Sauvageau Sauvageau

d'après l'oeuvre d'Yves Sauvageau

une création du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui et du Théâtre Blanc

Salle principale

du 22 septembre au 10 octobre 2015


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Dans un monde où tout peut s’exprimer en 140 caractères et où l’instantané a pris le dessus sur la réflexion, Christian Lapointe rend hommage à la parole forte d’Yves Sauvageau, artiste de la démesure, génie tourmenté et homme de théâtre avant-gardiste. Il nous propulse dans un dialogue entre l’auteur de 24 ans à la veille de se donner la mort dans les années 70 et l’auteur à l’âge qu’il aurait aujourd’hui. Ce dialogue imaginé entre Yves Sauvageau et lui-même à partir des textes de fiction qu’il a écrit permet de revisiter un grand oublié du répertoire québécois, en l’actualisant sans le trahir.

Par un univers musical signé David Giguère, le discours de l’artiste, tel un cri lucide et lumineux, d’une pureté déchirante, nous permet de mesurer toute l’ampleur d’un Québec «inachevé».

d'après l'oeuvre de Yves Sauvageau adaptation et mise en scène Christian Lapointe interprétation Paul Savoie, Gabriel Szabo musique originale David Giguère assistance à la mise en scène et régie Alexandra Sutto dramaturgie Marie-Claude Verdier scénographie Jean-François Labbé costumes Virginie Leclerc éclairages Sonoyo Nishikawa vidéo Lionel Arnould assistance aux costumes Maude Audet archiviste de sauvageau Raymond-Louis Laquerre

d'après l'oeuvre de

Yves Sauvageau

adaptation et mise en scène

Christian Lapointe

interprétation

Paul Savoie

interprétation

Gabriel Szabo

musique originale

David Giguère

assistance à la mise en scène et régie

Alexandra Sutto

dramaturgie

Marie-Claude Verdier

scénographie

Jean-François Labbé

costumes

Virginie Leclerc

éclairages

Sonoyo Nishikawa

vidéo

Lionel Arnould

Une vie inachevée, et pourtant

On se tue beaucoup au Québec. Plus qu’ailleurs. Il y a parfois des vagues, des vagues fortes qui, à certaines époques, emportent dirait-on le meilleur de tout un peuple. Il n’y a qu’à penser à Huguette Gaulin, Hubert Aquin, Claude Gauvreau ou Saint- Denys Garneau pour mettre en perspective le geste de Yves Hébert dans le contexte de son temps. Faut-il voir dans ce geste un achèvement permettant de se libérer d’une fatigue à se battre contre un monde poussant à la conformité ? C’est qu’il intrigue ce geste, il déboussole. Particulièrement chez le jeune Hébert de 24 ans qui tenait à ce qu’on le nomme Sauvageau Sauvageau.

Devant la difficulté à saisir l’ensemble des contradictions qui mène à une telle action il m’a fallu faire enquête, chercher dans l’œuvre brève de Hébert les indices de son combat entre pulsion de vie et de mort. Comme s’il portait en son sein les stigmates de toute notre société. J’ai voulu trouver ce dialogue qu’il devait forcément entretenir avec lui-même, ce dialogue imprimant la résistance à abdiquer et le besoin d’un soulagement instantané. Faire enquête sur une vie inachevée, à peine à l’aube d’éclore, qui des ses premiers balbutiements marqua pourtant fortement l’imaginaire de ses contemporains et débuta la marche, marqua le début d’un long chemin voué à nous dédouaner, dans le dédale des formes, à nous affranchir du besoin de se représenter par l’unique mise en jeu du pathos réaliste de nos vies quotidiennes.

