Pas perdus | documentaires scéniques

Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier

une création du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui en coproduction avec Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier
 

Salle Michelle-Rossignol

8 mars au 2 avril 2022
+ 5 supplémentaires jusqu'au 3 avril 2022


RÉSUMÉ

Sur scène, une série de courts portraits. Huit protagonistes choisis pour leur vie singulière et la façon surprenante qu’ils et elles ont de se raconter. Des individus aux parcours très différents (aucun n’est un acteur) entre lesquels se tissent une multitude de liens. Leurs voix, captées sur le vif, magnifiées par un traitement sonore enveloppant et doublées de leur présence sur scène, préservent toute la force et l’authenticité d’une parole spontanée qui ne se rejoue pas.

Avec Pas perdus | documentaires scéniques, Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier explorent notre rapport à la mémoire, à la transmission, au langage, à ce que l’on porte en soi et à la place qu’on laisse à la joie. Chaque documentaire scénique dresse le portrait d’une voix humaine dans toute son individualité et nous pousse à repenser le regard que l’on porte sur des individus, des milieux et des histoires. 

recherche et entrevues Anaïs Barbeau-Lavalette conception narrative et mise en scène Émile Proulx-Cloutier sur scène Dominic, Elisabeth, Eva, Jérôme, Quentin, Réal, Sylvain, Yaëlle accompagné·e·s d’Anaïs Barbeau-Lavalette collaboration précieuse Andrée-Anne, Élisabeth, Jonathan, Laurence, Louis, Noah, Sébastien assistance à la mise en scène et régie Charlotte Ménard scénographie Julie Vallée-Léger accessoires Dominique Coughlin éclairages Mathieu Roy musique originale Guido Del Fabbro conception sonore Ilyaa Ghafouri images et animation 2d Marielle Dalpé collaboration à la recherche et mise en mouvement Yaëlle Azoulay assistance à la recherche et à la production du contenu audio Laurence Berthou-Hébert, Annette Gonthier prise de son Martyne Morin, Jocelyn Lauzon, Geneviève Thibert montage sonore Mélanie Chicoine, Émile Proulx-Cloutier, Maxime Veilleux intégration vidéo Pierre Laniel sonorisation Andréa Marsolais-Roy chargé de projet décor Charles-Antoine Bertrand-Fontaine chargée de projet costumes Manon Guiraud régie de plateau Anaé Lajoie Racine régie sanitaire Rachel Locas direction de production Marie-Christine Martel direction technique Simon Cloutier équipe technique Eric-William Quinn, Philippe Bélanger, Kevin Clément, Coralie Cloutier, Frédéric Dessoly, Nicolas Dupuis, Rémi Hermoso, Zachary Noël-Ferland, Judith Rémillard, Philippe Saucier, Sébastien Savoie

recherche et entrevues

Anaïs Barbeau-Lavalette

conception narrative et mise en scène

Émile Proulx-Cloutier

assistance à la mise en scène et régie

Charlotte Ménard

scénographie

Julie Vallée-Léger

éclairages

Mathieu Roy

musique originale

Guido Del Fabbro

images et animation 2D

Marielle Dalpé

prise de son

Martyne Morin

montage sonore

Mélanie Chicoine

montage sonore

Émile Proulx-Cloutier

montage sonore

Maxime Veilleux

sonorisation

Andréa Marsolais-Roy

chargé de projet décor

Charles-Antoine Bertrand-Fontaine

direction de production

Marie-Christine Martel

direction technique

Simon Cloutier

Sur scène, il y a des gens. Aucun n’est un acteur. Simplement des gens, habitant leur propre vie, accomplissant des gestes familiers, entourés d’objets qui leur appartiennent. Des hauts parleurs jaillit leur propre voix : une entrevue préengistrée préservant la beauté fragile et spontanée de la première fois où ces mots furent dits. Ils viennent des quatre coins du Québec, ont des parcours et des bagages fort différents et portent tous leur lot de drames et d’émerveillements. 

Bienvenue dans ce que nous avons appelé le « documentaire scénique » : du cinéma pour l'oreille, de l'art vivant pour l'œil et un riche terrain d'impressions nouvelles pour la tête et le cœur.

Ce dispositif découle évidemment de notre passion pour le cinéma documentaire traditionnel, dont la force singulière vient grandement des humains fascinants qu’il donne à voir. Même si ces gens à l'écran ne jouent pas, ils prennent l’ampleur de véritables personnages, s’offrant dans une authenticité quasi impossible à reproduire. Du désir de transposer ce phénomène sur scène sont nés deux créations au cours des dernières années. Tout d'abord, Vrais Mondes : documentaires scéniques (Cinquième Salle, 2014) présentant une suite de portraits d’humains hors norme, puis Pôle Sud : documentaires scéniques (Espace Libre 2016, 2017, 2018) qui mettait en lumière une poignée de citoyens de l’éclectique quartier montréalais Centre-Sud. 

