Marguerite

Émilie Monnet

une création des Productions Onishka en coproduction avec Epace Go et en codiffusion avec le Centre du Théâtre d'Aujourd'hui

Salle Jean-Claude-Germain

dates à venir 


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Marguerite Duplessis fait partie de ces nombreuses héroïnes oubliées par les livres d’Histoire. Elle est pourtant la première esclave et la première autochtone en Nouvelle-France à avoir lutté juridiquement pour obtenir sa liberté. S’inspirant de la résistance et de la soif de liberté qui ont guidé le combat de cette première activiste, Marguerite trace des parallèles puissants entre la traite des esclaves africaines déportées en Martinique, l’esclavage des femmes autochtones et les violences qu’elles subissent encore aujourd’hui. 

Suite à d’importantes recherches historiques, Émilie Monnet propose un spectacle sur l’amnésie collective, la mémoire retrouvée et la résilience et livre un hommage vibrant à cette héroïne méconnue. L’autrice et metteuse en scène poursuit sa résidence et son exploration de nouvelles formes dramaturgiques avec ce texte choral pour trois interprètes qui mêle intimement chant, performance, travail du son et théâtre documentaire.

texte et mise en scène Émilie Monnet interprétation Aïcha Bastien N'diaye, Soleil Launière, Marie-Madeleine Sarr entrevue Denyse Beaugrand-Champagne, Rito Joseph, Anik Sioui assistance à la mise en scène et direction de production Letícia Tórgo scénographie Max-Otto Fauteux conception de costumes Eric Poirier musique Laura Ortman lumières Julie Basse dramaturgie (texte) Marilou Craft dramaturgie anishnaabe (corps et voix) Lindsay Lachance dramaturgie interdisciplinaire (corps et voix) Angélique Willkie conception et mise en espace sonore Frédéric Auger régie Annie Préfontaine direction technique Pascal Sioui assistant à la direction technique Simon Riverin

texte et mise en scène

Émilie Monnet

interprétation

Aïcha Bastien N'diaye

interprétation

Soleil Launière

interprétation

Marie-Madeleine Sarr

entrevue

Denyse Beaugrand-Champagne

entrevue

Rito Joseph

entrevue

Anik Sioui

assistance à la mise en scène et direction de production

Letícia Tórgo

scénographie

Max-Otto Fauteux

conception de costumes

Eric Poirier

musique

Laura Ortman

lumières

Julie Basse

dramaturgie (texte)

Marilou Craft

dramaturgie anishnaabe (corps et voix)

Lindsay Lachance

dramaturgie interdisciplinaire (corps et voix)

Angélique Willkie

conception et mise en espace sonore

Frédéric Auger

régie

Annie Préfontaine

direction technique

Pascal Sioui

assistant à la direction technique

Simon Riverin

Au croisement de plusieurs disciplines artistiques mais principalement en théâtre, Onishka est une compagnie établie à Montréal qui crée des ponts entre les communautés artistiques autochtones à la fois francophones et anglophones, du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs dans le monde. Fondée en 2011 par Émilie Monnet, Onishka crée et produit des oeuvres favorisant des collaborations artistiques originales et riches de sens pour offrir un regard neuf sur le monde dans lequel nous vivons. Onishka veut dire « réveille-toi » en Anishnabemowin. Dans cet esprit, nous croyons que la création artistique est catalyseur de transformation sociale et qu’elle permet de remettre en cause comment sont perçues les réalités et les luttes des peuples autochtones. Depuis 2016, Onishka présente l'évènement Scène contemporaine autochtone, une plateforme artistique et critique pour les arts vivants autochtones. Une prochaine édition sous forme de festival verra le jour à Edimbourg en aout 2019.

ESPACE GO témoigne d’un engagement absolu envers un théâtre contemporain, ouvert à tous les dialogues, curieux des recherches de son temps, et caractérisé par la valorisation de la contribution des femmes à cette aventure ininterrompue depuis 1979.

Depuis 35 ans, la directrice Ginette Noiseux poursuit son projet de faire du Théâtre ESPACE GO un centre de création, une maison habitée par des artistes qui tentent de rendre compte des métamorphoses de la société et des recherches de leur temps.

