Marguerite : la pierre (parcours sonore) / Émilie tient salon (série de rencontres performatives)

Émilie Monnet

une création des Productions Onishka en coproduction avec le Centre du Théâtre d'Aujourd'hui et en coprésentation avec la Fondation PHI

7 mai au 6 juin 2022 (Marguerite : la pierre)
2, 3, 4 juin 2022 (Émilie tient salon)


RÉSUMÉ

Première esclave et première autochtone à avoir lutté juridiquement pour obtenir sa liberté en Nouvelle-France, Marguerite Duplessis fait partie de ces nombreuses héroïnes oubliées par l’Histoire. Inspirée par la résistance et la soif de liberté qui ont guidé le combat de cette activiste, Émilie Monnet lui livre un hommage vibrant avec une triade d’événements sur l’amnésie collective, la mémoire retrouvée et la résilience.

Après un balado (Marguerite : la traversée) et une pièce de théâtre (Marguerite : le feu), Émilie Monnet propose un parcours sonore (Marguerite : la pierre) et une série de rencontres performatives (Émilie tient salon). À travers ces différentes propositions, l’artiste mobilise d’importantes recherches historiques et trace de puissants parallèles entre la traite des esclaves africaines déportées en Martinique, l’esclavage des femmes autochtones et les violences qu’elles subissent encore aujourd’hui. 

réalisation (parcours sonore), créatrice et hôtesse (rencontres performatives) Émilie Monnet entrevues (parcours sonore) Kevin Deer, Denyse Beaugrand-Champagne, Rito Joseph, Anik Sioui invité·e·s (rencontres performatives) Serge Bilé, Dominique Cyrille, Françoise Dô assistance artistique Letícia Tórgo scénographie Julie-Christina Picher stylisme Swaneige Bertrand éclairages Joëlle Leblanc musique Laura Ortman conception sonore (parcours sonore) et mise en espace sonore (rencontres performatives) Frédéric Auger prise de son, montage sonore, direction technique (parcours sonore) et régie (rencontres performatives) Simon Riverin direction de production Lucie Juneau direction technique (rencontres performatives) Daniel Collette mentor à la direction technique Pascal Sioui

réalisation (parcours sonore), créatrice et hôtesse (rencontres performatives)

Émilie Monnet

entrevues (parcours sonore)

Kevin Deer

entrevues (parcours sonore)

Denyse Beaugrand-Champagne

entrevues (parcours sonore)

Rito Joseph

entrevues (parcours sonore)

Anik Sioui

invité·e·s (rencontres performatives)

Serge Bilé

invité·e·s (rencontres performatives)

Dominique Cyrille

invité·e·s (rencontres performatives)

Françoise Dô

assistance artistique

Letícia Tórgo

stylisme

Swaneige Bertrand

éclairages

Joëlle Leblanc

conception sonore (parcours sonore) et mise en espace sonore (rencontres performatives)

Frédéric Auger

prise de son, montage sonore, direction technique (parcours sonore) et régie (rencontres performatives)

Simon Riverin

mentor à la direction technique

Pascal Sioui

Avec ses invité·e·s en provenance de la Martinique, Émilie tient un salon qui rappelle les salons littéraire du 18e siècle. Dans un espace scénique convivial, chaleureux et accueillant, les intervenant·e·s réfléchiront aux relations historiques et sensibles entre le Québec et la Martinique. Quels liens peut-on faire entre les communautés autochtones d'ici et les peuples afro-caribéens arrachés de la terre de leurs ancêtres là-bas? Assistez à un brassage d'idées, un événement propice à l'expression artistique et des discussions enlevantes! 

 

2 juin à 16h : Le tambour et l’appel des ancêtres

Émilie accueille Dominique Cyrille, ethno-musicologue martiniquaise spécialisée dans les traditions de musique et danse de l’aire géoculturelle caribéenne. Toutes deux réfléchiront au rôle de la musique, du rythme, du chant et des tambours dans une perspective de guérison et de rétablissement du lien avec les ancêtres. Comment prendre soin de la mémoire, la chérir et la transmettre avec ces différents outils?
 

3 juin à 16h : Le pouvoir des mots et la mémoire retrouvée

Le journaliste, écrivain, réalisateur et musicien Serge Bilé rejoint Émilie au CTD'A. Fasciné par Marguerite Duplessis, il a consacré un livre à son histoire. Au même moment, dans deux pays différents, Émilie et lui travaillaient à conjurer la mémoire de Marguerite. Les deux artistes aborderont les similitudes des questions de colonialisme et d’esclavage pour les communautés afrodescendantes et autochtones.
 

4 juin à 16h : Mémoires et résistances nouvelles

L'autrice, metteuse en scène et comédienne Françoise Dô conclue la série! Les créatrices, qui signent toutes deux des oeuvres traçant le portrait de femmes combatives, parleront de l’importance de mettre de l'avant ces personnages féminins afin de garder leurs combats vivants et d'entretenir le feu de la résistance! Ensemble, elles font le lien entre mémoire et résistance et cultivent l'espoir pour les générations futures.

