Télécharger Flash Player pour voir la galerie de photos
A_bergeron_bio

Annick Bergeron

Depuis sa sortie du Collège Lionel-Groulx en 1984, Annick Bergeron a participé à plus d’une quarantaine de productions théâtrales dont Les liaisons dangereuses de Serge Denoncourt (Théâtre Jean-Duceppe, 2014), La corneille de Lise Vaillancourt, dans une mise en scène de Geoffrey Gaquère (Théâtre du Rideau Vert, 2012), Moi, dans les ruines rouges du siècle d’Olivier Kemeid (Trois Tristes Tigres, 2012), Les saisons de Sylvie Drapeau et Isabelle Vincent, dans une mise en scène de Martine Beaulne (ESPACE GO & Théâtre de la Manufacture, 2010), Incendies de Wajdi Mouawad (Théâtre de Quat’Sous & Théâtre Abe Carré Cé Carré, 2003-2010), Réveillez-vous et chantez ! de Clifford Odets, dans une mise en scène de Luce Pelletier (Théâtre de l’Opsis, 2009), Toute femme de Péter Kárpáti, dans une mise en scène de Martine Beaulne (ESPACE GO, 2005 et 2008), Rhinocéros d’Eugène Ionesco, dans une mise en scène de Jean-Guy Legault (TNM, 2007), Je voudrais me déposer la tête de Jonathan Harnois, dans une mise en scène de Claude Poissant (Théâtre PÀP, 2007), Top Girls de Caryl Churchill, dans une mise en scène de Martine Beaulne (ESPACE GO, 2005), Tableau d’une exécution de Howard Barker, dans une mise en scène d’Alain Fournier (Théâtre de l’Opsis, 1996 – Masque de la meilleure interprétation féminine), L’avare de Molière, dans une mise en scène de Luc Durand (Profusion, 1995). Fidèle collaboratrice du metteur en scène Serge Denoncourt, Annick Bergeron a joué dans Il campiello de Carlo Goldoni (Théâtre de l’Opsis, 2010-2012), Nager en surface d’Adam Bock (Théâtre de l’Opsis, 2007), La cerisaie de Pierre-Yves Lemieux d’après Tchekhov (Théâtre du Nouveau Monde, 2000), Je suis une mouette (non ce n’est pas ça) d’après Tchekhov (Théâtre de l’Opsis & Théâtre de Quat’Sous, 1999), Le Cid de Corneille (Nouvelle Compagnie théâtrale & Centre national des Arts, 1998) et Les estivants de Gorki (Théâtre du Nouveau Monde, 1997). Le dernier feu est sa seconde collaboration avec Denis Marleau. Elle a en effet travaillé sous sa direction dans la pièce Catoplébas de Gaétan Soucy (UBU, 2001). À la télévision, Annick Bergeron a participé à plusieurs productions, dont Mémoires vives et Mémoires vives 2, Vertige, Virginie, Homme en quarantaine, Grande ourse, Fortier, Deux frères et Le retour. Au cinéma, cette comédienne a notamment participé aux films Contre toute espérance de Bernard Émond (2006) et La beauté de Pandore de Charles Binamé (1999), dernier film pour lequel elle a été mise en nomination aux prix Génie dans la catégorie de l’interprétation féminine dans un rôle de soutien. (mise à jour: 2014-05-05, crédit photo: Angelo Barsetti)

Pièces reliées

Artistes reliés

Sb2011
Théâtre d'Aujourd'hui sur Facebook
  1. Facebook
  2. Twitter
  3. Youtube
  4. Bouquinerie
  5. Fauchois
  6. Logo-bmo
  7. Logo-hydro
  8. Logo_devoir_2_
  9. Logo-calq
  10. Logo-canada-council
  11. Logo-conseil-arts-mtl-_1_