Okinum

d'Émilie Monnet

Une création des Productions Onishka

Salle Jean-Claude-Germain

du 2 au 20 octobre 2018
+ 3 supplémentaires les 6 et 20 octobre


PARTAGER
CETTE PAGE

RÉSUMÉ

En langue anishnabemowin, Okinum signifie barrage. Inspiré par le rêve récurrent d'un castor géant, Okinum est une réflexion intime sur la notion de barrages intérieurs, une ode au pouvoir du rêve et à l’intuition. La parole est libérée afin de remonter la rivière de la mémoire des ancêtres et pour se réconcilier, avant tout, avec les différentes facettes d’une identité multiple.

L’artiste pluridisciplinaire Émilie Monnet débute sa résidence au CTD’A en proposant une expérience immersive en trois langues (français, anishnabemowin, anglais). Elle allie théâtre, son et vidéo au moyen d’une dramaturgie unique, circulaire et envoûtante. Se tisse ainsi une série de tableaux oniriques, où l’espace-temps n’est pas conçu de façon linéaire, véritable témoignage d’une filiation qui inspire.

texte, co-mise en scène et interprétation Émilie Monnet co-mise en scène et direction d'acteur Emma Tibaldo co-mise en scène et direction du mouvement Sarah Williams conception sonore et interprétation Jackie Gallant assistance à la mise en scène et direction de production Elaine Normandeau scénographie Simon Guilbault éclairages Lucie Bazzo costumes Swaneige Bertrand vidéo Clark Ferguson conseil dramaturgique Élizabeth Bourget, Sara Dion conseil culturel et en langue anishnabemowin Véronique Thusky sonorisation et direction technique Frédéric Auger régie générale HUB Studio - Gaspard Philippe

texte, co-mise en scène et interprétation

Émilie Monnet

co-mise en scène et direction d'acteur

Emma Tibaldo

co-mise en scène et direction du mouvement

Sarah Williams

conception sonore et interprétation

Jackie Gallant

assistance à la mise en scène et direction de production

Elaine Normandeau

scénographie

Simon Guilbault

éclairages

Lucie Bazzo

costumes

Swaneige Bertrand

vidéo

Clark Ferguson

conseil dramaturgique

Élizabeth Bourget

conseil dramaturgique

Sara Dion

Conseil culturel et en langue Anishnabemowin

Véronique Thusky

sonorisation et direction technique

Frédéric Auger

J’ai toujours été fascinée par le monde des rêves.

Au moment du réveil, j’ai même pris l’habitude de rester dans cet état entre le sommeil et l’éveil, là où il est plus facile de retenir les rêves, avant qu’ils ne s’échappent et disparaissent au fond de ma psyché.  

Le plus souvent, ce sont des bribes de mots que je retiens, comme des paroles soufflées à l’oreille pendant mon sommeil, et dont je tente de déchiffrer le sens par la suite. Ce sont aussi des fragments imagés, comme des petits films étranges, qui me laissent perplexe au réveil mais qui ouvrent de nouvelles portes dans les recoins de mon imagination. J’ai l’impression que ces rêves m’aident à élargir ma vision. Je note alors le tout dans un carnet, pour ne pas les oublier et pour pouvoir me les remémorer à un moment donné. J’y puise toujours l’inspiration pour mes nouvelles créations.

Les rêves sont comme des cadeaux de l’invisible. C’est le langage qui permet aux ancêtres de communiquer avec nous et qui permettent d’affiner l’intuition.

C’est en faisant mon rêve du castor géant que l’image du barrage comme métaphore poétique m’est apparue et que j’ai eu envie de remonter la rivière de mon ADN pour mieux comprendre d’où je viens et ce dont j’ai besoin. Et c’est en racontant cette histoire de barrage que je célèbre mes ancêtres, que je leur paie hommage, et que je leur dis merci. Les ancêtres sont en nous et le théâtre est un lieu propice pour leur donner l’espace de s’exprimer à travers nous.

