée en 2000, L’ACTIVITÉ est née d'un questionnement sur tout ce qui touche la représentation, particulièrement la place qu’occupe le spectateur à l’intérieur du spectacle. Elle tente, à chaque production, de bousculer le théâtre.
 

THÉÂTROGRAPHIE

  • Manifeste de la jeune fille (2017)
  • Polyglotte (2015)
  • Ennemi public (2015)
  • 26 lettres: Abécédaire des mots en perte de sens (2013)
  • Mommy (2013)
  • Projet blanc (2011)
  • Chante avec moi (2010, 2011, 2012)
  • Bienvenue à (une ville dont vous êtes le touriste), Mulhouse, France (2009)
  • ParadiXXX (2009)
  • Marche sur ma tombe, Musée national des beaux-arts du Québec (2008)
  • Vers solitaire (OUT), dans les rues de Montréal (2008)
  • Bienvenue à (une ville dont vous êtes le touriste), dans les rues d'Ottawa (2007)
  • Ascension, pèlerinage sonore sur le mont Royal (2006)
  • Bienvenue à (une ville dont vous êtes le touriste), dans les rues de Montréal (2005)
  • Bienvenue à (une ville dont vous êtes le touriste), dans les rues de Chicoutimi (2004)
  • Beauté intérieure, dans les rues de Montréal et Shawinigan (2003)
  • Jocelyne est en dépression (2002)
  • Agromorphobia (2001)
  • Tsé-tsé (2000)

DURÉE

1 H 25

Production

une création du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui et de L’ACTIVITÉ