Homo erectus ou le rituel amoureux de l’homme debout

de Kim Taschereau

une création de Tsunami Théâtre

Salle Jean-Claude-Germain

du 8 au 26 novembre 2005


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Un débarras d’une galerie d’arts. Des canevas immaculés, des installations poussiéreuses, une œuvre inachevée. S’y débattent : Daniel, artiste bipolaire; Maude, photographe voyageuse, perdue dans son monde intérieur; Justin, critique culturel en mal de sensations fortes; Brigitte, propriétaire de salons de thé et cafés chics… et une gigantesque toile qui surplombe la scène en maître, qui dicte ses règles, qui se remémore l’histoire selon son propre code à elle.

Une galerie. Des toiles. Des toiles qui reflètent la réalité ou la réalité qui reflète les toiles ? Comment apprendre du passé, comment ne pas refaire les mêmes erreurs, génération après génération ? Tout le monde n’a-t-il pas droit à une seconde chance ? Dans le jeu de l’amour, il n’est pas toujours nécessaire d’y avoir des perdants.

texte et interprétation Kim Taschereau mise en scène Jean-Stéphane Roy interprétation Jean-Benoit Archambault, Martin Grenier, Marie-Christine Pilotte scénographie Marie André de Courval accessoires Jessica Martin

texte et interprétation

Kim Taschereau

mise en scène

Jean-Stéphane Roy

interprétation

Jean-Benoit Archambault

interprétation

Martin Grenier

interprétation

Marie-Christine Pilotte

« L’installation scénographique intrigue d’emblée : un cadre surplombe la petite scène […] Cette intéressante conception de Marie André de Courval évoque un mobile suspendu au-dessus des personnages »
Marie Labrecque, Le Devoir

« Les comédiens [...] nous offrent une performance intense et habile, reflétant justement une belle complicité. […] Ces êtres déboussolés errent dans une salle à la fois intime et étrange, surplombée d’un énorme cadre vide, suspendu par des câbles. De cette structure coulent des rubans de plastique transparent, matériel qui unira aussi Daniel et Maude, symbolisant le cordon ombilical de leur relation. Les scénographes Marie André de Courval et Jessica Martin nous ouvrent un espace intéressant et curieux, dont les ténèbres sont amplifiées par les bizarreries sonores planantes et variées de Joé Trépanier. »
Marzia Pellissier, Montheatre.qc.ca

TsunamiThéâtre bouscule, par le biais de conventions théâtrales réinventées, l’interprétation du réel. Défiant les interdits, il explore et brouille les frontières entre la salle et la scène, la fiction et la réalité, le rationnel et l’inconscient, la vie et la mort. Son théâtre, ludique et provocant, exploite l’imagination et l’intelligence du public en confrontant ses valeurs à celles d’un univers surréaliste. Chaque fois, un défi nouveau crée un événement théâtral unique.

TsunamiThéâtre est officiellement né en septembre 2003. Issus à l'origine de l’École de Théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe (promotions 2002, 2003 et 2004), les fondateurs souhaitaient « créer la vague » plutôt que de se laisser porter par elle. Après avoir fait la Vague de fond en 2004 et être tombée dans les bras de l’Homo Erectus ou le Rituel amoureux depuis l’homme debout en 2005, l’équipe de TsunamiThéâtre se retrousse une fois de plus les manches et travaille à la concrétisation de deux nouveaux projets : Anatomicite sous anesthésie globale et La tour de la Défense.

Production

une création de Tsunami Théâtre