Nyotaimori

de Sarah Berthiaume

une création de La Bataille en coproduction avec le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui

Salle principale

du 16 janvier au 3 février 2018
+ 2 supplémentaires les 27 janvier et 3 février à 20h


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

Dans le cadre d'un dossier sur les métiers d'avenir, Maude effectue une série d'entrevues dans des grandes entreprises. Elle-même travailleuse autonome, elle se réjouit d'être sa propre patronne et de jouir d’une liberté absolue. Mais l’absence de frontière entre sa vie personnelle et professionnelle ne la plonge-t-elle pas dans une autre forme d’aliénation? Le coffre d’une voiture usinée au Japon et la porte d’un atelier de fabrication de lingerie en Inde, menant tous deux à son immeuble par des voies inexplicables, vont bouleverser sa vie et son rapport au monde.

L’auteure Sarah Berthiaume s’intéresse au système économique qui transforme les humains en machines et les femmes en objets. Mêlant des temporalités fragmentées, des éléments surréalistes et beaucoup d’humour, Nyotaimori réinvente un discours confrontant liberté et aliénation dans le travail, tout en questionnant nos habitudes de consommation à l’ère de la mondialisation.

texte et mise en scène Sarah Berthiaume mise en scène Sébastien David interprétation Christine Beaulieu, Macha Limonchik, Philippe Racine scénographie, costumes et accessoires Karine Galarneau conception lumière Cédric Delorme-Bouchard composition musicale Navet Confit maquillages Amélie Bruneau-Longpré régie et direction de production Catherine Comeau direction technique Alex Gauvin

texte et mise en scène

Sarah Berthiaume

mise en scène

Sébastien David

interprétation

Christine Beaulieu

interprétation

Macha Limonchik

interprétation

Philippe Racine

scénographie, costumes et accessoires

Karine Galarneau

conception lumière

Cédric Delorme-Bouchard

composition musicale

Navet Confit

maquillages

Amélie Bruneau-Longpré

régie et direction de production

Catherine Comeau

direction technique

Alex Gauvin

L'appel de l'usine

À la base, Nyotaimori est une courte pièce que j’ai écrite il y a quelques années pour une soirée de lectures au Festival Zone Homa. Sarianne Cormier, qui orchestrait l’évènement, nous avait proposé de nous inspirer d’une usine montréalaise pour l’écriture. J’avais choisi les Tricots Main Inc., une fabrique de sous-vêtements située au 6666 St-Urbain, à la frontière du Mile-Ex, ancien quartier ouvrier que j’habitais à l’époque1

Je me suis appliquée à fantasmer ce qui pourrait arriver dans le ventre vide de cette usine, vestige d’une industrie textile jadis florissante. Cette industrie qui, du jour au lendemain, a disparu de notre horizon montréalais pour aller se réimplanter ailleurs, dans les métropoles de l’Inde ou du Bangladesh, afin d’avaler des nouvelles générations d’ouvrières en manque de sommeil et de droits fondamentaux.

Pour l’anecdote : j’avais écrit cette courte pièce à la toute dernière minute parce que, dans ce temps-là, j’avais encore beaucoup de mal à dire non. J’accumulais les contrats, les commandes d’écriture pour le théâtre, la télé, alouette. J’étais complètement ensevelie par les tâches à accomplir. J’avais des textes à rendre tout le temps, j’apportais mon ordinateur en vacances, je travaillais jusqu’à tard le soir. Je n’avais plus ni loisirs, ni espace mental. Tout était travail, partout, tout le temps.

