Ceux qui se sont évaporés

Rébecca Déraspe

une création du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui présentée par Power Corporation du Canada

Salle principale

initialement prévu du 3 au 28 mars 2020
interrompu le 12 mars 2020
25 novembre au 13 décembre 2020


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Emma est partie sans laisser de trace. Femme dans la jeune trentaine, mère, conjointe, fille, amie, elle menait jusqu’à présent une vie normale. Aux prises avec les conséquences de son absence, ses proches cherchent à comprendre. Qui n’a jamais rêvé de disparaitre, ne serait-ce qu’un instant? De s’évaporer? D’échapper à une identité et à ce que les autres y projettent? Tramant habilement différentes approches dramaturgiques, Rébecca Déraspe explore les multiples visages de ce qui nous enferme dans notre propre vie et la radicalité de certaines possibilités d’évasion.

« Au Japon, le phénomène des Évaporés est foncièrement perturbant. En effet, 100 000 japonais, chaque année, organiseraient leur disparition volontaire. Et vous? Comment disparaissez-vous de vous-mêmes? Est-ce l’alcool qui vous permet d’échapper à l’emprise de votre identité? Ou est-ce les longues marches que vous aimez prendre pour n’être nulle part et personne durant un temps limité? Et surtout, que feriez-vous avec la mise en scène de votre vie, si pouviez en redessiner complètement les contours? » — Rébecca Déraspe

texte Rébecca Déraspe mise en scène Sylvain Bélanger interprétation Geneviève Boivin-Roussy, Élisabeth Chouvalidzé, Josée Deschênes, Vincent Graton, Reda Guerinik, Éléonore Loiselle, Maxime Robin, Tatiana Zinga Botao assistance à la mise en scène et régie Julien Veronneau scénographie et conception lumière Cédric Delorme-Bouchard costumes Julie Charland assistance aux costumes Yso conception sonore Larsen Lupin maquillages et coiffures Angelo Barsetti régie à la création Marie-Claude D'Orazio intégration vidéo William Couture conseil au mouvement Francis Ducharme sonorisation Hugo Trépanier direction technique Simon Cloutier

texte

Rébecca Déraspe

mise en scène

Sylvain Bélanger

interprétation

Geneviève Boivin-Roussy

interprétation

Élisabeth Chouvalidzé

interprétation

Josée Deschênes

interprétation

Vincent Graton

interprétation

Reda Guerinik

interprétation

Éléonore Loiselle

interprétation

Maxime Robin

interprétation

Tatiana Zinga Botao

assistance à la mise en scène et régie

Julien Veronneau

scénographie et conception lumière

Cédric Delorme-Bouchard

costumes

Julie Charland

assistance aux costumes

Yso

conception sonore

Larsen Lupin

maquillages et coiffures

Angelo Barsetti

régie à la création

Marie-Claude D'Orazio

intégration vidéo

William Couture

conseil au mouvement

Francis Ducharme

sonorisation

Hugo Trépanier

direction technique

Simon Cloutier

Exister est une responsabilité à laquelle on ne peut jamais échapper. Le lien social fracturé et l’individualisation de nos identités nous garde en tension constante. Il faut porter un « je » qui soit garant de nous-mêmes et faire valoir nos particularités dans un espace où le collectif nous raconte comment réfléchir le monde. À bout de ce que l’on a de souffle, le désir de disparaitre, ne serait-ce qu’un instant, des charges du quotidien, apparait parfois. Et par tous les moyens, on cherche à se retirer des pressions de notre rôle au sein de nos propres existences. Comme l’explique remarquablement bien David Le Breton dans son essai Disparaitre de soi, l’individu cherche constamment à disparaitre, à s’éjecter de sa réalité. Et il le ferait de toutes sortes de façons : consommer de la fiction, par exemple, serait une façon de disparaitre de soi. Au Japon, le phénomène des Évaporés est foncièrement perturbant. En effet, 100 000 japonais, chaque année, organiseraient leur disparition volontaire. Et vous? Comment disparaissez-vous de vous-mêmes? Est-ce l’alcool qui vous permet d’échapper à l’emprise de votre identité? Ou est-ce les longues marches que vous aimez prendre pour n’être nulle part et personne durant un temps limité? Et surtout, que feriez-vous avec la mise en scène de votre vie, si pouviez en redessiner complètement les contours? 

Quand ma fille est née, j’ai eu un grand choc. Je l’appelle « le choc de la maternité ». J’ai compris, soudainement, que de ce rôle, celui de maman, je n’allais jamais pouvoir m’échapper. Et depuis, j’essaie, par l’écriture surtout, de comprendre comment rester sans m’effriter.  Et doucement, calmement, comme un territoire qui se conquiert avec le temps, je trouve des réponses belles et immenses à cette question. Parce que si je suis en bataille constante avec moi-même, je connais la conclusion de ma guerre intérieure : je vais planter mes pieds à côté de ceux de ma fille. Même si parfois la vie et sa féroce urgence d’hurler, me donne envie de m’évaporer au-delà de l’exigence du quotidien. 