 

Résumé

Marguerite Duplessis est une héroïne oubliée. Pourtant, elle fut la première esclave autochtone à avoir lutté juridiquement pour obtenir sa liberté. Marguerite: la traversée incarne la quête d’Émilie Monnet pour en savoir plus sur la vie de Marguerite Duplessis, sur l’histoire occultée de l’esclavage en Nouvelle-France et sur les résonnances que l’on retrouve encore aujourd’hui.

Faisant partie du projet en trois volets d'Émilie Monnet sur la figure de Marguerite Duplessis, la série balado Marguerite : la traversée est disponible à l'écoute sur toutes les plateformes habituelles.
 

Pour écouter 

Marguerite: la traversée est un projet de Productions Onishka et Transistor Média.

 

Au croisement de plusieurs disciplines artistiques mais principalement en théâtre, Onishka est une compagnie établie à Montréal qui crée des ponts entre les communautés artistiques autochtones à la fois francophones et anglophones, du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs dans le monde. Fondée en 2011 par Émilie Monnet, Onishka crée et produit des oeuvres favorisant des collaborations artistiques originales et riches de sens pour offrir un regard neuf sur le monde dans lequel nous vivons. Onishka veut dire « réveille-toi » en Anishnabemowin. Dans cet esprit, nous croyons que la création artistique est catalyseur de transformation sociale et qu’elle permet de remettre en cause comment sont perçues les réalités et les luttes des peuples autochtones. Depuis 2016, Onishka présente l'évènement Scène contemporaine autochtone, une plateforme artistique et critique pour les arts vivants autochtones. Une prochaine édition sous forme de festival verra le jour à Edimbourg en aout 2019.

La compagnie est soutenue au développement par La Machinerie des arts et sa direction administrative est assurée par Dumont St-Pierre. 

Le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui est entièrement dédié à la dramaturgie d’ici. Depuis plus de cinquante ans, il supporte la création, la production et la diffusion d’œuvres québécoises et canadiennes d’expression française. Il défend un théâtre d’auteur ainsi qu’une réflexion moderne et sans compromis sur les enjeux contemporains.

Adhérer au CTD’A, c’est laisser sa trace dans l’histoire ; la nôtre, celle qui s’écrit au présent. 
 

Fondée en 2007 par Phoebe Greenberg, la Fondation PHI pour l’art contemporain est une organisation à but non lucratif qui se consacre à faire vivre au public des expériences artistiques contemporaines percutantes. Sa programmation est d’envergure internationale, adaptée au contexte local et gratuite afin de renforcer l'engagement de PHI en matière d’accessibilité et d’inclusion. La Fondation est animée par le désir de briser les perceptions bien ancrées de ce qu’est l’art contemporain et à qui il est destiné, avec la conviction fondamentale que l’art est pour nous tou·te·s. La Fondation s'efforce de créer un milieu pour l'art, les artistes et le public qu'elle sert, afin de favoriser des échanges conviviaux qui célèbrent l’art comme faisant partie de notre vie quotidienne.

Nouvelle

Publié le 26/05/22

Françoise Dô : dernière invitée d'Émilie tient salon!

Formée aux Cours Florent (Paris), Françoise Dô fonde et dirige en 2016 la compagnie Bleus et Ardoise. Elle a signé plusieurs textes dont Aliénation(s), A parté et Juillet 1961 qui traitent notamment des silences et des non-dits au sein des familles et de la société. À l'invitation du Centre des auteurs dramatiques, Françoise a récemment présenté à Montréal une lecture de son texte Reine Pokou, inspiré de l’histoire de cette reine africaine, née au début du XVIIIe siècle. Avec Émilie, elles discuteront de l’importance d’écrire les histoires de femmes comme Marguerite et la Reine Pokou afin de garder leurs combats vivants et d’entretenir le feu de la résistance. Elles livreront également leurs dernières réflexions sur le rapport à la mémoire, à la résistance et à l’espoir pour les générations futures.

Nouvelle

Publié le 19/05/22

Serge Bilé, deuxième invité d'Émilie tient salon!

Présentateur du journal télévisé du soir de Martinique Première pendant plus de 20 ans, Serge Bilé a également publié 25 livres, composé le spectacle musical Soweto consacré à Nelson Mandela et réalisé le documentaire Les Boni de Guyane qui a obtenu le prix de la meilleure réalisation au Festival du film de Montréal en 1994. Fasciné par l'histoire de Marguerite Duplessis, il lui a consacré un livre : Marguerite Duplessis, le combat pour la liberté d'une déportée amérindienne. Avec Émilie Monnet, ils aborderont notamment la façon dont se rejoignent les luttes des communautés afrodescendantes et autochtones autour des questions du colonialisme et de l’esclavage.