En passant chaque jour devant cette usine et en cherchant à m’en inspirer, j’ai donc développé un fantasme absolument stupide et indécent : celui d’y travailler. J’étais complètement obsédée par l’idée d’un travail simple, répétitif, aliénant. Un travail circonscrit dans le temps, que je pourrais quitter le soir sans y penser. Un travail d’ouvrière qui punch in et out. J’étais comme l’Irina des Trois sœurs de Tchékhov, qui en vient à envier « l’ouvrier qui se lève à l’aube et va casser des cailloux sur la route. »

C’est de cet inavouable fantasme qu’est née la première mouture de Nyotaimori : une petite fable étrange où se rencontrent, dans le sous-sol d’une usine-condo, une trentenaire québécoise et ceux qui ont fabriqué sa voiture et son soutien-gorge. Une petite fable sur les liens de domination que le système économique nous fait entretenir malgré nous. Une petite fable où une fille finit par trouver une certaine plénitude dans le fait de devenir une table à sushis.

Le spectacle que nous présentons cette année est donc la version longue de cette petite fable, transformée en triptyque. Avec la complicité de Sébastien et de la Bataille, j’ai continué à explorer le thème du travail pour voir comment il s’inscrit dans nos corps, comment il nous habite et ultimement, nous définit.

Sarah Berthiaume

(1) Note pour les curieux : l’édifice existe toujours, mais il a évidemment été transformé en condos.

Que Sarah aborde la thématique du travail, de son effet sur nos corps, arrive à point dans ma vie de citoyen et dans mon parcours artistique. Mon corps n’est lui-même pas épargné par la pernicieuse métamorphose de mon travail d’artiste en celui d’administrateur de compagnie, de membre de conseil d’administration, de jury de pairs, de faiseur, de liseur et de reliseur de demandes de subventions. « L’administration nous ronge! », a dit avec raison l’auteur Olivier Choinière, il y a quelques années. Et que dire de cette surcharge de tâches parfois nécessaire pour simplement « vivre de son art »! Alors je me pose moi aussi la question : quel est l’effet de mon travail sur mon corps? Est-il rongé par ce travail? Et ce privilège d’être un travailleur autonome me procure-t-il vraiment plus de liberté?

Sarah n’aborde pas spécifiquement le corps des artistes dans Nyotaimori, sa réflexion touche de façon plus universelle à l’ensemble des corps humains. Mais force est de constater que, peu importe ce que nous faisons et où nous vivons dans le monde, nous sommes tous partie intégrante d’un même engrenage, d’un même système, chacun bien occupé à huiler sa petite poulie dans l’espoir de mener une vie fluide et pleine de sens.

Je suis très heureux d’accompagner Sarah dans l’écriture de ce texte atypique et nécessaire, mais aussi d’en assurer la mise en scène avec elle : notre complicité naturelle transformera sans doute le travail en jeu. Merci à Sylvain Bélanger d’accueillir La Bataille encore cette année. Revenir au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, c’est comme revenir à la maison.

Sébastien David

« C’est vraiment très réussi, c’est lucide, mordant, totalement utopique et drôle aussi. »
Catherine Pogonat, L'effet Pogonat, ICI Musique

« [...] on a affaire ici à un excellent trio constitué de l’attachante Christine Beaulieu, de la raffinée Macha Limonchik et du surprenant Philippe Racine, véritable révélation! »
Mario Cloutier, La Presse +

« Une pièce brillante et pleine d’esprit qui fera particulièrement écho aux travailleurs autonomes, mais qui saura résonner chez tout autre spectateur. »
Noémie C. Adrien, ICI ARTV

« Les interprètes sont parfaitement choisis pour donner souffle à ce texte bien ficelé. Christine Beaulieu, d’un charisme incroyable, ravage la scène par son authenticité, Macha Limonchik et Philippe Racine sont très justes et variés dans les 3 personnages qu’ils incarnent. »
Emmanuelle Ceretti, La Vitrine

« La cohésion du spectacle tient beaucoup à l’interprétation sans failles de Christine Beaulieu, qui connaît une période artistique exceptionnelle, et à la qualité d’écriture de Berthiaume, qui jongle sur plusieurs niveaux. Nyotaimori se révèle une bulle onirique qui semble parfois directement connectée à notre subconscient individuel et collectif, de sorte que la pièce amène tout doucement le spectateur à se questionner sur sa propre aliénation. »
Daphné Bathalon, MonTheatre