Les textes n’apparaissent pas tous de la même façon. Certains s’affirment d’emblée avec leur humour caractéristique et leur structure classique. D’autres savent d’entrée de jeu de quoi ils veulent parler, ce qu’ils veulent montrer du monde. Celui-ci est arrivé sur la pointe des pieds, sans que je ne comprenne trop pourquoi il voulait prendre sa place ici. Pour en parler de façon honnête, je dirais que j’ai écrit Ceux qui se sont évaporés comme on cherche à répondre à mille questions à la fois, comme on s’assoie pour observer le mouvement de nos incapacités collectives. Nos cris silencieux. 

Rébecca Déraspe

« C'est bouleversant, c'est bon, c'est très profond. »
Catherine Richer, Le 15-18

« Orchestrée par Sylvain Bélanger avec soin, la pièce culmine dans ce duo d’actrices formé de Geneviève Boivin-Roussy (Emma), qui n’aura jamais quitté la scène, et Éléonore Loiselle (Nina). [...] Ensemble, elles décuplent la portée du texte déchirant de Rébecca Déraspe, qui accepte qu’il n’y ait pas « de réponses, juste des hypothèses » pour expliquer l’autre et ses agissements. »
François Jardon-Gomez, Le devoir 

« Nous étions nombreux et nombreuses a être émue.s. Les acteurs sont formidables, impeccables. [...] C’est fantastique. »
Evelyne Charuest, Dessine moi un dimanche 

« On sait qu’on assiste à un grand moment de théâtre lorsque le temps se suspend et nous submerge. Ceux qui se sont évaporés a ce pouvoir-là. »
Étienne Bergeron, Spirale magazine 

« La distribution est de haut vol! Et toutes les prestations sont bien accordées et exécutées, particulièrement Geneviève Boivin-Roussy en Emma, une comédienne dont le jeu est d’une extrême finesse. Josée Deschênes et Vincent Graton, qui jouent ses parents, sont bouleversants.  Éléonore Loiselle (qu’on n’avait jamais vue sur les planches) est la grande surprise de Ceux qui se sont évaporés. [...] Sa seule présence mérite le détour au CTDA pour voir cette riche production qui lève délicatement le voile sur un grand mystère de l’âme humaine.»
Luc Boulanger, La Presse 

« Le langage de Déraspe frappe en premier, puis les choix de Sylvain Bélanger qui n’a rien laissé au hasard dans sa mise en scène chorégraphiée au quart de tour. »
Amélie Bélanger, sorstu.ca

« Ce texte remarquable pas sa densité et son urgence est défendu par des comédiens qui, visiblement, vivent de l’intérieur d’eux-mêmes cet épouvantable drame. »
Marie-Claire Girard, théâtre cambrésis 

 « Il y a beaucoup d’humour, on joue avec beaucoup de codes du théâtre, on est proches des comédiens, on est impliqués dans leurs histoires […] ça vient nous chercher aux tripes, qu’on soit parent ou pas. »
Catherine Brisson, 98.5

« Une mise en scène inspirée. Le travail de Sylvain Bélanger est à souligner. Le rythme est soutenu. Les comédiens, superbement dirigés, excellent sur une vaste scène de bois entourée de deux murs blancs avec peu d’éléments de décor. [...] Le sujet de l’évaporation volontaire est traité ici avec intelligence et délicatesse. Cette création émeut et fait réfléchir sur l’envie de disparaître. »
Thomas Mercier, Arp media

« Ces divers récits enrichissent une narration à la fois très dense et intelligemment fragmentée. Le dépouillement scénique laisse toute la place au texte qui se cogne sur les murs blancs, sur le plancher de bois, sur les espaces séparant les corps. Ceux des comédien·nes, mais aussi des spectateurs et des spectatrices. »
Rose Carine Henriquez, Jeu revue de théâtre     

« La mise en scène exécutée par Sylvain Bélanger est particulièrement réussie et sert magnifiquement le propos. »
Gabrielle Deschamps, Passion Mtl

« Présentée au Théâtre d’Aujourd’hui, la pièce Ceux qui se sont évaporés aborde avec réalisme, créativité, intelligence et sensibilité des questions qui touchent un large public. »
Emmanuel Martinez, le Journal de Montréal

« Outre les questionnements bouleversants que soulève cette œuvre, on retient le jeu des acteurs, dont Geneviève Boivin-Roussy dans le rôle principal, et Éléonore Loiselle dans la très courte, mais puissante scène finale, de même que la disposition perpendiculaire des gradins, qui traduit le sentiment d’étouffement de la protagoniste. »
Marie-Lise Rousseau, Journal Métro

Le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui est entièrement dédié à la dramaturgie d’ici. Il supporte la création, la production et la diffusion d’œuvres québécoises et canadiennes d’expression française. Il défend un théâtre d’auteur ainsi qu’une réflexion moderne et sans compromis sur les enjeux contemporains. Y adhérer, c’est laisser sa trace dans l’histoire ; la nôtre, celle qui s’écrit au présent. 