Christian Lapointe

« Un coup de poing dans la gueule du conformisme. L’Yves Sauvageau adapté et mis en scène par Christian Lapointe garde toute sa pertinence 45 ans après sa mort. ... la plus belle réussite de ce merveilleux spectacle est encore de nous faire voir que Sauvageau est vivant, que sa parole peut encore faire sourire, émouvoir, déranger. »
Mario Cloutier, La Presse

« Ce refus de l’illusion ne se fait pas aux dépens de la transcendance, heureusement ; le piano a beau être ouvert, le voir s’actionner tout seul demeure saisissant, et sa musique nous hante. Il en va de même du jeu. Tout le mysticisme et la colère de Sauvageau sont charriés dans le monologue central de Szabo, affaire de flot verbal et de muscles. Lévite-t-il ? On dirait que oui… mais peut-être est-ce une question de foi. »
Alexandre Cadieux, Le Devoir

« Au bout d’une demi-heure de spectacle je me rends compte que les larmes coulent sur mes joues. J’ai été ému par une prose que je n’avais jamais entendue, cinglante, touchante et étrangement actuelle. » « Un spectacle magnifique »
Jordan Dupuis, Catherine et Laurent, CIBL et MaTV

« L’accent est mis sur les mots du poète, des mots aux images fortes et qui sont terriblement d’actualité. Cette longue logorrhée force l’attention du spectateur, bombardé par l’émotion et l’urgence de vivre de l’auteur. Le texte est porté avec force et passion par les deux comédiens, Paul Savoie et Gabriel Szabo, qui ont une présence incroyable sur scène. »
Marie-Luce Gervais, MonTheatre

« Gabriel Szabo dans le rôle de Sauvageau jeune, juste avant son suicide, est remarquable. »
Sophie Jama, Info-culture.biz

Révéler des écritures dramatiques fortes qui jettent un regard acéré sur notre monde par la voie des arts visuels et par l’exploration de l’espace mental du spectateur, telle est la mission que s’est donnée le Théâtre Blanc.

Inciter les grands théâtres québécois à la prise de risques par la coproduction de projets de théâtre contemporain aux contenus denses et aux formes audacieuses, pour les faire connaître à un large public, telle est son ambition. 

Vidéo

Présentation pour Sauvageau Sauvageau

Le metteur en scène Christian Lapointe et le musicien David Giguère nous parle de la pièce Sauvageau Sauvageau

Nouvelle

Publié le 24/11/16

Sauvageau sauvageau, finaliste des prix de la critique de l'AQCT!

Bravo à Christian Lapointe et à toute l'équipe de création de Sauvageau Sauvageau, finaliste des prix de la critique de l'Association québécoise des critiques de théâtre pour la saison 15/16! Le spectacle, une création du Théâtre Blanc et du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui, figure dans la catégorie Meilleur spectacle - Québec. 

Nouvelle

Publié le 24/11/16

Bravo à Gabriel Szabo, finaliste des prix de l'association québécoise des critiques de théâtre!

L'AQCT dévoilait aujourd'hui la liste des finalistes des prix de la critique pour la saison 15/16. Nous sommes très heureux de féliciter le jeune comédien Gabriel Szabo pour sa nomination dans la catégorie interprétation masculine - Montréal grâce à sa performance dans Sauvageau Sauvageau de Christian Lapointe d'après l'oeuvre d'Yves Sauvageau!

Critiques

Publié le 24/09/15

Sauvageau Sauvageau d'après Yves Sauvageau

« Un coup de poing dans la gueule du conformisme. L’Yves Sauvageau adapté et mis en scène par Christian Lapointe garde toute sa pertinence 45 ans après sa mort. ... la plus belle réussite de ce merveilleux spectacle est encore de nous faire voir que Sauvageau est vivant, que sa parole peut encore faire sourire, émouvoir, déranger. »

Mario Cloutier, La Presse

Album

Publié le 23/09/15

Découvrez les photos de production de ce spectacle signé Christian Lapointe, d'après l'oeuvre d'Yves Sauvageau. Le jeune Gabriel Szabo et Paul Savoie portent magnifiquement ce texte poétique, incarnant les deux facettes d'un jeune auteur disparu trop tôt. 

Extrait

Publié le 23/08/15 Sauvageau Sauvageau d'après l'oeuvre d'Yves Sauvageau

— Nous sommes trop vieux pour des temps nouveaux. 
— Crois-tu ! Nous sommes trop jeunes pour des temps trop vieux.

DURÉE

1 H 10 sans entracte

RELATIONS DE PRESSE

Production

une création du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui et du Théâtre Blanc