Émilie Monnet

« J'ai adoré ce spectacle [...] Émilie Monnet est une excellente interpète, j'ai beaucoup aimé ce qu'elle nous offre, d'autant que c'est au plus près d'elle-même et que ça se sent. »
Catherine Richer, Le 15-18, ICI Radio-Canada

« Impossible de ne pas s’émouvoir devant pareille entreprise de réappropriation culturelle, réconciliation du corps et de l’esprit où la créatrice retrouve les chants et les mots de son arrière-arrière-grand-mère, renoue avec cette extraordinaire cosmogonie qui a bien failli lui échapper, tout comme à nous. »
Christian St-Pierre, Le Devoir

« L’artiste pluridisciplinaire Émilie Monnet débute sa résidence au CTD’A avec autant d’éclat que de brio: Okinum nous immerge dans une dramaturgie aussi irrésistible que captivante et profondément brutale. »
Élise Choquette, Pieuvre.ca

« Les enchevêtrements du récit personnel de l’artiste, de ses séjours difficiles à l’hôpital, font écho à tout ce qui a été enlevé aux Premières Nations au fil des siècles, et aboutissent à une colère assumée contre les rapports de pouvoir colonialistes qui perdurent encore aujourd’hui envers ces peuples. »
Raymond Bertin, Revue Jeu

« il y a dans cette colère une justesse foudroyante » 
Pierre-Alexandre Buisson, Nightlife

« Okinum est sans contredit ma plus belle surprise de cette saison théâtrale ! Véritable rêve éveillé, le travail d’Émilie Monnet est fascinant, complet, pertinent, original et singulier. »
Jordan Dupuis, Quartier général - collectif culturel

« Extraordinairement pertinent, ce récit touchant incite le public à réfléchir sur la question de l’identité, et à la manière dont nous percevons le Canada. »
Violette Drouin, Le délit français

« La métaphore du castor géant et son barrage est au cœur même de ce spectacle émouvant. La voix forte et poignante de la comédienne vient nous chercher jusqu’à l’âme. » 
Tan Bélanger, ARP Média

« Émilie Monnet, de par sa présence et sa vision, provoque chez nous plusieurs réflexions. Son message intemporel a la force de l’universalité. L’universalité qui est le propre des grandes œuvres d’art. »
Charles A., Océane's Family

Fondé en 1965, le CEAD regroupe aujourd'hui près de 250 membres. Association d'auteurs au service des auteurs, le CEAD est un centre de soutien, de promotion et de diffusion de la dramaturgie francophone du Québec et du Canada. Centre de développement dramaturgique, il occupe une place unique dans le paysage théâtral tant par le nombre d'auteurs membres que par les objectifs de recherche et d'excellence qu'il poursuit.

Le CEAD est partenaire de la rencontre avec l'équipe du spectacle du 4 octobre. 

Espace de la diversité (EDLD) / Diversity District (DD) est un organisme à but non lucratif dont la mission principale est d’ouvrir des espaces de rencontre et de dialogue des imaginaires du monde, et de décloisonner les cultures, les communautés, les langues et les littératures. L'EDLD cherche à soutenir et promouvoir les écrivains et artistes des Premières Nations, ainsi que les littératures québécoises, canadiennes de diverses cultures et émergentes par des initiatives littéraires et citoyennes, des projets, des collaborations et des partenariats.

Espace de la diversité (EDLD) est partenaire des rencontres avec l'équipe du spectacle du 10 et 13 octobre. 

Au croisement de plusieurs disciplines artistiques mais principalement en théâtre, Onishka est une compagnie établie à Montréal qui crée des ponts entre les communautés artistiques autochtones à la fois francophones et anglophones, du Québec et du Canada, mais aussi d’ailleurs dans le monde. Fondée en 2011 par Émilie Monnet, Onishka crée et produit des oeuvres favorisant des collaborations artistiques originales et riches de sens pour offrir un regard neuf sur le monde dans lequel nous vivons. Onishka veut dire « réveille-toi » en Anishnabemowin. Dans cet esprit, nous croyons que la création artistique est catalyseur de transformation sociale et qu’elle permet de remettre en cause comment sont perçues les réalités et les luttes des peuples autochtones. Depuis 2016, Onishka présente l'évènement Scène contemporaine autochtone, une plateforme artistique et critique pour les arts vivants autochtones. Une prochaine édition sous forme de festival verra le jour à Edimbourg en aout 2019.

Médias

Publié le 20/11/18

Émilie Monnet à Désautels le dimanche pour le Salon du livre

À l'occasion de sa présence au Salon du livre de Montréal, Emilie Monnet était à Désautels le dimanche sur les ondes d'ICI Radio-Canada pour parler de l'importance de la langue dans l'appartenance à une culture. Une entrevue passionnante où elle revient notamment sur la création d'Okinum. À écouter!