Avec Pas Perdus | documentaires scéniques, nous laisserons cette fois au public le plaisir de découvrir, au fil du spectacle, ce qui unit nos personnages. 

La « salle des pas perdus » est le nom traditionnellement donné à ce grand hall d’édifice où les solitudes s’entrecroisent dans l’attente d’un départ, d’une décision, d’une sentence. Au carrefour des destinées, cet entrelacement de petits documentaires vivants interrogera notre rapport intime et collectif à la mémoire, au langage, au deuil. Qu’avons-nous perdu en chemin? Qu’avons-nous pu sauver? Quelle route prendre à partir d’ici?

Le documentaire scénique demeure un art du portrait. Que souligner? Que laisser dans l’ombre? Où trouver le fragile équilibre entre l’intrusion et la pudeur? 

Par la lumière et la scénographie, le travail de mise en scène consiste à créer un contexte scénique pour envelopper et soutenir ces gens venus faire sur scène ce qu’ils ont toujours fait dans leur vie. La bande sonore, véritable locomotive du spectacle, donne à découvrir des histoires troublantes et fascinantes, tout en rappelant le vaste spectre de beauté des voix humaines, la douce puissance d’une parole livrée « hors performance » et la poésie involontaire des mots choisis quand vient le temps de se raconter soi-même.

Cette troisième création nous permet d’approfondir les possibilités formelles et dramaturgiques de ce dispositif encore naissant. Elle nous confronte aussi à des questions collectives fondamentales et, comme pour tout documentaire digne de ce nom, elle invite le public à regarder autrement ce qu’il croyait pourtant connaître. 

Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier
 

« Il faut absolument voir cette œuvre, c’est unique en son genre. […] Il y a une charge humaine exceptionnelle, c’est d’une grande profondeur, d’une grande humanité. »
Eugénie Lépine-Blondeau, Tout un matin, ICI Radio-Canada

« Je ressors vraiment comme si j’avais vu un documentaire. Il y a des moments extrêmement touchants. C’est intelligent. Je suis fasciné par la façon dont ils ont construit le récit. » 
Philippe Renaud, Culture Club, ICI Radio-Canada

« Les personnages sont tellement passionnants. On rit de certaines de leurs répliques. On est ému, on est touché. [...] On embarque tellement dans cette pièce, c’est fou ce qu’ils nous font vivre. »
Catherine Brisson, Puisqu'il faut se lever, 98,5 FM

« J’ai adoré. Vraiment, c’est rare que j’utilise ces mots-là, mais pour moi tout y est. On parle de transmission, on parle de mémoire, de langage, du nous, de ce qu’on porte, de ce qu’on ne sait pas qu’on porte, de ce qui est intégré et de ce qui ne l’est pas. » 
Catherine Richer, Le 15-18, ICI Radio-Canada

« L’humanité, lorsqu’elle est si bien racontée, est plus belle que ce qu’en disent les nouvelles. Et l’espoir trouve un terreau pour renaître. Enfin. »
Stéphanie Morin, La Presse

« Tour à tour touchant ou entraînant, Pas perdus dresse donc le portrait d’une communauté, d’une collectivité rassemblée par une passion commune. [...] Un spectacle qui fait chaud au cœur. »
Marie Labrecque, Le Devoir

« [...] ce spectacle sur la mémoire m’a éblouie. Ils avaient déjà mis en scène de remarquables documentaires scéniques. Celui-là possède une telle grâce, dégage tant d'émotions, avec des personnages si attachants, un fil de trame si profondément ancré, qu’il atteint un sommet du genre. »
Odile Tremblay, Le Devoir

« Empruntant à plusieurs disciplines, Pas perdus, qu’on présente jusqu’au début d’avril, est un spectacle improbable dont on reste imprégné durant des heures. »
Guy Fournier, Le Journal de Montréal

« Il se dégage de cette production une volonté irrésistible de créer des liens solides entre le Québec contemporain et ses riches traditions, qui ont malheureusement tendance à s’évanouir dans une indifférence généralisée. En ce moment, au CTD'A, on se fait un devoir de retracer les pas perdus. C’est à voir et à entendre. » 
Dominique Denis, Revue Jeu

« Les entrevues menées par Anaïs Barbeau-Lavalette, jumelées à la présence sur scène des individus (aucun n’est acteur), préservent l’authenticité d’une parole spontanée, jamais surjouée. Les histoires sont magnifiées par le montage sonore d’Émile Proulx-Cloutier et les décors scéniques de Julie Vallée-Léger. » 
Naomie Gelpert, Journal Métro