« La mise en scène, avec pratiquement aucun accessoire, réussit le pari de nous transporter d’un lieu à un autre sans effort. Le texte est intelligent, sensible et rythmé, on croit à ces personnages, on s’identifie à eux et on comprend parfaitement qu’ils n’en peuvent plus parce qu’ils frémissent de vérité. »
Marie-Claire Girard, Théâtre Cambresis

« Le choix de confier à Christine Beaulieu le rôle principal semble couler de source, mais est plus judicieux qu’il n’y paraît; son interprétation très juste nous fait ressentir toute sa résilience, mais aussi les nombreuses failles qui apparaissent sur sa façade à mesure que son épuisement prend le dessus. »
Pierre-Alexandre Buisson, La Bible Urbaine

« Sarah Berthiaume nous sert une brillante fable surréaliste sur l’aliénation professionnelle. »
Dominique Denis, ARP Média

« Cette nouvelle production de la compagnie La Bataille est à l’image du théâtre québécois d’aujourd’hui comme on l’aime : investi, ouvert et brillant. »
Léa Coffineau, I/O Gazette

« En apparence, Maude – campée par une Christine Beaulieu habile et investie – est dotée d’une grande liberté avec ses piges d’écriture, mais débordée et à bout, elle aspire au rien, au vide. [...] À ses côtés, on admire Macha Limonchik et Philippe Racine qui alternent entre plusieurs rôles avec justesse et naturel. »
Rose Carine Henriquez, Nevros'Arts

« La rigueur d’écriture du texte de Sarah Berthiaume illumine les personnages de cette pièce [...] »
Élie Castiel, Revue Séquences

Fondée en 2012, La Bataille est une compagnie de théâtre de création basée à Montréal. Véhicule artistique de Sébastien David, La Bataille s’affaire d’abord à mettre en scène ses textes mais aussi ceux d’autres autrices et auteurs québécois.

La compagnie place la dramaturgie au cœur de sa démarche considérant le texte comme matériau de base à toute création. Elle se penche sur des œuvres à la fois subtiles et accessibles qui font résonner des problématiques humaines et sociales qui se démarquent par une théâtralité exacerbée et un travail de rythme de la langue recherché.

La Bataille est une habituée du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui où elle a créé T’es où Gaudreault précédé de Ta yeule Kathleen, gagnante du Prix auteur dramatique du CTD’A et Dimanche napalm, qui a remporté le prestigieux Prix du Gouverneur général. La compagnie est heureuse de fêter son cinquième anniversaire ici avec la création de Nyotaimori de Sarah Berthiaume.

THÉÂTROGRAPHIE

  • Dimanche napalm de Sébastien David (2016)
  • Scratch de Charlotte Corbeil Coleman (2014)
  • Les morb(y)des de Sébastien David (2013)
  • T'es où Gaudreault précédé de Ta yeule Kathleen de Sébastien David (2011)

Vidéo

Transformation de la salle principale du CTD'A!

L'équipe de Nyotaimori de Sarah Berthiaume a imaginé un dispositif quadrifrontal, c'est à dire avec du public sur les 4 côtés de la scène. Mais comment fait-on pour transformer une salle à l'italienne? Réponse en images!

Vidéo

Une bande-annonce pour Nyotaimori!

Christine Beaulieu, Macha Limonchik et Philippe Racine brillent dans Nyotaimori de Sarah Berthiaume! Découvrez quelques images du spectacle dans cette superbe bande-annonce signée par le réalisateur Jérémie Battaglia.