Médias

Publié le 10/02/21

Émilie Monnet dans Espaces autochtones

"Cette pièce reflète notre réalité actuelle, puisqu’elle est représentative aussi de la grande résilience dont font preuve nos sœurs militantes et activistes autochtones. Et, par Marguerite, je tenais à redonner voix aux jeunes femmes autochtones et leaders de demain.” Dans Espace Autochtones, Émilie Monnet revient en détails sur Marguerite, sa prochaine création qui part sur les traces de Marguerite Duplessis, première esclave autochtone a avoir lutté juridiquement pour sa liberté. Un article très intéressant, à lire pour en apprendre plus sur la genèse de ce projet, le travail d’Émilie Monnet ainsi que sur la vie méconnue de Marguerite Duplessis et l’histoire de l’esclavage en Nouvelle-France.

Médias

Publié le 11/01/21

Émilie Monnet en couverture du Cahier Perspectives du Devoir sur les Québécois qui feront 2021!

L'artiste pluridisciplinaire évoque son prochain projet qui part sur les traces de Marguerite Duplessis, première esclave autochtone à avoir lutté juridiquement pour sa liberté, et revient sur la réalité méconnue de l'esclavage des peuples autochtones en Nouvelle-France. À lire pour en savoir plus sur ses fascinantes recherches historiques et sur le processus de création de ce spectacle très attendu des Productions Onishka!

Nouvelle

Publié le 18/11/20

Ne manquez pas la mise en vente des billets de Marguerite!

Les dates de représentations et de vente des billets de Marguerite d'Émilie Monnet seront dévoilées au fur et à mesure des autorisations gouvernementales. Inscrivez-vous ici pour en être avisé·e par courriel!

Nouvelle

Publié le 17/11/20

Des résidences de création sur tout le territoire pour Marguerite!

Le Banff Centre for the Arts, le Théâtre de l’Assomption, Le Diamant à Québec, le Théâtre du Bic et d’autres structures encore, situées sur tout le territoire québécois et canadien, accueillent Émilie Monnet et son équipe de création en résidence pour Marguerite

Nouvelle

Publié le 17/11/20

Émilie Monnet continue sa résidence à la salle Jean-Claude-Germain

Après Okinum, présenté en octobre 2018 (finaliste au Prix Michel-Tremblay), et l’événement Kiciweok : lexique de 13 mots autochtones qui donnent un sens en décembre 2019, Émilie Monnet termine sa résidence en Jean-Claude-Germain avec la création de Marguerite

Nouvelle

Publié le 17/11/20

Une création inspirée de la vie et du combat de Marguerite Duplessis

Héroïne autochtone méconnue, Marguerite Duplessis est née en 1718. Issue de la nation Panis, elle est la première esclave en Nouvelle-France à lutter juridiquement pour sa liberté. Elle fut la propriété de plusieurs hommes et contesta en 1740 devant les tribunaux sa condition d’esclave. Son appel fut rejeté et elle fut déportée en Martinique où elle termina probablement sa vie.

Nouvelle

Publié le 16/11/20

Une performance autour de Marguerite Duplessis

La création de Marguerite prend assise sur une performance créée par Émilie Monnet pour l’exposition Exhibiting the Archive/Performing the archive, organisée pendant le congrès du collectif des comissaires autochtones à Montréal à l’automne 2015. Intitulée Her Name was Marguerite Duplessis : A Silenced History of Slavery cette performance traçait des parallèles entre l'histoire méconnue de l'esclavage au Québec et le refus du gouvernement Harper de mettre en place une Enquête nationale sur la situation des femmes autochtones assassinées et disparues.

RELATIONS DE PRESSE

RuGicomm
(514) 759-0494

PRODUCTION

une création des Productions Onishka en coproduction avec Epace Go et en codiffusion avec le Centre du Théâtre d'Aujourd'hui

Marguerite a bénéficié d’une résidence au Théâtre du Bic, au Théâtre de la Ville (Longueuil) et au Théâtre Alphonse-Desjardins (Repentigny) dans le cadre du programme Territoire/Création, ainsi que d’une résidence technique au Diamant (Québec) et une résidence de création à Salon58. Le spectacle a également bénéficié du programme Émergence théâtrale autochtone, une initiative mise sur pied par le Centre des auteurs dramatiques en partenariat avec la Fondation Cole.