Nouvelle

Publié le 16/09/20

Ceux qui se sont évaporés de retour dès le 25 novembre!

La magnifique pièce de Rebecca Déraspe Ceux qui se sont évaporés a vu ses représentations suspendues en plein envol en mars dernier. Geneviève Boivin-Roussy, Élisabeth Chouvalidzé, Josée Deschênes, Vincent Graton, Reda Guerinik, Éléonore Loiselle, Maxime Robin et Tatiana Zinga Botao seront de retour sur scène dans une mise en scène adaptée par Sylvain Bélanger, dès le 25 novembre! Les billets seront disponibles prochainement, inscrivez-vous ici pour être mis·e au courant de l'ouverture de la vente! 

Médias

Publié le 11/08/20

Rébecca Déraspe en entrevue avec Les Libraires

« Je voudrais vivre dans une société qui alimente la nuance plutôt que le despotisme de l’opinion. Je voudrais qu’on défasse le portrait aliénant de ce que c’est la réussite. Je voudrais qu’on se donne le droit de se transformer. » L’autrice Rébecca Déraspe a répondu aux questions du site Les libraires à propos de Ceux qui se sont évaporés et du phénomène des disparitions volontaires. Pourquoi, à l’instar du personnage d’Emma et de tant de personnes réelles, choisit-on un jour de partir sans laisser de traces?

Nouvelle

Publié le 09/04/20

Ceux qui se sont évaporés en balado!

On est très fiers de s’associer à Radio-Canada pour vous présenter la version balado de Ceux qui se sont évaporés de Rébecca Déraspe, dont les représentations ont été interrompues le 12 mars dernier. Mais attention, si vous préférez attendre le retour du spectacle sur les planches, de bonnes nouvelles à cet effet pourraient être annoncées rapidement! Power Corporation du Canada, partenaire présentateur de la pièce, est très heureux de s'associer à cette diffusion qui est à écouter sur l'application OHdio ou sur le site de Radio-Canada.

Nouvelle

Publié le 04/03/20

Rébecca Déraspe et Valérie Harvey au micro de Pénélope pour Ceux qui se sont évaporés

Rébecca Déraspe et Valérie Harvey, spécialiste du Japon, étaient invitées au micro de Pénélope pour parler de disparition. Des 100 000 personnes qui disparaissent chaque année au Japon, à ceux et celles qui décident de s'évaporer ici au Québec, une discussion passionnante sur ce phénomène, où l'autrice revient en profondeur sur ses inspirations et sur la création de Ceux qui se sont évaporés

Album

Publié le 03/03/20

Découvrez Geneviève Boivin-Roussy, Élisabeth Chouvalidzé, Josée Deschênes, Vincent Graton, Reda Guerinik, Éléonore Loiselle, Maxime Robin et Tatiana Zinga Botao dans Ceux qui se sont évaporés de Rébecca Dérapse, mis en scène par Sylvain Bélanger. 

Nouvelle

Publié le 02/03/20

Réflexions autour de la disparition volontaire avec Rébecca Déraspe

Claudia Larochelle s'interroge sur les disparitions volontaires, et a échangé avec Rébecca Déraspe autour de ce sujet au coeur de Ceux qui se sont évaporés. Qui n'a jamais rêvé de disparaitre? D'Agatha Christie aux faits divers que l'on peut lire dans les journaux, quels peuvent être les mécanismes et les ressorts derrière cette décision? Quels liens entre création et disparition? Une chronique très intéressante à lire dans Avenues.ca!

Médias

Publié le 02/03/20

Sylvain Bélanger en entrevue avec Mario Cloutier

« Dans les Évaporés, on veut écouter l’autre pour essayer de le comprendre. C’est ce qui est beau dans les salles de meetings comme les AA. [..] Il y a des leçons pour le jeu là-dedans. Le souci de se raconter avec beaucoup d’authenticité et le respect chez ceux qui écoutent. Écouter c’est s’engager. » Sylvain Bélanger était en entrevue avec Mario Cloutier pour parler de la création de Ceux qui se sont évaporés, à découvrir dès demain au CTD'A. À lire!