Critiques

Publié le 22/01/18

Nyotaimori de Sarah Berthiaume

« La cohésion du spectacle tient beaucoup à l’interprétation sans failles de Christine Beaulieu, qui connaît une période artistique exceptionnelle, et à la qualité d’écriture de Berthiaume, qui jongle sur plusieurs niveaux. Nyotaimori se révèle une bulle onirique qui semble parfois directement connectée à notre subconscient individuel et collectif, de sorte que la pièce amène tout doucement le spectateur à se questionner sur sa propre aliénation. »

Daphné Bathalon, MonTheatre

Médias

Publié le 16/01/18

Formule Diaz dans les coulisses de Nyotaimori!

Pour Formule Diaz, Simon Boulerice s'est infiltré dans les coulisses de Nyotaimori! Extraits en répétition, entrevues avec Sarah Berthiaume et Christine Beaulieu, un reportage à voir avant la première de ce soir!

Album

Publié le 15/01/18

Découvrez les photos de Nyotaimori de Sarah Berthiaume! Cojointement dirigés par l'auteure et Sébastien David, les interprètes Christine Beaulieu, Macha Limonchik et Philippe Racine brille sur la scène du CTD'A!

Extrait

Publié le 09/01/18

Nyotaimori de Sarah Berthiaume

« Je vois un homme immobile

La bouche ouverte comme une truite

Sur l’aileron arrière d’une KIA Optima

Quelque chose m’attire chez lui

J’envie le vide qu’il a dans la tête

J’envie son regard méditatif

La simplicité de sa tâche

La pureté de sa présence

J’envie son aliénation »

Nouvelle

Publié le 13/12/17

Nyotaimori?!

Vous avez du mal à retenir le titre de Nyotaimori? Christine Beaulieu, Philippe Racine et Macha Limonchik le décortiquent pour vous! 

Album

Publié le 22/11/17

Découvrez la comédienne Christine Beaulieu sur l'affiche de Nyotaimori, dernier texte de Sarah Berthiaume porté à la scène par elle-même et Sébastien David. La belle distribution est complétée par Macha Limonchik et Philippe Racine!

3900

Publié le 21/08/17

À qui la faute ?

Individu? Entreprise? État? Qui est responsable? Alors que les spectacles Nyotaimori et Les Hardings s'intéressent à ces questions, débuts de réponses avec une spécialiste de la question.

3900

Publié le 21/08/17

6 questions à Sarah Berthiaume

À chaque édition du 3900, un artiste se prête au jeu des 6 questions posées par le directeur artistique Sylvain Bélanger. L’auteure Sarah Berthiaume nous parle ici de ses inspirations pour l’écriture de sa pièce Nyotaimori, de son expérience de comise en scène et de son rapport amour-haine au travail.

Nouvelle

Publié le 11/05/17

Qu'est-ce que le Nyotaimori?

Nyotaimori (« présentation sur le corps d’une femme » en japonais) : pratique qui consiste à manger des sushis sur le corps d’une femme nue. L'auteure Sarah Berthiaume utilise cette tradition comme emblème d'un système qui transforme les hommes en machines et les femmes en objet. 

Citation

Publié le 11/05/17 Macha Limonchik à propos de sa participation à Nyotaimori de Sarah Berthiaume

« Je n’ai même pas encore lu la pièce au complet, car elle est en cours d’écriture. J’ai accepté par affection et par amour pour les artistes. Je jouerai plusieurs personnages, ce qui ne m’est pas demandé souvent. C’est un processus de création qui me permettra d’étirer l’élastique de mon métier. J’aime beaucoup disparaître derrière les personnages. »

Propos extraits d'un article de Gilles G. Lamontagne pour Sors-tu.ca.

3900

Publié le 30/11/-1

Inspirations : Made in Quebec par Kim Waldron

Pour son fascinant projet Made in Québec, l’artiste visuelle Kim Waldron a inversé le rapport de force habituel et s’est mise à la disposition des travailleurs chinois. Un questionnement sur le travail et la responsabilité de l'Occident abordé par les spectacles Nyotaimori et Les Hardings

RELATIONS DE PRESSE

Production

une création de La Bataille en coproduction avec le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui