Les reines

de Normand Chaurette

une création du théâtre UBU en coproduction avec le Théâtre d'Aujourd'hui, le Théâtre français du Centre national des Arts et le Théâtre du Nord (Lille-Tourcoing)

Salle principale

du 1er au 26 novembre 2005


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Londres, janvier 1483. Un climat d'épouvante règne sur le palais. Gloucester s'apprête à assassiner les enfants d'Élisabeth pendant que le roi Édouard agonise. Dans la Tour, les reines vont et viennent, guindées, revêches et blafardes. Leur intuition capte l'imminence de la mort avec une telle acuité que les raisons s'en trouvent ébranlées, les conflits personnels confondus avec les conflits royaux, universels, métaphysiques.

texte Normand Chaurette mise en scène et bande sonore Denis Marleau interprétation Louise Bombardier, Sophie Cattani, Louise Laprade, Ginette Morin, Christiane Pasquier, Béatrice Picard scénographie Michèle Goulet costumes et accessoires Daniel Fortin éclairages Lucie Bazzo design sonore Nancy Tobin collaboration artistique et vidéo Stéphanie Jasmin maquillages et coiffures Angelo Barsetti coupes Francine Lebœuf, Nancy Morin, Julie Sauriol réalisation perruques Cybèle Perruques Inc. chapeaux Julienne Aras régie des éclairages Alexandra Langlois régie du son Éric Chamberland régie Nadia Bélanger

texte

Normand Chaurette

mise en scène et bande sonore

Denis Marleau

interprétation

Louise Bombardier

interprétation

Sophie Cattani

interprétation

Louise Laprade

interprétation

Ginette Morin

interprétation

Christiane Pasquier

interprétation

Béatrice Picard

C’est à elles qu’il faudrait demander un mot, car ce sont elles qui m’ont écrit. Moi c’est Richard, qui n’ai su voir en elles que des monstres faillibles, amputés d’une main, d’une couronne, d’une joie, d’une chevelure. Et même d’une structure. Elles doivent beaucoup de leur matérialité à André Brassard, sans qui elles ne seraient restées que d’injouables lambeaux. J’aurai au moins tâché de leur donner une langue. Pour voir comment ça sonne, quand ça s’insurge, ou quand ça s’attendrit. J’avais une grand-mère excessive. Une langue aussi pour l’idée de faire parler une muette. Au fond, il y a quelque chose qui tient du miracle dans Les reines. Ce soir on les rejoue sous l’oeil de Denis Marleau. Cet autre cyclope qui m’a donné la grâce.

Normand Chaurette

Il y a longtemps que je désirais monter Les reines. Dans mes pensées de projets à venir, il occupait une place particulière et persistante. Huit ans après Le passage de l’Indiana et cinq ans après Le petit Köchel, je reviens donc avec bonheur dans le monde de Normand Chaurette.

Le petit Köchel était une pièce à l’architectonie presque parfaite. Le mystère irrésolu des quatre mères putatives musicologues, musiciennes et peut-être actrices immémoriales était alors porté par quatre interprètes, Louise Bombardier, Louise Laprade, Ginette Morin et Christiane Pasquier, qui s’étaient prêtées au jeu avec intensité et grand talent. Encore empreint de cette résonance et désireux de poursuivre et d’approfondir avec elles l’exploration de cet univers, j’ai eu envie de les convoquer de nouveau pour Les reines, qui finalement se sont révélées proches, à maints égards, de ces rituels de mères indignes. À elles se sont jointes Béatrice Picard, que j’ai le plaisir et la chance de rencontrer pour la première fois dans le travail ainsi que Sophie Cattani, une jeune comédienne prometteuse venue d’ailleurs, que j’ai rencontrée lors de l’École des maitres qui se donnait dans trois pays européens l’an dernier.

Si Le petit Köchel exigeait une virtuosité quasi mathématique et une rigueur chorale, Les reines fait appel à une virtuosité du basculement, entre le tragique et le comique, entre le jeu théâtral qui a conscience de lui-même et la vérité qui surgit malgré les personnages. Les comédiennes ont exploré ce chemin qui ne cessait de nous surprendre au fur et à mesure, dans la joie et la générosité. J’ai souhaité aussi travailler de nouveau avec Michel Goulet, qui m’a accompagné dans les deux autres aventures chaurettiennes et dont les « sculptures » scéniques éclairent bien souvent le fonctionnement structurel de ces textes aux multiples parcours, qu’ils soient physiques ou de la pensée. Et pour rêver et habiller ces reines en peinture, qui s’échapperaient du cadre shakespearien, j’ai pensé tout de suite à Daniel Fortin.