Critiques

Publié le 09/10/18

Okinum d'Émilie Monnet

« L’artiste pluridisciplinaire Émilie Monnet débute sa résidence au CTD’A avec autant d’éclat que de brio: Okinum nous immerge dans une dramaturgie aussi irrésistible que captivante et profondément brutale. »

Élise Choquette, Pieuvre.ca

Médias

Publié le 09/10/18

Émilie Monnet à Plus on est de fous plus on lit!

Emilie Monnet était à Plus on est de fous, plus on lit! Entrevue et extrait du spectacle, c'est un très beau passage qu'elle nous offre pour parler de son spectacle Okinum.

Médias

Publié le 04/10/18

Émilie Monnet à Gravel le matin!

Emilie Monnet était aujourd'hui à l'honneur lors de la chronique culturelle de Gravel le matin pour parler de son spectacle Okinum! Il reste quelques billets pour la supplémentaire du 20 octobre à 20h.

Nouvelle

Publié le 03/10/18

Beau succès pour le campagne de sociofinancement d'Okinum

La campagne de sociofinancement d’Okinum s’est terminée avec grand succès. 2 400 $ a été amassé, atteignant 160 % de l’objectif fixé initialement! Le Conseil des arts de Montréal, parrain de cette initiative de financement participatif, a pour sa part offert 500 $ à la production. Bravo à toute l’équipe et merci aux généreux donateurs!

Album

Publié le 02/10/18

Découvrez les photos d'Émilie Monnet dans Okinum! Ce spectacle atypique au croisement de plusieurs disciplines artistiques est le premier qu'elle signe en résidence à la salle Jean-Claude-Germain. 

Médias

Publié le 02/10/18

Emilie Monnet en entrevue dans Le Devoir pour Okinum

Emilie Monnet en entretien dans Le Devoir pour Okinum. Un très bel article à lire pour en savoir plus sur ce spectacle atypique et sur la pratique artistique de notre nouvelle artiste en résidence! 

Album

Publié le 24/09/18

La créatrice Émilie Monnet est bien entourée de son équipe pendant sa période de répétition à la salle Jean-Claude-Germain!

Extrait

Publié le 19/09/18 Okinum d'Émilie Monnet

« Les castors sont une des seules espèces avec l’humain qui laissent une trace sur terre visible depuis l’espace.
Une trace laissée sur la Terre,
Un barrage pour se protéger,
Mais seulement visible depuis le monde des étoiles. »

Extrait

Publié le 03/09/18 Okinum d'Émilie Monnet

« kotádjiwin : la peur
kotádendagon : qui fait peur
sóngideye : ne plus avoir peur  »

Album

Publié le 24/08/18

Pour son premier spectacle en tant qu'artiste en résidence à la salle Jean-Claude-Germain, l'artiste pluridisciplinaire Émilie Monnet prend la pose sur les visuels de la saison!

3900

Publié le 21/08/18

À découvert : Émilie Monnet

Émilie Monnet signe le À découvert du volume 12 du 3900! Née de mère anishnaabe et de père français, elle y revient sur son récent apprentissage de la langue anishnabemowin qui lui permet de renouer avec une part importante de sa culture et de son héritage familial.

Extrait

Publié le 10/05/18

Okinum d'Émilie Monnet

« L’intuition ne trompe pas.
L’intuition, c’est comme un savoir divinatoire.
Une certitude,
Ma boussole intérieure.
Un don légué par ma mère, et par sa mère avant elle.
Une capacité de sentir et ressentir de façon subtile - de façon secrète aussi. »

Nouvelle

Publié le 07/05/18

ÉMILIE MONNET, NOUVELLE ARTISTE EN RÉSIDENCE!

L’artiste pluridisciplinaire Émilie Monnet débute sa résidence de 2 ans à la salle Jean-Claude-Germain avec Okinum, réflexion intime sur la notion de barrages intérieurs et de filiation. Bienvenue à elle!

DURÉE

1 h 10 sans entracte

RELATIONS DE PRESSE

RuGicomm
Véronique Gravel
(514) 759-0494

Communiqué de presse
Dossier de presse

Production

Une création des Productions Onishka

 

Productions Onishka a bénéficié du soutien du Théâtre Aux Écuries pour la création de Okinum.
 

 

PARTENAIRE DES ARTISTES EN RÉSIDENCE