Citation

Publié le 02/03/20

David Le Breton, Disparaitre de soi : une tentation contemporaine

« Chacun de nous est fait de bien plus d’imprévisible que de probable. Nos existences sont autant faites des occasions manquées que des évènements qui les ponctuent. Nul ne peut vivre toutes les virtualités qui étaient en lui, ni même les imaginer. Chaque instant qui passe laisse derrière soi une infinité de vies possibles qui n’ont tenu qu’à un souffle. Le hasard, ce que l’individu en fait, sa volonté de chance ou son abandon aux circonstances, dessinent des parcours personnels qui auraient pu être radicalement autres. »
  
- David Le Breton, Disparaitre de soi : une tentation contemporaine, Éditions Métailié, 2015

Médias

Publié le 02/03/20

Sylvain Bélanger et Rébecca Déraspe en entrevue dans Le Devoir

« Le spectacle est formellement éclaté, mais pour moi, il raconte l’histoire de Nina qui refait le casse-tête de la disparition de sa mère. Comme si tout était dans sa tête, qu’elle essayait de comprendre. Et il y a quelque chose de très important pour moi dans ce texte : au final, on a tous des trous, mais ce n’est pas ça qui nous définit. C’est comment on se construit autour de ce manque. » Très belle entrevue de Sylvain Bélanger et Rébecca Déraspe avec Marie Labrecque pour la création de Ceux qui se sont évaporés à lire dans Le Devoir!

Médias

Publié le 21/02/20

PEUT-ON DISPARAÎTRE À L’ÈRE DES RÉSEAUX SOCIAUX ?

À l'occasion de la création de Ceux qui se sont évaporés, URBANIA s'intéresse à la possibilité de disparaitre à l'ère du tout-numérique et des réseaux sociaux. Dans un article en partenariat avec le CTD'A, Pier-Luc Ouellet s'est entretenu avec Anne-Sophie Letellier de Crypto.Québec pour évaluer l'ampleur de notre présence sur le web.

Album

Publié le 21/02/20

Les répétitions de Ceux qui se sont évaporés battent leur plein! Geneviève Boivin-Roussy, Élisabeth Chouvalidzé, Josée Deschênes, Vincent Graton, Reda Guerinik, Éléonore Loiselle, Maxime Robin et Tatiana Zinga Botao travaillent sous les regards concentrés de l'autrice Rébecca Déraspe, du metteur en scène Sylvain Bélanger et d'une partie de l'équipe de création.

Album

Publié le 19/01/20

Trois des interprètes de Ceux qui se sont évaporés prennent la pose sous l'objectif de Kelly Jacob! Ils portent ce texte de Rébecca Déraspe, sous la direction de Sylvain Bélanger et en compagnie de Geneviève Boivin-Roussy, Élisabeth Chouvalidzé, Vincent Graton, Reda Guerinik et Éléonore Loiselle. 

Extrait

Publié le 30/12/19 Ceux qui se sont évaporés de Rébecca Déraspe

« Maman elle s'est évaporée comme ça
Pis elle a laissé des traces d'elle
à l'intérieur de nos corps
De nos coeurs
En fait
Maman est une maman vapeur
Pis chaque fois
Qu'il va pleuvoir
Ça va être comme si on recevait des morceaux de maman sur notre tête »

3900

Publié le 05/11/19

How to disappear completely; de Radiohead aux évaporés du Japon

Chaque année, 100 000 Japonais choisissent de disparaitre. Notre collaboratrice à la rédaction nous livre ses impressions à la lecture de l'ouvrage Les évaporés du Japon qui leur est consacré.

3900

Publié le 05/11/19

La femme qui marche

Qui n'a jamais rêvé de disparaitre? De changer de vie? L'auteur et psychanalyste Nicolas Lévesque expose les motivations et les effets de ces disparitions volontaires.

Nouvelle

Publié le 14/05/19

Inspiration : Les évaporés du Japon.

Comme point de départ de Ceux qui se sont évaporés, il y a ce phénomène qui a interpelé son autrice Rébecca Déraspe : chaque année au Japon 100 000 personnes disparaissent sans laisser de trace, du jour au lendemain, aidés par des agences spécialisées. Par honte ou pour lutter contre le déshonneur, ils se débarassent de leur passé et vivent clandestinement le reste de leur vie. Pour en savoir plus, nous vous conseillons l'excellent livre de Léna Mauger et Stéphane Remael. 

RELATIONS DE PRESSE

RuGicomm
Frédérique St-Pierre
514 759-0494

Communiqué de presse
Dossier de presse

PUBLICATION

Ceux qui se sont évaporés
Rébecca Déraspe Leméac
17,00$

Disponible à la bouquinerie

PRODUCTION

une création du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui présentée par Power Corporation du Canada