Ainsi, ces reines fictionnées, de tous les recommencements et des petits rituels hebdomadaires, annonceront chaque soir leur départ, telle Marguerite d’Anjou, vers un ailleurs fantasmé. Bon voyage au pays de Chaurette.

Denis Marleau

« Béatrice Picard, Christiane Pasquier, Sophie Cattani, Louise Bombardier, Ginette Morin et Louise Laprade savent être fausses en vrai, en représentation (comme sorties de toiles de musée) et dans le concret, des effigies d’hier et des femmes d’aujourd’hui. C’est un tour de force et un tour d’esprit qui procurent un peu banal plaisir de théâtre. »
Gilles Costaz, Les Échos (Paris)

« Les reines [...] magistralement ressuscitées par Denis Marleau... »
Ève Dumas, La Presse

« Une redécouverte magnifique. D’autant que le metteur en scène a mis en valeur la dimension ludique de cette œuvre pleine d'étrangeté et d’humour acéré. »
Marie Labrecque, Le Devoir

« Denis Marleau, qui a l’art de déposer les œuvres dans des environnements scéniques magnifiques, réussit encore une fois. »
Dominique Lachance, Le Journal de Montréal

« Si cette pièce de Normand Chaurette est d’inspiration shakespearienne (Richard III), Denis Marleau la fait résonner bien au-delà des ambitions politiques de cette meute. [...] Les reines imaginées par Denis Marleau étonneront agréablement par l’imaginaire qu’elles déploient. »
Caroline Barrière, Le Droit (Ottawa)

« La splendeur du texte de Normand Chaurette est indéniable : les jeux de pouvoir, l’hypocrisie et la cruauté [...] nous apparaissent dans toute leur inhumaine magnificence. »
François de Montigny, La Rotonde

« Les reines se pavanent et se trémoussent brillamment sur la scène du CNA. »
Natasha Gauthier, Ottawa Citizen

« Un théâtre d’une grande richesse agrémenté d’un décor à l’image de la conscience des chacals qui le hantent. Festin de femmes à la brochette, ironie d’une ère importune, Les reines gave l’estomac du plus taciturne. »
Patrick Voyer, La Revue (Gatineau)

 

UBU est une compagnie de création théâtrale fondée par Denis Marleau en 1982. Près d’une quarantaine de spectacles y ont vu le jour, ici et ailleurs : à Montréal et à Ottawa, ou à Bruxelles, Avignon, Paris, Lille, Mons, Limoges et ils voyagent souvent d’un continent à l’autre. Une pratique singulière de la scène qui croise la musique et l’histoire de l’art, l’installation et les nouvelles technologies dont l’enjeu est toujours le texte en relation avec le monde et la présence humaine. Depuis vingt-cinq ans, UBU, compagnie à but non lucratif, évolue comme un collectif de recherche artistique à configuration libre et variable.

Le Centre national des Arts collabore avec des artistes et des organisations artistiques partout au Canada afin de créer une vibrante scène nationale dans le domaine des arts du spectacle, et agit comme catalyseur de la diffusion, de la création et de la transmission des savoirs d’un bout à l’autre du pays.

Carrefour des plus grands talents créateurs canadiens, le CNA privilégie les choix audacieux dans chacun de ses volets de programmation : l’Orchestre du CNA, le Théâtre français, le Théâtre anglais et la Danse, sans oublier le festival Scène et CNA Présente, qui mettent en valeur des artistes canadiens, tant émergents qu’établis. Il est aux avant-postes en matière de programmation enfance-jeunesse et d’activités éducatives, procurant de la formation aux artistes et des ressources aux enseignants des quatre coins du pays. Il fait aussi œuvre de pionnier dans l’utilisation des nouveaux médias en offrant du téléenseignement à des élèves et des jeunes artistes du monde entier, en créant des fichiers balados très prisés et en proposant un large éventail de concerts sur demande de l’Orchestre du CNA.

Le CNA est le seul centre des arts de la scène multidisciplinaire bilingue au Canada, et l’un des plus grands établissements du genre au monde.

PUBLICATION

Les reines
Normand Chaurette Leméac – Actes Sud
14,00$
Disponible à la bouquinerie

ARCHIVES

Les reines
saison 90/91
création

Production

une création du théâtre UBU en coproduction avec le Théâtre d'Aujourd'hui, le Théâtre français du Centre national des Arts et le Théâtre du Nord (Lille-Tourcoing)