Ève Pressault

Crédit photo: Eva-Maude TC

PIÈCES

Le virus et la proie

Saison 22-23 (Interprétation)

Maine Coon

Saison 20-21 (Interprétation)

Ève Pressault

BIOGRAPHIE

Finissante de l’École nationale de théâtre du Canada en 2004, Ève Pressault compte de multiples expériences de scène, tant au théâtre qu’en danse. Depuis ses débuts, Ève travaille dans les deux disciplines. Elle est des créations du chorégraphe Dave St-Pierre: No Man’s Land Show (2003), La pornographie des âmes (2006), et Un peu de tendresse, bordel de merde (2006), qu’elle a interprétées en tournée à travers l’Europe jusqu'en 2010. Elle collabore également avec la chorégraphe Leslie Baker dans Knot of Nots présenté à Tangente. Sur la scène montréalaise théâtrale, Ève a entre autres travaillé avec Claude Poissant pour le spectacle Cinq visages pour Camille Brunelle créé à l'Espace Go et ensuite présenté à Avignon à l'été 2014, Christian Lapointe dans Limbes (La Chapelle, CNA, La Méduse, 2010) et dans Oxygène au théâtre Prospéro (lauréat du prix de la Critique saison 2013- 2014), également avec Alice Ronfard dans Chroniques (La Chapelle), qui lui mérite plusieurs éloges du public et des journalistes, Marc Béland dans Hamlet (TNM), Brigitte Haentjens dans L'opéra de Quat'sous (Usine C), Emmanuel Schwartz dans Nathan (CNA, FTA) Justin Laramée dans Transmissions (La Licorne). Nous avons pu la voir dans Nombreux seront nos ennemis, mis en scène par Hanna Abd El Nour à La Chapelle. Elle était aussi de la pièce La femme la plus dangereuse du Québec, au Théâtre Denise-Pelletier, ainsi qu'au Théâtre Quat'sous pour Sous la nuit solitaire. En 2021, elle retourne sur les planches de l'Espace Go dans La brèche. Elle fait également partie de la distribution de la pièce Le virus et la proie présentée au FTA, ainsi que de Wollstonecraft au Quat'sous en 2023. À l'écran, elle a interprété entre autres Clarah Girard dans 30 vies, l'agent Tardif dans Unité 9, Estelle Malenfant dans la série Malenfant (Série+) dirigée par Ricardo Trogi et Nathalie dans Faits divers.

Mise à jour 2022-06-07

AUTRES CONTENUS

Critiques

Publié le 29/05/22

Le virus et la proie de Pierre Lefebvre

« Le texte est dense, remarquable, percutant. Le metteur en scène Benoît Vermeulen l’a placé dans un espace vide, mais pleinement occupé par les corps des comédiens et comédiennes. La parole devient ainsi désespoir, violence, mais humour et réflexion également. »

Mario Cloutier, Revue Jeu