Nouvelle

Publié le 12/05/22

Première invitée d'Émilie tient salon : Dominique Cyrille

Pour clore sa triade sur Marguerite Duplessis, Émilie Monnet propose avec Émilie tient salon une série de passionnantes rencontres performatives! Le 2 juin, elle accueille Dominique Cyrille, inspirante ethno-musicologue martiniquaise spécialisée dans les traditions de musique et danse de l’aire géoculturelle caribéenne. Autrice d'écrits relatifs à la musique et à la danse en zone afro-caribéenne, Dominique Cyrille s’intéresse de près aux projets culturels qui promeuvent la coopération entre les pays des Caraïbes. Auprès du Rèpriz, Centre des Musiques et Danses Traditionnelles et Populaires, elle a participé à l'inscription du Gwoka (genre musical guadeloupéen) à la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO. 
 

Nouvelle

Publié le 07/05/22

Le parcours sonore Marguerite : la pierre est maintenant disponible!

Jusqu'au 6 juin, parcourez le Vieux-Montréal avec vos écouteurs pour découvrir l'histoire de Marguerite Duplessis. Partant de la Fondation PHI, ce parcours d'une quarantaine de minutes s’appuie sur de discrètes traces physiques toujours présentes pour mettre en lumière l’histoire trouble et encore méconnue de l’esclavage en Nouvelle-France. Pour accéder à l'audio de ce parcours, rendez-vous sur le site internet des Productions Onishka. Et pour faciliter vos déplacements, le graphiste Simon Guibord a réalisé une carte vous indiquant le trajet à suivre!

Médias

Publié le 02/02/22

Émilie Monnet invitée du balado Signal Nocturne

« Ce qui m'avait vraiment frappée, c'est que je n’étais même pas au courant qu'il y avait eu une histoire de l'esclavage aussi importante au Québec, et que la plupart des esclaves étaient autochtones. » La fascinante Émilie Monnet était l'invitée du plus récent épisode de Signal nocturne, l'excellent balado de La Fabrique culturelle. Elle raconte la genèse de Marguerite, sa triade d'événements qui se décline sur scène, en balado et en parcours sonore et qui porte sur l’amnésie collective et la mémoire retrouvée.

Nouvelle

Publié le 15/12/21

Marguerite : la traversée, le nouveau balado d'Émilie Monnet est en ligne!

Marguerite Duplessis fait partie de ces héroïnes trop souvent oubliées par les livres d’Histoire. Elle est pourtant la première esclave et la première autochtone à avoir lutté juridiquement pour obtenir sa liberté en Nouvelle-France. S’inspirant de la résistance et de la soif de liberté qui ont guidé son combat, Émilie Monnet lui livre un hommage vibrant à travers le projet Marguerite, qui se décline en une triade d’évènements. Marguerite : la traversée est un balado passionnant qui nous entraine dans la quête d’Émilie Monnet pour en savoir plus sur la vie de Marguerite Duplessis, sur l’histoire occultée de l’esclavage en Nouvelle-France et sur ses résonances avec aujourd’hui.

Médias

Publié le 11/01/21

Émilie Monnet en couverture du Cahier Perspectives du Devoir sur les Québécois qui feront 2021!

L'artiste pluridisciplinaire évoque son prochain projet qui part sur les traces de Marguerite Duplessis, première esclave autochtone à avoir lutté juridiquement pour sa liberté, et revient sur la réalité méconnue de l'esclavage des peuples autochtones en Nouvelle-France. À lire pour en savoir plus sur ses fascinantes recherches historiques et sur le processus de création de ce spectacle très attendu des Productions Onishka!

Nouvelle

Publié le 17/11/20

Émilie Monnet continue sa résidence à la salle Jean-Claude-Germain

Après Okinum, présenté en octobre 2018 (finaliste au Prix Michel-Tremblay), et l’événement Kiciweok : lexique de 13 mots autochtones qui donnent un sens en décembre 2019, Émilie Monnet termine sa résidence en Jean-Claude-Germain avec la création de Marguerite

Nouvelle

Publié le 17/11/20

Une création inspirée de la vie et du combat de Marguerite Duplessis

Héroïne autochtone méconnue, Marguerite Duplessis est née en 1718. Issue de la nation Panis, elle est la première esclave en Nouvelle-France à lutter juridiquement pour sa liberté. Elle fut la propriété de plusieurs hommes et contesta en 1740 devant les tribunaux sa condition d’esclave. Son appel fut rejeté et elle fut déportée en Martinique où elle termina probablement sa vie.

DURÉE

environ 1 h 30 sans entracte

RELATIONS DE PRESSE

RuGicomm
(514) 759-0494

PRODUCTION

une création des Productions Onishka en coproduction avec le Centre du Théâtre d'Aujourd'hui et en coprésentation avec la Fondation PHI

Marguerite : la pierre a été développée avec le soutien du Fonds national de création du Centre national des Arts. La création a également eu le soutien du Conseil des arts de Montréal, du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec. 

Marguerite : la pierre fait partie d’un projet triade qui se décline en trois formes. Ce parcours sonore est accompagné d’un spectacle scénique intitulé Marguerite : le feu et d’une série balado, Marguerite : la traversée

 

Remerciements

Marilou Craft