« Rien n’est laissé au hasard dans cette proposition, à commencer par la conception narrative du spectacle, un travail de moine qui mérite d’être souligné avec déférence. En effet, la mise en scène d’Émile Proulx-Cloutier frôle la perfection tant sa cohérence est manifeste. » 
Etienne Bergeron, Magazine Spirale

« Mon cœur s’est gonflé à plusieurs reprises pendant les deux heures que durent ce show extraordinaire. Digne successeur de Vrais mondes (2014) et Pôle Sud (2017), ce plus récent spectacle – et dernier de la trilogie – qui mélange encore une fois représentation et documentaire, étonne et ébahit. »
Pierre-Alexandre Buisson, Bible Urbaine

« Probablement un des spectacles les plus pertinents et réussis que j’ai vus dans mes 20 ans de critique théâtrale. [...] Anaïs Barbeau-Lavalette, présente par moments sur scène, observe son sujet en retrait, avec amitié et discrétion, le laisse vivre, le laisser respirer, le laisse s’ouvrir à elle et à nous. [...] Émile Proulx-Cloutier, qui signe la conception narrative, la mise en scène et le montage sonore a fait un travail tout-à-fait remarquable. Vraiment. Quel duo ils font! »
Jordan Dupuis, Quartier Général

« Sur scène, des non-acteurs qui pourraient être nos voisins, des collègues, des amis, des membres de la famille s’ouvrent à nous avec une générosité et une candeur admirables. Ils se livrent avec pudeur et sensibilité en répondant aux questions pleines de tendresse d'Anaïs Barbeau-Lavalette »
Daphné Bathalon, Théâtre.Québec

« Dans l’exercice des Pas perdus | documentaires scéniques, on retrouve la même authenticité, la même spontanéité que dans le cinéma vérité [...] »
Yves Tremblay, Lien multimédia

« Pendant près de deux heures, huit personnes, qui ne sont pas des comédiens, habitent la scène de façon magistrale, pour nous raconter leur monde, leurs préoccupations et leurs aspirations. C’est absolument inspirant et surtout tellement humain. On voudrait revoir la pièce une deuxième fois! » 
Micheline Rouette, BP Arts média

« À la fois bouleversant et drôle, le nouveau spectacle d’Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier est l’une des propositions théâtrales les plus originales présentées à Montréal, depuis le début de l’année. »
Marc-Yvan Coulombes, Les ArtsZé

« Pas perdus est une superbe lettre d’amour à [un] aspect traditionnel de notre culture dont nous pouvons être fiers. Et qui, malgré l’adversité, est toujours bien vivant aujourd’hui, même s’il n’a pas l’ampleur d’autrefois. »
Hugo Prévost, Pieuvre.ca

 

Le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui est entièrement dédié à la dramaturgie d’ici. Depuis plus de cinquante ans, il supporte la création, la production et la diffusion d’œuvres québécoises et canadiennes d’expression française. Il défend un théâtre d’auteur ainsi qu’une réflexion moderne et sans compromis sur les enjeux contemporains.

Adhérer au CTD’A, c’est laisser sa trace dans l’histoire ; la nôtre, celle qui s’écrit au présent. 
 

Nouvelle

Publié le 07/06/22

Le Prix écriture dramatique 21/22 attribué à Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier!

Cette saison, le public du CTD'A a choisi de remettre le Prix écriture dramatique à Pas perdus | documentaires scéniques d'Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier! Les récits de vie des huit protagonistes, soigneusement recueillis et assemblés dans cette pièce d'une grande humanité, sont allés droit au coeur des spectateurs et spectatrices qui ont eu la chance d'y assister. De nouvelles séries de représentations sont prévues, plus de détails suivront à l'automne 2022!

Nouvelle

Publié le 21/03/22

Les carnets de création de Pas perdus | documentaires scéniques sont à écouter en balado!

Si vous avez vu le spectacle et que vous souhaitez en savoir plus sur les protagonistes, leur passion commune et le processus de création, ce balado est pour vous! Si vous n’avez pas réussi à vous procurer des billets, ne vous inquiétez pas, nul besoin d’avoir vu la version scénique pour profiter de ces sept épisodes passionnants! Les histoires de chacun·e se suffisent à elles-mêmes et vous transporteront dans les univers des protagonistes. Narré par Anaïs Barbeau-Lavalette, le balado est disponible depuis le 21 mars 2022 sur la plateforme Ohdio de Radio-Canada! Si vous avez des billets pour une date ultérieure, on vous conseille tout de même d’avoir vu le spectacle avant d'écouter la série.

Critiques

Publié le 11/03/22

Pas perdus | documentaires scéniques

« Il faut absolument voir cette œuvre, c’est unique en son genre. […] Il y a une charge humaine exceptionnelle, c’est d’une grande profondeur, d’une grande humanité. […] C’est vraiment une pièce extrêmement puissante. »

Eugénie Lépine-Blondeau, Tout un matin, Radio-Canada
 

Médias

Publié le 07/03/22

Anaïs Barbeau-Lavalette en entrevue dans le Journal de Montréal!

