Je ne suis jamais en retard

d'un collectif d'auteurs

une création du groupe ad hoc Lise Roy et Markita Boies

Salle Jean-Claude-Germain

du 4 au 22 novembre 2014


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Mosaïque de dialogues et de monologues, ce spectacle peut par sa forme être comparé à la légendaire Nef des sorcières créée par Luce Guilbault en 1976. Mais le ton a changé, la parole féministe a évolué depuis les années 70. Alors, que disent ces femmes aujourd’hui? On nous donne ici à entendre des voix d'auteures, d'actrices, de poétesses, de sociologues et de militantes aguerries. Des femmes qui nous proposent une vision contemporaine de leurs préoccupations sociales et intimes dans le Québec d’aujourd’hui.

mise en scène Markita Boies idéation, texte et interprétation Lise Roy texte et interprétation Louise Bombardier texte Nicole Brossard, Marie-Eve Gagnon, Nicole Lacelle, Dominick Parenteau-Lebeuf, Marilyn Perreault interprétation Émilie Gilbert, Noémie Godin-Vigneau, Tania Kontoyanni, Danièle Panneton assistance à la mise en scène Alexandra Sutto scénographie Geneviève Lizotte costumes Linda Brunelle éclairages Lucie Bazzo musique Catherine Gadouas direction de production et direction technique Émilie Gendron

mise en scène

Markita Boies

idéation, texte et interprétation

Lise Roy

texte et interprétation

Louise Bombardier

texte

Nicole Brossard

texte

Marie-Eve Gagnon

texte

Nicole Lacelle

texte

Dominick Parenteau-Lebeuf

texte

Marilyn Perreault

interprétation

Émilie Gilbert

interprétation

Noémie Godin-Vigneau

interprétation

Tania Kontoyanni

interprétation

Danièle Panneton

Une nef d’aujourd’hui

En 2011, La Nef des sorcières a 36 ans. En hommage à Luce Guilbault, initiatrice de cette création, Markita Boies la met en espace à la Grande Bibliothèque.J’ai le plaisir d’interpréter un des textes. La salle est bondée. La réaction du public est à couper le souffle. Son enthousiasme est éloquent : on est en manque de paroles féminines fortes et frontales. Je suis secouée, provoquée au point de mettre en branle un projet théâtral, rassemblant lui aussi un collectif de femmes, comédiennes et auteures. J’ai envie qu’on mette en mots ce qui nous perturbe, nous touche, nous questionne, nous exalte par rapport à la réalité, une réalité ressentie avant tout sous l’angle du féminin. Je convoque donc sept artistes d’âges divers autour de la prémisse suivante : écrire un court texte mettant en scène un personnage de femme contemporaine, chaque auteure étant absolument libre du contenu et de la forme. Ce qui en a résulté? Imaginez une mosaïque impressionniste, une fresque de textes où les personnages, traversant le 4e mur, se confient, dénoncent, s’insurgent, se questionnent, s’offrent. Imaginez un lieu théâtral où nous sommes happés, pris et surpris par des rencontres d’amour ou de haine, intimes ou publiques. Imaginez des actrices sortant des coulisses et soudain, l’une d’elles éclate, peut-être de colère, d’impuissance ou alors d’exultation devant un personnage qui l’aura menée dans des zones obscures d’elle-même. Imaginez une parole du féminin par le féminin, qui va, dans sa plus belle liberté, se laisser déborder par ce qui émerge de la réalité des femmes de maintenant. Imaginez prendre la parole pour défier l’impuissance ambiante qui nous tient à la gorge dans nos démocraties à la dérive. Imaginez révéler encore une fois et autant de fois qu’il le faudra, la vie des femmes dans toutes leurs jubilations; violentes ou douces ou effrénées. Imaginez des femmes qui, portées par une nef d’aujourd’hui, prennent la scène d’assaut, tel un parvis de vie.

Lise Roy

« Le résultat est fabuleux ... J'en suis sortie éblouie par les performances des comédiennes et la qualité des textes et toute remuée. »
Marie-Claire Girard, Le Huffington Post

« Le public ressort de ce théâtre à dimension humaine l’esprit chargé de réflexions, rasséréné par la brillance de ces discours, à partager avec le plus grand nombre. »
Raymond Bertin, Revue Jeu

« ... Je ne suis jamais en retard est une pièce très actuelle, une affirmation de la femme qui fait du bien à entendre et à voir. »
Marie-Luce Gervais, MonThéatre

« Une pièce à voir absolument, que vous soyez féministe ou pas. Surtout si vous ne l’êtes pas, en fait. »
Mélissae Pelletier, Les Méconnus

« À voir par tous »
Sam Bourgault, Polyscope

DURÉE

environ 1 h 40

Production

une création du groupe ad hoc Lise Roy et Markita Boies