Guérilla de l'ordinaire

de Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent

Une création du Théâtre de l'Affamée

Salle Jean-Claude-Germain

du 5 au 23 mars 2019


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Une femme disparait. Comment? Pourquoi? La vague d’incompréhension suscitée devient un appel lancé. Mais qui est-elle? Son absence rassemble un petit groupe d’individus écorchés et résilients qui ne se seraient peut-être jamais rencontrés autrement et les témoignages
 livrés créent une fresque des identités possibles de la disparue. 

À travers des fragments documentaires et fictifs, Guérilla de l’ordinaire s’attaque aux manifestations visibles et invisibles des violences sexistes ordinaires, alliant humour, colère et poésie. Plus les histoires se démêlent, plus elles prennent des allures de manifeste. Après le succès de Chienne(s) en 17/18, les deux autrices en résidence du Théâtre de l’Affamée réaffirment leur engagement féministe avec ce spectacle sensible et militant.

texte et mise en scène Marie-Ève Milot texte et interprétation Marie-Claude St-Laurent interprétation Maxime D.-Pomerleau, Myriam De Verger, Pascale Drevillon, Sarah Laurendeau, Alexis Lefebvre musique sur scène Mathilde Laurier assistance à la mise en scène et régie Josianne Dulong-Savignac scénographie Marie-Pier Fortier costumes Cynthia St-Gelais éclairages Martin Sirois

texte et mise en scène

Marie-Ève Milot

texte et interprétation

Marie-Claude St-Laurent

interprétation

Maxime D.-Pomerleau

interprétation

Myriam De Verger

interprétation

Pascale Drevillon

interprétation

Sarah Laurendeau

interprétation

Alexis Lefebvre

musique sur scène

Mathilde Laurier

assistance à la mise en scène et régie

Josianne Dulong-Savignac

scénographie

Marie-Pier Fortier

costumes

Cynthia St-Gelais

éclairages

Martin Sirois

(Note : le féminin est ici employé pour nourrir le texte.)

Les femmes et leurs expériences dans les sphères privée, sociale, politique et artistique;
Les femmes et leurs histoires plurielles, traversées par les féminismes;
La Femme et son théâtre, dans l’urgence qu’a l’Affamée de trouver ses vivres.

Les Affamées croient qu’il faut s’investir à (re)créer et à faire (re)vivre une culture des femmes. Elles voient la scène comme un lieu fertile à la création de personnages complexes et intéressants, féminins, masculins ou qui s’identifient autrement, qui interrogent leur contemporanéité. Dans une langue québécoise actuelle et radicale, elles cherchent à transcender le quotidien afin de se réfléchir et de nous réfléchir collectivement. C’est par une analyse féministe des sujets et du processus créateur qu’elles affirment leur engagement. Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent sont diplômées de l’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe. Dès leur première rencontre, elles savent qu’elles uniront leurs voies/voix. Écrivant à quatre mains, leur première création voit le jour, Walk-in ou Se marcher dedans, à la salle Intime du Prospero en 2009. En 2011, elles deviennent officiellement des Affamées. En 2012, leur deuxième création, Cour à Scrap - Portrait d’une famille reconstituée, permet au duo d’auteures de faire leur entrée au CEAD. En 2013, elles signent Une boule de papier dans la gorge, une pièce de théâtre sur mesure commandée par la compagnie Piperni Spectacles autour de l’intimidation, qui tourne encore aujourd’hui dans les écoles primaires et secondaires du Québec. La même année, en collaboration avec Marie-Claude Garneau, elles développent une conférence-performance, Femmes, théâtre et société: investir le politique pour une transmission féministe, qui est présentée dans le cadre du 35e anniversaire de l’Institut Simone de Beauvoir, puis aux États généraux de l’action et de l’analyse féministe, au 25e anniversaire de la Table de concertation de Laval en condition féminine et au Colloque Edgy Redux 2014. En 2015, elles participent au Congrès International des Recherches Féministes dans la Francophonie à titre de conférencières.

Elles publient un article sur leur démarche artistique dans le numéro 156 de la Revue Jeu, Nouveaux Territoires Féministes, et une analyse des personnages féminins de la pièce Le timide à la cour, pour le Cahier d’automne du Théâtre Denise-Pelletier 2016. En plus d’avoir écrit Alice, une pièce librement inspirée des romans de Lewis Carroll pour les élèves de la troupe de comédie musicale Amalgame du Paul-Hubert de Rimouski, elles collaborent à nouveau avec le producteur Jacques Piperni et créent Débranchée/Unplugged, une pièce qui traite des violences sexuelles dans le monde adolescent dont le texte a été finaliste au prix Louise-LaHaye 2017.

Elles présentent ensuite une lecture performative de Guérilla de l’ordinaire, un théâtre-documentaire en chantier, au Festival Zone Homa en 2016. Chienne(s), leur dernière création, a été mise en lecture au Festival Dramaturgies en Dialogue, au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, puis produite par leur compagnie en 2018 à la Salle Jean-Claude-Germain, où elles seront les artistes en résidence jusqu’en 2019. Marie-Ève et Marie-Claude s’impliquent en tant que membres actives du regroupement des Femmes pour l’Équité en Théâtre pour qui elles ont cosigné le Coup de gueule Apprendre à compter du 164e numéro de la revue Jeu, traitant de la sous-représentation des femmes dans le milieu théâtral. Leur documentaire indiscipliné La coalition de la robe, écrit avec Marie-Claude Garneau, a été publié récemment aux Éditions du remue-ménage.

Extrait

Publié le 10/05/18

Guérilla de l'ordinaire de Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent

« C’est l’heure du bilan, ton moment préféré. Alors que pour la majorité des gens, c’est douloureux d’assumer ses erreurs, toi, t’en retirais énormément de plaisir. Parce que t’aimais prendre conscience de ce qu’il est possible de changer. Ça m’énervait, mais aujourd’hui, je trouve ça beau. »

Nouvelle

Publié le 07/05/18

MARIE-ÈVE MILOT ET MARIE-CLAUDE ST-LAURENT ENTAMENT LEUR 2E ANNÉE DE RÉSIDENCE!

Après Chienne(s) en 17/18, les autrices du Théâtre de l’Affamée reviennent avec Guérilla de l’ordinaire. Elles nous proposent ici un spectacle sensible et militant sur les violences sexistes ordinaires et la figure de la femme portée disparue.

Album

Publié le 07/05/18

Maxime D.-Pomerleau s'est prêtée au jeu de la séance photos pour les visuels de la saison 18/19! La comédienne sera rejointe par 5 autres comédiens pour présenter cette nouvelle création de Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent.

RELATIONS DE PRESSE

RuGicomm
(514) 759-0494

Production

Une création du Théâtre de l'Affamée