« C’est une réflexion sur l’identité québécoise, ajoute celle qui sera présente sur scène chaque soir. Au sens poétique, pas politique. On aborde la thématique de la mémoire collective, du langage, de l’identité commune. C’est une réflexion plus profonde, qui est plus dérangeante que nos autres documentaires scéniques. On a pris des risques. » Anaïs Barbeau-Lavalette était en entrevue dans Le Journal de Montréal pour revenir sur la création de Pas perdus | documentaires scéniques. Le spectacle, créée par elle-même et Émile Proulx-Cloutier est à voir dès le 8 mars à la salle Michelle-Rossignol!

Médias

Publié le 01/03/22

Émile Proulx-Cloutier au micro de Pénélope!

« Il y a quelque chose chez ces gens qui nous a émus, touchés, fascinés. On a eu envie de plonger dans leur monde. On s’est rendu compte que c’était une très belle façon de livrer des portraits et que ça avait un effet très fort sur le public parce que [d’habitude] on n’ose pas trop regarder les gens, on a un peu peur. » Émile Proulx-Cloutier a répondu aux questions d'Isabelle Craig au micro de l'émission Pénélope! Une belle entrevue où il détaille le processus de travail mis au point avec Anaïs Barbeau-Lavalette pour la création de Pas perdus | documentaires scéniques.

Album

Publié le 01/03/22

Beaucoup de mystère entoure les protagonistes qui se sont livrés au micro d'Anaïs Barbeau-Lavalette pour la création du spectacle. Pour en savoir plus sur eux, il faudra découvrir leurs histoires sur scène! Mais d'ici là, la photographe Valérie Remise s'est glissée en salle de répétition et livre un aperçu du travail qui s'y effectue avec Émile Proulx-Cloutier.

Médias

Publié le 28/02/22

Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier en entrevue dans Le Devoir!

« La matière humaine, c’est la plus étonnante de toutes, la plus éblouissante, estime Anaïs Barbeau-Lavalette. Jamais je ne parviendrais à écrire, même avec beaucoup d’efforts et de précision, un personnage aussi beau, aussi imprévisible que celui que le réel peut m’offrir. » Apporter sur scène cette beauté brute et imprévisible du documentaire, c'est ce qui anime le duo créateur de Pas perdus | documentaires scéniques! Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier ont livré une entrevue passionnante à propos de cette forme artistique si particulière qu'ils ont développée au cours des dernières années. 

Vidéo

Émile Proulx-Cloutier à propos de la forme des documentaires scéniques

Émile Proulx-Cloutier vous explique en deux minutes le fascinant processus de création mis au point avec Anaïs Barbeau-Lavalette pour donner naissance à Pas perdus | documentaires scéniques!

Extrait

Publié le 27/01/22 Pas perdus | documentaires scéniques d'Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier

« C'est une trace... 
C’est important, je pense.
Y en a que ça intéresse pas.
Mais moi, je laisse des traces. »

Album

Publié le 21/01/22

Beaucoup de mystère entoure les protagonistes anonymes qui ont raconté leurs histoires à Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier pour la création de Pas perdus | documentaires scéniques. Pour les affiches du spectacle, deux d'entre eux ont accepté de prendre la pose devant l'objectif de Neil Mota. Découvrez la très belle série d'affiches!

3900

Publié le 28/03/20

6 questions à Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier

Alors qu'il présente avec Pas perdus sa troisième mouture de documentaires scéniques, le duo créateur formé par Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier répond aux questions de Sylvain Bélanger sur cette forme novatrice.

Citation

Publié le 27/05/19 Émile Proulx-Cloutier à propos de Pas perdus

« On est parti de 80 heures d’entrevues sur des parcelles de vie, dont on a extrait la substantifique moelle, pour arriver à une bande son de 80 minutes. Après avoir rencontré 30 personnes, nous en avons gardé neuf. On appelle ça documentaire scénique parce qu’on importe sur scène les codes réels du documentaire : le son est comme au cinéma, mais le langage répond aux codes du théâtre. »
  
Extrait d'un compte-rendu de Gilles G. Lamontagne pour Sorstu.ca

DURÉE

1 h 50 sans entracte

RELATIONS DE PRESSE

PRODUCTION

une création du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui en coproduction avec Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier
 

 

présentée par Simplex, location d'outils

 

REMERCIEMENTS

Jean-François Blouin
Jonathan Charland
Nicolas Déry
Michelle Edge
Josée Léveillée
Alexandre Pilon-Guay
Charlotte Poucachiche
Marjolaine Provençale
Audrey Villeneuve
Max Woodward
Stephen Woodward